American Jesus, volume 2 : 16 ans après le 1er comics, Mark Millar et Peter Gross imaginent un nouveau messie bien paresseux !

(image © Panini Comics, Image Comics, Netflix Entertainment)

Il a fallu attendre 16 ans et un partenariat avec Netflix pour que Mark Millar et Peter Gross se décident enfin à réaliser la suite d’American Jesus. Et ce qui avait été au départ une bonne petite mini-série assez amusante et un peu provocante se transforme en une suite maladroite. Au mieux inutile, au pire complètement en dehors des clous et surtout dans l’air du temps.
■ par Doop

 

american jesus nouveau messie
(image © Panini Comics, Image Comics, Netflix Entertainment)

 

A quoi peut-on s’attendre ?

Sacré Mark Millar. Le scénariste du volume 2 d’American Jesus a toujours une idée derrière la tête lorsqu’il réalise quelque chose, et ne fait jamais rien gratuitement. Je dois vous avouer que j’ai des relations assez conflictuelles avec ses œuvres. Plutôt conquis par ses Authority, Ultimates 1 et Civil War, je trouve que depuis, le succès et la reconnaissance l’ont enfermé dans ses tics d’écriture. Je déteste purement et simplement Kick-Ass et tout ce qui a pu s’en suivre. Nemesis et autres récits comme Hit Girl ou les suites de Kick-Ass sont tout simplement des comics remplis de facilités, écrits à la va-vite et qui font de gros doigts à l’ensemble de ses lecteurs, certains ne le voyant même pas. Après, Mark Millar reste quand même un scénariste qui, s’il en a vraiment envie, peut livrer de très bonnes histoires. Et après une longue période de sevrage, j’ai retrouvé confiance en lui : il a suffi de quelques récits plutôt bien ficelés comme Jupiter’s Legacy ou encore Starlight. Je retrouvais un scénariste qui, s’il n’arrivait toujours pas à son niveau initial, donnait un peu plus de corps et de sérieux à ses intrigues. Mais depuis quelques temps, Mark Millar semble retomber dans ses travers. Il faut croire que son partenariat avec Netflix l’occupe beaucoup car il a perdu, à mon sens, l’envie d’écrire de bonnes histoires, tout du moins de s’y intéresser un peu. The Magic Order, avec Olivier Coipel ne racontait absolument rien et Prodigy nous donnait simplement une resucée flemmarde de James Bond, même si mon camarade Ben Wawe n’était pas d’accord avec moi sur ce point. Et puis, souvent, il foire totalement ses suites, comme Ultimates 2, Jupiter’s Lecagy tome 2 ou Kick Ass, qui est encore plus ras de plafond que le 1er opus. Sachant que American Jesus est un comics que j’avais véritablement apprécié, le facétieux scénariste écossais allait-il me combler ou me décevoir ? Une réponse en un seul mot : houlà !

 

american jesus nouveau messie
(image © Panini Comics, Image Comics, Netflix Entertainment)

 

Mais pourquoi une suite ?

Il faut tout d’abord se poser la question d’une suite à American Jesus : Chosen. Parce que je pense que le 1er volume de la série est totalement auto-contenu. La fin est parfaite et repose sur un twist final que je vous donne ici en spoiler si vous ne l’avez pas lu.

!!! SPOILER !!!!

Le jeune Jodie, le héros du 1er volume se révèle être non pas le nouveau messie mais seulement l’antéchrist

!!! FIN DU SPOILER !!!!

C’est cette révélation qui clôt le récit de Mark Millar et c’est tout ce qui fait de American Jesus : Chosen une très bonne mini-série. Sauf que voilà, Mark Millar nous sort finalement une trilogie. 16 ans après ? Pourquoi pas ? Mais comme toujours, il faut une justification à cela. De fait, Millar nous pond un récit très paresseux en nous livrant pendant 3 numéros le destin et la vie de celle qui va devenir l’ennemi de Jodie, le héros du 1er tome : Catalina. C’est un récit complètement rédigé en parallèle du 1er. Ce qui ne fonctionne évidemment pas. En effet, ce qui fait la force de la 1re histoire c’est de voir ce gamin développer des pouvoirs extraordinaires et se demander si c’est véritablement la nouvelle incarnation de Jesus. Et puis la révélation de fin. De fait, en utilisant une structure en parallèle, il n’y a strictement aucun suspens. Sachant qui est Jodie, on sait forcément tout de Catalina. Et comme on sait que les 2 vont se rencontrer dans le 3e tome, on se doute bien que tout ne va être construit que pour en arriver à cette confrontation. De fait, il n’y a aucun mystère, aucune intrigue et s’il veut susciter un peu d’intérêt, Mark Millar doit donc travailler sur la vie et les choix de Catalina. Et c’est une catastrophe, limite nauséabonde. (lisez la suite de la critique en page suivante)

 

À LIRE AUSSI : American Jesus : Et Mark Millar est son prophète !

(image © Panini Comics, Image Comics, Netflix Entertainment)

 

La suite ? Tout de suite !




A propos Doop 370 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*