Something is Killing the Children, tome 1 : le nouveau comics d’horreur de James Tynion IV !

comics Something is killing the children
(image © BOOM Studios !, Urban Comics)

Depuis quelques mois, Urban Comics nous propose la gamme « Urban Links », des histoires souvent destinées aux public adolescent, publiées dans un petit format. Something is Killing the Children entre tout à fait dans cette catégorie. Et même si la présence de 2 artistes confirmés donne un peu plus d’épaisseur à une histoire convenable, elle reste toutefois un peu trop longue.
■ par Doop

 

something-is-killing-the-children
(image : © James Tynion IV)

 

Un comics pour les adolescents ?

Nous voici dans la petite ville d’Archer’s Peak, au fin fond de la campagne américaine. Et la ville est sous l’emprise d’un phénomène plus que dérangeant : la plupart des enfants disparaissent sans laisser de traces, les uns après les autres. Pire ! On les retrouve plus tard complètement massacrés ! Notre histoire commence alors que la police soupçonne James, un adolescent seul rescapé du massacre de ses amis. Mais les policiers vont rapidement se diriger vers la piste d’Erica Slaughter, une jeune fille fraîchement arrivée en ville dont la mission, nous assure-t-elle, est de se débarrasser des monstres qui peuplent Archer’s Peak. Sommes-nous en plein cauchemar ou en plein délire psychologique ? Vous le saurez en lisant ce 1er tome de Something is Killing the Children.  On le constate ici, le thème n’est pas véritablement pour les jeunes enfants. Certaines pages débordent de sang et de massacres, mais disons que, si c’est à déconseiller à un jeune public, cela reste tout à fait dans les clous d’un adolescent pas vraiment impressionnable. Certaines scènes peuvent toutefois choquer. Il y a très peu de personnages. Globalement 4 personnes tiennent l’affiche : il s’agit d’Erika, de James, du frère d’une jeune fille disparue et du shérif.

 

something-is-killing-the-children
(image : © James Tynion IV)

 

James Tynion IV, un scénariste affirmé

Le public français connaît sûrement James Tynion IV pour ses œuvres sur Batman et la Bat-Family. Mais ce serait oublier que l’auteur a produit déjà beaucoup de comics d’horreur ou de science-fiction pour BOOM Studios !, la maison d’édition qui publie Something is Killing the Children. Nous avions d’ailleurs déjà parlé de 2 de ces récits : le très iconique Memetic et le beaucoup plus ambitieux Cognetic. Des récits apocalyptiques dont je ne comprends pas qu’ils n’aient pas été publiés encore en France. James Tynion IV est donc plutôt à l’aise dans ce format d’horreur. Personnellement, j’ai beaucoup aimé ce que j’ai pu lire de lui, que ce soit dans ses récits mainstream (Gates of Gotham, notamment) ou donc, comme je le disais plus tôt dans ses comics apocalyptiques pour BOOM Studios ! Je trouve que le scénariste a une réelle facilité pour nous décrire un univers et des personnages, qu’il sait faire vivre sans aucune difficulté. Son travail est toujours de bonne qualité et c’est clairement l’un des scénaristes du moment. D’ailleurs, chacun des personnages possède sa propre voix dans Something is Killing the Children. Après, je ne pense pas que ce soit sur ce comics qu’il livre sa meilleure prestation. En effet, le décor est parfois relativement superficiel et l’intrigue repose quand-même sur plusieurs astuces maintes fois utilisées.

 

something-is-killing-the-children
(image : © James Tynion IV)

 

Un dessinateur sacrément intéressant

Quant au dessinateur Werther Dell’Edera, je dois vous confesser que je ne connaissais pas beaucoup son travail. J’ai dû le croiser au détour d’un comics Vertigo ou Marvel Comics, mais je n’avais aucune idée de son style. Et cela fonctionne plutôt bien dans Something is Killing the Children. Le dessinateur nous propose des planches d’une très bonne qualité, avec un réel travail sur les ombres et sur les designs de ses personnages. Clairement, celui d’Erica est le plus réussi, avec toutefois une mention spéciale pour les monstres. De loin, le travail de Werther Dell’Edera peut faire penser à du Tim Sale, surtout avec la colorisation de son compère de toujours Miguel Muerto, qui est une valeur ajoutée évidente à la qualité graphique de l’ensemble. J’aime beaucoup ses compositions, toujours très dynamiques et assez cinématographiques, il ne faut pas se le cacher. J’ai été un petit peu gêné par pas mal de planches dont la lecture se fait sur une double page. Ce n’est pas que c’est mal effectué, c’est que simplement le petit format ne convient pas trop pour ce type de découpage. Werther Dell’Edera alterne donc les splashpages remplies de monstres et les moments de développement de l’intrigue, où les cases sont beaucoup plus nombreuses et serrées. Cela permet de donner du style mais aussi une ambiance qui convient parfaitement au récit. Le dessinateur est vraiment le point fort de Something is Killing the Children. Tout était donc réuni pour une bonne petite série. Et si la qualité est évidente, Something is killing the children est remplie de petits défauts qui me gênent un peu.   Avec un scénariste confirmé et un dessinateur doué, tout est donc réuni pour une bonne petite série. Mais… il manque quand-même quelque chose. (retrouvez la suite de cet article page suivante)

 

 LIRE AUSSI : Batman : Joker War, tome 1 – le Joker déclare la guerre à Gotham et James Tynion IV prend la suite de Tom King

batman joker war
(image © DC Comics, Urban Comics)

 

La suite ? Tout de suite !




A propos Doop 329 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.