Something is Killing the Children, tome 1 : le nouveau comics d’horreur de James Tynion IV !

Un comics pourtant pas si original que ça

Et si la qualité est évidente, Something is Killing the Children est remplie de petits défauts qui me gênent un peu. Tout d’abord parce que la série n’est pas vraiment très originale. Il faut dire que des séries de monstres et de meurtres dans des petites villes des États-Unis, il y en a déjà à la pelle… On pense directement à la série télé Stranger Things, puis irrémédiablement à Buffy contre les vampires dans le genre demoiselle qui tranche les démons à coups de hache. En réalité Something is Killing the Children est tout sauf original. Globalement, des monstres mangent des enfants, une jeune fille arrive et lui tranche la tête. C’est à peu près tout ce qu’il se passe dans ces 5 épisodes. Et on s’ennuie un peu. Ce qui n’est en général pas un problème puisque je vous ai précisé plus tôt que James Tynion IV est plutôt doué pour poser des ambiances, un décor et des personnages. Mais là, je ne sais pas pourquoi, j’ai trouvé le cadre de la ville un peu trop superficiel. Cela aurait pu à la rigueur fonctionner sur une mini-série, ce que Something is Killing the Children devait être à la base, mais là, ce n’est pas vraiment suffisant ni satisfaisant. On ne sait pas trop ce qui se passe, où l’on se trouve, pourquoi personne ne réagit. Je suppose quand même que si une vingtaine d’enfants disparaissent d’une même ville, quelqu’un tirerait la sonnette d’alarme, cela ferait le buzz un minimum. De la même manière, toute l’intrigue secondaire autour des « maîtres » d’Erica semble cousue de fil blanc, même si quelques idées sont vraiment sympathiques. Je pense notamment à la peluche pieuvre qui sert limite de talkie walkie à notre tueuse de démons. On arrive donc à la fin du comics Something is Killing the Children comme l’on arriverait à la fin d’un épisode pilote de série TV. Pas un épisode qui nous ferait dire que la série est géniale, mais un épisode classique, qui lance une série dont on ne pourrait connaître la qualité qu’au fur et à mesure des épisodes. Plutôt réussi mais pas transcendant en fait. Et le format n’arrange pas les choses.

 

something-is-killing-the-children
(image : © James Tynion IV)

 

Un comics qui vaut le coût ? (le jeu de mots est inclus)

Ce qui m’a un peu surpris avec Something is Killing the Children , c’est que ce n’est pas du tout un récit auto-contenu. Ce que j’avais pu lire de la gamme Urban Link, c’était pour moi avant tout des histoires avec un début, un milieu et une fin. Et ce n’est pas vraiment le cas ici puisque Something is Killing the Children est surtout une série régulière, même si au départ elle a été vendue comme une mini série de 5 épisodes. Nous avons donc une série à suivre dans ce format, et je trouve que ce n’est pas très avantageux. En effet, si les pages sont de bonne qualité, épaisses et en couleurs, le format est quand-même tout petit et ne contient que 5 épisodes. Tout cela pour 14,50 €. C’est un peu cher. Je pense que c’est largement le prix d’un album format comics et cela me gêne. Surtout que bon, même si Something is Killing the Children n’est pas un monument de glauque et de gore, c’est un comics qui aurait tout à fait pu être proposé dans le cadre d’un format classique. Je pense que sur ce format-ci, je ne serai pas présent pour la suite de Something is Killing the Children.■

 

something-is-killing-the-children
(image : © James Tynion IV)

Something is Killing the Children est un comics publié en France par Urban Comics. Il contient : Something is Killing the Children n°1 à 5 de la série.  

 

À LIRE AUSSI : Batman Metal – Le Multivers noir : Et si les grands events DC Comics devenaient ultra-violents et gore ?

Batman metal multivers noir
(image © DC Comics, Urban Comics)

 




A propos Doop 329 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.