Gideon Falls, tome 1 : L’éternel combat entre le bien et le mal par Jeff Lemire et Andrea Sorrentino [critique]

(image © image comics)

Top Comics a déjà fait une preview des 2 premiers épisodes de Gideon Falls. Mais le ton décompressé du récit ne permettait pas de s’en faire une idée très précise. Avec la publication du tome 1, il n’y a plus de doute lors de la lecture du premier segment : Gideon Falls est très réussi !
■par Doop

 

(image © image comics)

 

Le père Wilfred vient tout juste de débarquer dans la petite ville de Gideon Falls afin de remplacer le père Tom, mystérieusement disparu. Il comprend très rapidement que la ville est remplie de mystères, de non-dits et d’évènement macabres qui semblent relever du surnaturel. Pris entre son passé trouble et son envie d’éclaircir les mystères, Wilfred se retrouve rapidement face à un choix douloureux : laisser tomber ou combattre. Mais ce choix en est-il réellement un, surtout lorsque des images d’une grange noire apparaissent dans chacun de ses rêves ? Ailleurs, dans une grande ville, un jeune homme troublé se bat contre ses compulsions avec l’aide de sa psychiatre. Paranoïaque et terrifié, il comprend rapidement que toutes ses angoisses sont réelles, notamment ses fantasmes récurrents autour d’une grange noire. Les deux histoires parallèles de Gideon Falls sont bien évidemment liées, mais peut-être encore plus que ce que l’on croit.

 

(image © image comics)

 

Une intrigue qui avance

Si les 2 premiers numéros ne permettaient pas de donner une direction nette à la série, Jeff Lemire mettant en place tous les éléments de son récit, la suite de l’histoire est beaucoup plus explicite. Gideon Falls est un comics centrée sur le sempiternel combat entre le bien et le mal et dont le ton et l’esprit n’est pas sans rappeler la série TV La Caravane de l’Étrange. Tout n’est pas véritablement encore défini (c’est aussi le style du scénariste) et de nombreuses zones d’ombres continuent à planer autour de Gideon Falls. Mais on en apprend beaucoup, surtout en ce qui concerne la petite bourgade dans laquelle se trouve le père Wilfred. En revanche, on a encore un peu de mal avec la psychologie des personnages et l’identification n’est pas immédiate. Le reste du casting semble lui aussi un peu trop rapidement amené pour que le suspense autour de celui-ci prenne une véritable dimension. C’est peut-être le seul reproche que l’on peut faire au récit de Jeff Lemire et Andrea Sorrentino. Difficile d’être retourné par la mort d’un personnage qui n’a eu que quelques pages de présence au numéro précédent. Mais le dernier numéro, totalement onirique et qui livre une fin à la Twin Peaks est impressionnant, même s’il rajoute plus de questions que de réponses. La dernière image vous laissera dubitatifs !

 

(image © image comics)

 

Les qualités et les défauts d’Andrea Sorrentino…

Disons les choses clairement : les dessins d’Andrea Sorrentino sont vraiment superbes et parfaitement mis en couleurs par Dave Stewart. Les scènes oniriques permettent au dessinateur de jouer avec ses forces, c’est-à-dire la composition éclatée de ses cases et des tentatives de narration qui lui sont propres et qu’il utilise déjà depuis ses Green Arrow. À ce titre, Gideon Falls permet à Andrea Sorrentino de s’exprimer pleinement. En revanche, et c’est toujours un problème récurrent chez lui, il a du mal à donner aux personnages secondaires un look distinctif qui permettrait de les reconnaître au 1er coup d’œil et surtout, ses scènes d’action (car il y en a un peu) sont trop découpées, ce qui empêche de donner à ces dernières le rythme qui leur correspond. En ce sens, Sorrentino est plus un illustrateur qu’un dessinateur. Certaines de ses planches sont à tomber par terre mais niveau mouvement, c’est plus compliqué.

 

(image © image comics)

 

Un récit de grande qualité

À LIRE AUSSI : 11 comics de Jeff Lemire que vous devez lire !
Si dans cette critique j’ai pu relever quelques défauts de Gideon Falls, je n’ai en aucun cas envie de vous donner une mauvaise impression de ce comics. Comme je l’ai dit au départ, c’est une réussite et l’intrigue est assez forte pour donner envie de connaître la suite (surtout l’image de fin). Après j’ai un peu plus de mal avec les dessins de Sorrentino. Force est de reconnaître que c’est très joli même si cela plaira à beaucoup de monde. Gideon Falls est donc une série qui mérite un coup d’œil, surtout qu’avec la productivité des 2 auteurs, on peut être sûr d’avoir une suite rapide et une fin qui ne sera pas bâclée.  ■

(image © urban comics)




A propos Doop 199 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.