Critiques doopiennes, le marathon comics : semaine 3 !

Wonder Woman : Dead Earth

(Daniel Warren Johnson)

Critiques Doopiennes semaine 3
(image : © DC Comics)

Wonder Woman Dead Earth : Ça raconte quoi ?

Wonder Woman se réveille dans un futur apocalyptique, ravagé par une guerre nucléaire. Elle doit désormais protéger l’une des dernières villes humaines contre des créatures difformes et titanesques. Quel secret cache ce nouveau monde terrifiant ? Et quelle est l’implication de Wonder Woman dans l’accident qui a mené à ce monde condamné ?

Surcoté ou vrai bon auteur ?

D’habitude je me méfie lorsqu’on nous présente un auteur qui est censé révolutionner le monde des comics. Et Daniel Warren Johnson bénéficie en ce moment d’une très bonne côte aux Etats-Unis ! Globalement c’est devenu un peu la nouvelle coqueluche des fans de comics. Le dernier à avoir connu cette sorte de popularité, c’est le très surcoté Sean Murphy, qui s’il est un bon dessinateur, nous a prouvé qu’il n’était qu’un scénariste médiocre. Il suffit de lire son Punk Rock Jesus qui n’apporte rien de nouveau ou son Batman White Knight peu inspiré et très conventionnel pour s’en rendre compte. Donc je me méfiais. Mais ce que j’avais vu en preview des dessins me plaisait plutôt pas mal. J’ai donc accouru à ma librairie pour acheter ce comics, en me demandant bien si la hype était légitime ou non. Et force est de reconnaître que c’est pas mal du tout !

Un auteur qui utilise ses forces

Bon, cela ne révolutionne en rien le monde des comics mais Daniel Warren Johnson propose de très bonnes idées. Nous sommes dans le Black Label, qu’on pourrait quand-même renommer Elseworlds, tellement les histoires qui sont proposées au sein de cette ligne s’apparentent plus à des récits alternatifs qu’à de véritables bandes dessinées réservées à un public un peu plus adulte. Et c’est encore le cas ici, avec un sujet qu’on a l’impression d’avoir déjà vu des centaines de fois. Un super-héros qui se réveille dans un monde post-apocalyptique, de mémoire, y’a eu le Batman de Snyder et Capullo dernièrement, bref, c’est tout sauf une nouveauté. Alors qu’est-ce que Daniel Warren Johnson a à dire de plus ? Quand on y pense, pas grand-chose, mais c’est réussi !
Son approche est classique mais finalement, il introduit quelques éléments qui fonctionnent. On a toutefois l’impression qu’il a adapté son histoire à son style de dessin, parfait pour des monstres difformes et du coup cela marche. Il nous livre donc des scènes de bataille assez impressionnantes, avec des corps bizarres, des monstres un peu pourris qui peuvent faire un peu penser à du Akira.

Personnel mais respectueux

On a de bonnes idées au scénario, surtout lorsque Daniel Warren Johnson intègre dans son récit des personnages de l’univers DC. La relation entre eux fait sens et donne envie. On y retrouve une véritable princesse guerrière, qui tranche les membres des monstres mais qui a du mal à trancher sur l’intégrité de la race humaine et sa valeur. Il n’y a rien à dire, c’est vraiment bien fichu.
Mais la force de Wonder Woman : Dead Earth reste avant tout la partie graphique. Daniel Warren Johnson a une patte bien particulière, je ne le rapprocherai pas vraiment du manga, plutôt un croisement entre du Paul Pope et du Sophie Campbell. Et c’est vraiment très joli à regarder. Les planches sont dynamiques à souhait, les détails foisonnent et l’univers est parfaitement décrit. De plus, Daniel Warren Johnson a de très bonnes idées d’illustration, livrant parfois des pages ou des couvertures qui personnellement m’ont fait frissonner. C’est donc un excellent récit, qui respecte le personnage et ne le tord pas pour le faire entrer dans son univers. Daniel Warren Johnson livre une œuvre personnelle mais qui ne trahit aucunement l’esprit de la princesse amazone. C’est donc fortement recommandé !

critiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocoli demi

 

Wonder Woman Dead Earth contient les épisodes n°1 à 4 de la série Wonder Woman Dead Earth publiée par DC Comics aux Etats-Unis et en France par Urban Comics.

Critiques Doopiennes semaine 3
(image : © DC Comics)

 

Prochainement

On verra ce que vaut la nouvelle série Power Pack, on ira aussi dans l’espace avec le Spaceman le plus connu de l’univers : David Bowie. On ira faire un tour du côté des jeux de rôles avec une critique de DIE ! Et certainement plein d’autres choses, dont du Batman et du X-Men par Hickman ! Allez, on y croit !

 




A propos Doop 374 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*