Le talent de Steve Ditko au service de tous les genres (la période Charlton-Atlas)

Le talent Steve Ditko au service de tous les genres (la période Charlton-Atlas)

Steve Ditko a disparu le 29 juin 2018. Top Comics poursuit l’hommage à ce monstre sacré de la bande dessinée américaine à travers une série d’articles racontant son immense carrière. Dans cet article, nous nous attardons sur la période Charlton/Atlas, son travail sur Mysterious Traveller et son Captain Atom !
■ par Doop

 

Steve Dikto connaît un début de carrière prometteur, sous la houlette de Jerry Robinson. Embauché par l’éditeur Charlton Comics, il met rapidement son talent au service d’histoires d’épouvante et d’horreur (pour en savoir plus, lisez notre article « Comment Steve Ditko, le co-créateur de Spider-Man, a-t-il commencé sa carrière de dessinateur de comics ? »). Au milieu des années 50, Steve Ditko se réinstalle derrière sa planche à dessins après un an d’absence (une année pendant laquelle il soigne sa maladie). Rapidement, il reprend sa collaboration avec l’éditeur Charlton Comics. Mais, à cette époque, les ventes de comics d’horreur déclinent.

 

Le Mysterious Traveler, l’inquiétant personnage qui présente les histoires surnaturelles du magazine homonyme

 

L’artiste n’a alors pas d’autre choix que de se tourner vers d’autres genres comme la science-fiction, le fantastique et le western. Le dessinateur signe des planches de plus en plus soignées où son style abstrait, surréaliste et précis fait des merveilles. Il devient rapidement l’un des artistes les plus importants de Charlton Comics. L’éditeur lui propose son premier personnage récurrent, un mystérieux voyageur qui présente les histoires fantastiques du magazine Tales Of The Mysterious Traveller, une adaptation d’un show radio. Les titres s’accumulent et on voit le nom de l’artiste apparaître un peu partout. Il signe ainsi des couvertures et des épisodes dans les revues Outer Space, Space Adventures et même Black Fury qui raconte les aventures d’un pur-sang dans un ranch Américain et dans lequel le dessinateur peut s’essayer au style animalier réaliste.

 

Captain Atom, premier super-héros imaginé par Steve Ditko

 

Alan Moore s’inspire de son Captain Atom dans Watchmen

Alors que National (DC Comics) réinvente avec succès Flash et Green Lantern, Steve Ditko propose l’un de ses 1er super-héros maison dans les pages du magazine Space Adventures : Captain Atom, créé en 1960 avec le scénariste Joe Gill. Captain Atom est publié de mars 1960 à juin 1961 et apparaît dans de courtes aventures d’environ 6 pages. Ce format ne permet pas à Joe Gill et Steve Ditko de développer un casting important, ni même de proposer des histoires élaborées sur la longueur. Le héros est donc constamment confronté à des extra-terrestres ou à des espions russes. Si le personnage de Captain Atom est assez secondaire et ses histoires franchement médiocres (en dépit du dessin), sa création est remarquable pour plusieurs points. Tout d’abord, il s’agit du tout 1er super-héros dessiné par Steve Ditko quelques mois avant la publication de son Spider-Man par Marvel. De plus, Captain Atom est la principale inspiration d’Alan Moore pour le personnage du Dr Manhattan, héros de la série Watchmen en 1986.

 

Le talent Steve Ditko au service de tous les genres (la période Charlton-Atlas)
Un exemple de planche très originale pour l’époque imaginée par Steve Ditko (Journey into Mystery, 1963)

 

Embauché par Stan Lee pour travailler chez Atlas

Lorsque Charlton Comics périclite, Steve Ditko est embauché par Stan Lee, directeur de la compagnie Atlas pour dessiner avec Jack Kirby et Joe Maneely. Au fil des mois le jeune dessinateur issu de Charlton prend de plus en plus d’importance au sein de la firme. Désormais, Stan Lee lui propose, à l’instar de Kirby, de grandes quantités de travail. La plupart des publications Atlas mettent sur un pied d’égalité les 2 dessinateurs. Les anthologies suivent d’ailleurs presque toutes le même schéma. Une couverture accrocheuse et une 1ère histoire signées Kirby, puis 2 histoires un peu plus faibles signées Sinnott, Ayers ou Heck, puis l’anthologie se conclut inévitablement par un épisode de Ditko. Le style tout en élégance, en finesse et en psychologie de l’artiste s’accorde parfaitement aux ambitions de Stan Lee, qui peut ainsi proposer des ambiances complètement différentes dans ses récits. À cet égard, Steve Ditko est un complément idéal à Kirby puisqu’il développe une manière élégante et psychédélique de raconter des histoires contrairement aux cases tout en puissance et en mouvement de Jack Kirby (à suivre mercredi 11 juillet 2018). ■




A propos Doop 229 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.