Sandman : les 7 meilleurs épisodes du célèbre comics de Neil Gaiman

sandman neil gaiman
(image © DC Comics)

La série Sandman comporte 75 épisodes et un hors-série ainsi que d’autres récit satellites qui gravitent autour. Prochainement adapté sur petit écran par Netflix et par son créateur, Neil Gaiman, je vous propose aujourd’hui de découvrir parmi tous ces épisodes les 7 qui m’ont le plus touché, par ordre croissant.
■ par Doop

Sandman, c’est qui ? C’est quoi ?

sandman
image ©: DC Comics

Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série Sandman, voici rapidement une présentation de son contexte et de ses enjeux. Sandman, alias Dream, ou Morpheus, est un Éternel (« Endless » en VO), une famille de 7 membres. Chaque membre de la famille est la personnification d’un aspect de la conscience : Destiny (le Destin), Death (la Mort), Dream (le rêve, l’imagination), Desire (le Désir), Despair (le Désespoir), Destruction et Delirium (la Folie). Dream est donc une version anthropomorphique du rêve, le maître des histoires et de l’imagination. En tant qu’expression du rêve, c’est aussi lui qui définit la réalité. Au tout début des années 1900, Dream est capturé par un sorcier et enfermé durant près de 80 ans. Après son évasion, Dream se rend compte que son royaume a été laissé à l’abandon. Il lui faut donc remettre de l’ordre en récupérant les rêves qui se sont échappés dans la réalité et retrouver ses artefacts de pouvoir. Fatigué et rattrapé par son passé (ses anciennes amours, son fils Orphée), Dream n’a plus que 2 choix possibles : changer ou mourir. Sandman est un comics en 75 épisodes, ses thèmes principaux sont donc les histoires, la manière de les raconter mais aussi la volonté de changement. L’intégralité de la série Sandman est disponible en 7 volumes chez Urban Comics.

 

 

Sandman n°6 : 24 Hours

sandman meilleurs épisodes
(image : © DC Comics)

Même si Neil Gaiman avoue ne pas avoir encore trouvé sa « voix » lors de cet épisode, c’est définitivement un de ceux qui rend le plus mal à l’aise. Faisant partie de l’arc Preludes et Nocturnes, cet épisode est totalement centré sur les clients d’un restaurant, dans lequel atterrit le vilain de l’histoire, le Docteur Dee. Dee peut contrôler mentalement les gens qui l’entourent et il va faire durant 24 pages (et 24 heures) un véritable carnage dans le restaurant, poussant les clients à s’auto-mutiler, se battre ou s’accoupler au gré de ses fantasmes. Neil Gaiman nous présente des personnages forts, développés et auxquels on s’attache très rapidement, comme Bette, la serveuse qui veut devenir écrivaine ou encore Judy, qui vient de rompre avec sa fiancée. Tous les participants sont à l’honneur et leur vie parfaitement décrite. Ce qui rend leur destin encore plus tragique. D’ailleurs, Sandman n’apparaît que sur la dernière vignette de l’épisode. Un épisode qui prend vraiment aux tripes, dont l’aspect horrifique est encore plus renforcé par les dessins sombres de Mike Dringenberg et de Malcolm Jones III.  A noter que la petite amie de Judy n’est autre que Foxglove, un des personnages récurrents de Sandman.  Neil Gaiman voulait s’inspirer du film de Peter Greenaway Drowning by numbers, en faisant une planche par heure, mais il s’est rendu compte que c’était trop compliqué.

 

LIRE AUSSI : C’est quoi ton comics préféré ? [billet d’humeur]

 

Sandman n°8 : The Sound of Her Wings

sandman meilleurs épisodes
(image : © DC Comics)

C’est certainement l’un des épisodes les plus emblématiques de Sandman. C’est en effet la toute 1ère fois que l’on rencontre un des membres de sa famille, et ce n’est pas la moindre puisqu’il s’agit tout simplement de sa grande sœur Death, alias la mort ! Alors que Sandman se morfond sur son futur et sur avenir, c’est elle qui va lui redonner le sens des responsabilités et du devoir. Selon Neil Gaiman, c’est véritablement sur cet épisode qu’il a su où il voulait aller et quel ton donner à la série. Un épisode magistral, encore une fois réalisé par Mike Dringenberg et Malcolm Jones III. C’est d’ailleurs le dessinateur qui a proposé l’apparence de Death en se basant sur celle d’une amie à lui, Cinnamon, récemment décédée. Lorsque Neil Gaiman et son compère Dave Mc Kean ont reçu les dessins, ils étaient attablés à un restaurant où la serveuse ressemblait trait pour trait aux dessins de Dringenberg. Ils ont pris cela comme un signe positif, et ils ont eu raison. On notera aussi que cet épisode a été publié dans les 2 premiers TPB de la série, ce qui prouve sa popularité auprès des lecteurs.

 

LIRE AUSSI : Good Omens : 5 bonnes raisons de regarder la série télé inspirée du roman de Terry Pratchett et de Neil Gaiman

Good omens série télé dvd blu-ray
(image © Amazon, Koba)
La suite ? Tout de suite !




A propos Doop 322 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.