VENGEANCE ! 10 CLASHES par COMICS interposés qui sont entrés dans L’HISTOIRE !

(image © DC Comics)

Que faites-vous lorsqu’on vous fait un coup tordu ? Vous râlez, vous vous expliquez avec la personne, vous twittez, vous plantez des aiguilles sur une poupée vaudou, vous prenez sur vous ? Les auteurs de comics, eux, ont tendance évacuer leurs frustrations dans leurs histoires. Souffle créateur, défense de ses droits ou vengeance mesquine, cette vengeance peut prendre diverses formes. Voici 10 exemples de clashes par comics interposés et liés à une vengeance personnelle.
■ par JB

 

Funky Flashman : Jack Kirby caricature Stan Lee

Funky Flashman (image © DC Comics)

À LIRE AUSSI : Les origines du conflit entre Steve Ditko et Stan Lee
On ne présente plus Jack Kirby, créateur d’une bonne partie des personnages Marvel iconiques. Cependant, à la fin des années 60, Jack Kirby est de plus en plus frustré. Il souhaite que sa contribution à l’univers Marvel soit mieux reconnue. Car à ce jeu-là, Stan Lee s’avère bien plus compétent : le scénariste sait se mettre en avant mieux que lui. Jack Kirby finit par rejoindre DC où il lance la saga du Quatrième Monde, constituée des séries New Gods, Mister Miracle, Forever People et d’une refonte de Superman’s Pal Jimmy Olsen. Il profite de l’occasion pour tacler Marvel en ouvrant New Gods par la mort des anciens dieux, parmi lesquels des Asgardiens bien familiers. Mais sa revanche la plus manifeste est la création de Funky Flashman en 1972. Jack Kirby caricature Stan Lee sous la forme d’un escroc, beau parleur avec ceux dont il compte se servir, odieux avec les autres qu’il n’hésite pas à sacrifier à sa propre gloire, amoureux de sa propre personne et adepte d’expressions grandiloquentes ! Selon Roy Thomas, lui-même représenté en un servile acolyte nommé Houseroy, Stan Lee a peu apprécié sa caricature par Kirby. Cependant, Funky Flashman a fini par devenir un personnage récurrent, le lâche qu’on aime détester, au point de continuer à apparaître jusque dans la série Mister Miracle de Tom King.
En VF : Le Quatrième Monde, collection Archive DC (Editions Urban Comics)

 

 

Destroyer Duck : Howard prend sa revanche sur Marvel

(image © Eclipse Comics)

À LIRE AUSSI : Young Romance : du Jack Kirby sans baston ni spandex [critique]
Jack Kirby n’est pas le seul à être en délicatesse avec Marvel. Steve Gerber est le créateur d’Howard the Duck, un personnage satirique créé en 1973. En 1980, Steve Gerber et Marvel sont entrés en conflit au sujet de la propriété du personnage. Cette action en justice attire l’attention de grandes figures du comics qui se positionnent sur le sujet. Parmi celles-ci, Jack Kirby crée, avec Steve Gerber, Destroyer Duck, dont le 1er numéro arbore fièrement la mention « Special Lawsuit Benefit Edition », servant à financer la suite du procès. Dans l’histoire, le Destroyer Duck du titre voit arriver un Howard mourant qui lui explique avoir été manipulé et exploité sans vergogne par l’entreprise Godcorp et lui fait promettre de le venger. Destroyer Duck part donc détruire l’équivalent de Marvel. Un accord sera finalement trouvé entre Stev Gerber et léditeur, qui écrira notamment une histoire où Miss Hulk et Howard font équipe ainsi qu’une série Max.
Une autre anecdote est cependant à noter : en 1996, profitant de l’enthousiasme d’un éditeur de Marvel, Tom Brevoort, Steve Gerber réalise un crossover officieux entre Marvel et Image : Spider-Man Team Up 5 et Savage Dragon/Destroyer narrent en parallèle les mêmes évènements. Ce que Tom Brevoort ignore, c’est que Steve Gerber va remplacer le Howard de Marvel par un clone et utiliser l’histoire pour « récupérer » son Howard auquel il donne une nouvelle identité. Brevoort a bien cru y laisser sa place…
Inédit en VF

 

 

E-Man : John Byrne, trop fidèle à Marvel

(image © Alpha Productions)

À LIRE AUSSI : Man of Steel : quand John Byrne redéfinissait les origines de Superman ! [la critique]
Suite de la polémique précédente… Si Jack Kirby s’est positionné aux côtés de Steve Gerber, l’artiste John Byrne a choisi l’autre camp. Dans un article rédigé en 1982 pour Comics Scene 2, John Byrne prend position contre les réclamations rétroactives sur les droits des créateurs, arguant que les maisons d’éditions prennent des risques en publiant de nouveaux personnages. Il se décrit lui-même comme satisfait d’être un rouage de l’entreprise : « I am a cog in the machine which is Marvel Comics and I rejoice in that ». Autant dire que ses opposants ne l’ont pas raté ! Destroyer Duck parodie John Byrne comme « Booster Cogburn ». Dans le comics E-Man de Martin Pasko et Joe Staton (publié par First Comics), John Byrne fait partie du Comité Directeur de la maison d’édition « Wimp » sous le nom de « Company-Man », en réunion avec le sénile « Mr Presents » (prénom : Stanley) et un gigantesque Mr Sniper derrière lequel on reconnaîtra Jim Shooter, fameux rédacteur en chef de Marvel. Tous ces messieurs prêts à tout pour protéger le copyright de leurs personnages… Il est à noter que le 1er comics en couleur de John Byrne, Rog-2000, avait été publié dans E-Man 8 ans plus tôt.
Inédit en VF

La suite ? Page suivante !




A propos JB 56 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.