[Avant-première] Gideon Falls

(image © Image Comics)

Après Green Arrow et Old Man Logan, le tandem constitué de Jeff Lemire et d’Andrea Sorrentino pose cette fois-ci ses valises chez Image Comics pour nous proposer Gideon Falls, une série de science-fiction et d’horreur qui correspond parfaitement aux standards de la compagnie. Avant la sortie française du tome 1, petit tour d’horizon des 2 premiers épisodes, prometteurs.
■ par Doop

 

Norton un jeune homme perturbé (image © Image Comics)

 

Deux histoires parallèles

Gideon Falls se concentre pour le moment sur 2 personnages principaux. On fait tout d’abord connaissance avec le père Wilfred, qui vient juste d’être nommé à Gideon Falls, petite ville du fin fond de l’Amérique afin de remplacer le père Tom, disparu dans de mystérieuses circonstances. Le père Wilfred a un passé trouble et voit sa nomination comme une occasion de repartir à zéro. En parallèle, on suit le destin de Norton, un jeune garçon très troublé qui passe son temps à se balader en ville avec un masque de protection et à ramasser tous les objets qui traînent dans la rue pour les ramener chez lui. Norton est suivi par le Dr Xu, une jeune psychiatre qui l’aide à surmonter ses psychoses. Les 2 personnages, Wilfred et Norton, qui se trouvent à des milliers de kilomètres l’un de l’autre, partagent toutefois la même vision : celle de la grange noire, qui les terrifie et les confronte à leurs propres peurs…

 

L’étrange collection de Norton (image © Image Comics)

Dans Gideon Falls, tout est dans l’ambiance

Ceux qui connaissent le style de Jeff Lemire ne seront pas surpris. On sait que le scénariste prend son temps et met beaucoup d’épisodes à mettre en place ses intrigues et ses personnages. Et c’est vrai qu’après 2 épisodes, on ne sait pas trop où le récit nous mène. On ne voit pas trop le rapport entre les 2 histoires, si ce n’est la grange noire et Jeff Lemire ne nous donne aucune idée de la temporalité de sa série (futur proche, présent ?). Cela peut déstabiliser et dans les 2 premiers numéros, on ne nous a donné pour le moment aucune idée du contexte. En fait, Gideon Falls est pour l’instant une intrigue ne reposant qu’autour de son ambiance, sombre et mystérieuse, pas sur son contexte ni sur ses personnages. Cette dernière est d’ailleurs parfaitement mise en images par Andrea Sorrentino. Je n’avais pas beaucoup aimé le travail de ce dessinateur sur Green Arrow, même si je dois lui reconnaître un certain style et une grande régularité. S’il a beaucoup d’idées, il a souvent du mal avec les scènes d’action et cela donne parfois un effet très statique que ses compositions n’arrivent pas toujours à retranscrire. De fait, ici cela fonctionne parfaitement car nous n’avons pas d’action à proprement parler. Ce n’est pas du super-héros, simplement une histoire fantastique. Son style a, je trouve, quand-même un petit peu évolué. Comme d’habitude, il y a de véritables idées de composition et son dessin a gagné en détails et en finesse. Peut-être est-ce dû aux couleurs de Dave Stewart.

 

Le père Wilfred arrive à Gideon Falls (image © Image Comics)

Alors, on achète Gideon Falls ?

À LIRE AUSSI : Black Hammer : 5 bonnes raisons pour lesquelles vous devez découvrir les super-héros de Jeff Lemire !
Si sur 2 épisodes l’histoire est trop décompressée pour se faire une véritable idée de la qualité de la série (ce qui est un peu dommage) on ne peut pas non plus dire que c’est raté. Les dessins sont vraiment bons et on sait que Jeff Lemire peut produire de très bonnes choses quand il a les mains libres ( Sweet Tooth, Black Hammer). Je vais donc continuer de laisser sa chance à cette série, qui peut s’avérer géniale mais qui à mon humble avis sera beaucoup plus intéressante lors d’une lecture par arc. Les lecteurs français pourront se frotter les mains au début du mois de novembre. ■

(image © Urban Comics)

Gideon Falls sort le 2 novembre 2018 chez Urban Comics au prix spécial de lancement de 10,00 €




A propos Doop 136 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.