The Plot, tome 1 : Les horribles secrets de la famille Blaine vous feront-ils frissonner ?

The plot comics
(image © Hi Comics, Vault Comics)

 Dès les 1res pages de The Plot, publié chez Hi Comics, le philanthrope Charles Blaine et son épouse sont victimes d’un meurtre sauvage. Ils laissent derrière eux 2 enfants, MacKenzie et Zach. Leur oncle, Chase, les recueille et, ensemble, ils investissent la demeure familiale abandonnée depuis plusieurs années. Mais les Blaine découvrent peu à peu que la famille a de nombreux squelettes dans les placards. Littéralement !
■ par JB

 

(image : © Vault Comics)

 

Quand le passé nous rattrape

Chase Blaine est un homme qui a fuit son passé toute sa vie. Il a quitté sa famille, sa ville, ses amis. La charge de sa nièce et de son neveu le force à revenir dans la maison où il a grandi. Mais à Cape Augusta, la population n’accueille pas avec joie le retour des Blaine. Les habitants de cette ville du Maine sont des gens bourrus et rejettent MacKenzie et Zach Blaine, enfants métissés qu’ils qualifient de « chinetoques ». Pour sa part, le shérif de la ville a des griefs personnels avec Chase et lui intime ainsi à plusieurs reprises de quitter la ville. Reese, enseignante, est un amour de jeunesse de Chase. Dès le retour de la famille, elle commence à rôder autour de la propriété. Mais d’autres ombres du passé menacent les Blaine. En rénovant le manoir, Chase découvre un cadavre emmuré dans la cave ! Mais ce n’est que le début des révélations sur le secret de la fortune de la famille. Malheureusement, les fantômes des Blaine semblent incapables de protéger les survivants.

 

(image : © Vault Comics)

 

La famille avant tout ?

Au centre de The Plot, il n’y a pas un seul protagoniste mais une famille. The Plot s’ouvre sur le crédo des Blaine : « Pour recevoir, il faut d’abord donner.  » Elle retourne le proverbe habituel, « Mieux vaut donner que recevoir.  » Cette devise, si elle donne à la famille Blaine une apparence de mécènes, laisse également entendre que les Blaine attendent une contrepartie. Les habitants de Cape Augusta ne s’y trompent pas, et haïssent autant qu’ils jalousent cette famille. Pour sa part, Chase a fui les responsabilités familiales. Cependant, lorsqu’il revient à Cape Augusta, c’est pour fonder une famille avec MacKenzie et Zach. Mais l’héritage est lourd à porter. La créature qui tue Charles et Wendy Blaine dans les 1res pages répète la devise de la famille. Devant le corps inanimé du jeune Zach, une apparition semble même maudire le sang des Blaine. Et chaque membre de la famille, y compris l’ex de Chase, recrache ce qui semble être la tourbe des marais qui entourent le manoir.

(image : © Vault Comics)

 

Un hommage aux films de genre

Les auteurs de The Plot, Tim Daniel et Michael Moreci (Annihilation : Scourge), livrent ici un grand hommage aux genre de l’horreur. Le plus évident est l’état dans lequel se trouve Cape Augusta : le Maine, si cher à Stephen King ! On y retrouve aussi de nombreux stéréoptypes des films d’horreurs des années 70-80, période durant laquelle se déroule l’histoire. La famille déchirée, avec fille rebelle et jeune garçon au comportement étrange. Le flic borné. Dans un flashback de Reese il me semble même qu’on évoque directement Evil Dead. On retrouve aussi la scène de faux réveil qui tourne au cauchemar chère à John Carpenter. Mais au-delà des incontournables clichés, The Plot emprunte les codes visuels du cinéma de genre. La mise en scène de la visite de Chase à sa mère renvoie à un jump scare de film d’horreur, qui m’a, là encore, fait penser à la scène des cartes à jouer dans Evil Dead. Et tant qu’on parle du film de Sam Raimi, les héros passent un enregistrement très inquiétant ! Mais The Plot utilise également des codes plus récents. Le lecteur voit de nombreuses apparitions qui restent invisibles aux personnages. Le procédé ajoute ainsi une atmosphère de menace sans avoir d’impact sur les événements. Pour autant, je n’ai pas cette impression de comic book calibré pour une adaptation cinéma que me donne les œuvres de Mark Millar. Avec The Plot, j’ai plutôt l’impression d’une lettre d’amour au genre.

(image : © Vault Comics)

 

Un visuel sombre et putréfié

Joshua Hixson, l’artiste de The Plot, était déjà à la manœuvre sur Shangai Red. Les scènes d’horreur qu’il propose ici sont variées. Cadavres putréfiés, fantômes suspendus la tête en bas, main surgissant des toilettes. Mais son grand œuvre est le monstre qui pourchasse les Blaine. Un monstre à l’apparence vaguement humaine, qui renvoie directement à la Créature des Marais de DC Comics. D’ailleurs, l’une des couvertures variant rend un hommage direct à ce comicbook. Un détail, une corde autour de son cou, n’a pas encore trouvé d’explication. Mais la contribution du coloriste Jordan Boyd me paraît aussi importante. Il donne fréquemment aux pages une empreinte verdâtre, symbole de la tourbe qui envahit la maison des Blaine.

 

(image : © Vault Comics)

 

Questions sans réponses

Si je vous recommande sans hésitation The Plot Tome 1, il faut vous dire que le livre se termine sur un cliffhanger. Vous n’aurez pas droit à un récit entier mais à la 1re moitié d’une histoire prenante et passionnante. Ce tome révèle le prix que doivent payer les Blaine, sans en avoir encore expliqué la cause. De même, l’apparence du monstre qui les hante n’est pas encore expliquée. Enfin, la conclusion du tome voit Chase pénétrer le grenier – contre lequel sa mère l’avait averti plus tôt – pour trouver des réponses. Pour autant, l’histoire a quelques incohérences. En effet, au début de l’histoire, on voit Chase déjà présent dans la demeure des Blaine, et l’avis de décès de son frère lui est adressé à Cape Augusta. Pourtant, lorsqu’il revient dans le manoir avec les enfants de son frère, le shérif local s’étonne de le voir revenir en ville après tant d’années… Une petite incohérence qui ne nuit pas au récit.

(image : © Vault Comics)

 

Un essentiel pour les amoureux du genre

Vous aimez les histoires de maisons hantée, du type Amytiville, Poltergeist ou de la saga The Conjuring ? The Plot est fait pour vous. Ce comicbook a en effet la seule ambition de raconter un bon récit d’horreur et y parvient. S’il ne révolutionne pas le genre comme peut le faire le Gideon Falls de Jeff Lemire, The Plot est simple et efficace. Les personnages finissent par devenir attachants, notamment lorsque Chase réconforte l’ado rebelle et l’enfant mutique. De plus, au-delà des hommages précités aux films de genre, Joshua Hixson propose quelques idées visuelles propres aux comics. Une baston de bar mise en scène comme une noyade, et la dernière page de ce tome, qui donne envie de lire la suite ! Pour finir, l’ouvrage intègre les différentes couvertures de la série, dont les variantes vintage qui rendent hommage à des comics classiques. ■

(image : © Vault Comics)

The Plot, tome 1 : 1974 est un comics publié en France par Hi Comics. Il contient The Plot n°1 à 4

 




A propos JB 192 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*