American Jesus : Et Mark Millar est son prophète ! [critique]

(image © Image Comics)

On connaît par cœur les séries du Millarverse comme Kick-Ass, Wanted, Jupiter Legacy ou encore Kingsman : Secret Service. Et pourtant, l’une des toutes 1res séries du scénariste dans cet univers (avec Peter Gross aux dessins), est passée totalement inaperçue. Et pourtant, c’est une des meilleures !
■par Doop

 

Jodie Christianson est un adolescent de 12 ans qui vit une vie tranquille dans une petite ville des Etats-Unis. Il n’a pas vraiment de bons résultats scolaires et ce n’est pas non plus un garçon exemplaire. Tout d’un coup, sa vie va basculer. Un camion rate un virage pour sauter par-dessus un pont et s’écrase en explosant sur Jodie. Mais le jeune homme s’en sort sans aucune égratignure ! Il n’en faut pas plus pour que les autorités religieuses de la ville soient intéressées par ce qui paraît être un véritable miracle. On se dit que parfois, les miracles arrivent. Mais lorsque Jodie devient un élève surdoué et commence à transformer l’eau en vin et à guérir les aveugles, on se dit qu’il y a effectivement quelque chose d’étrange. Surtout que des sociétés secrètes semblent en savoir plus sur l’affaire…

 

(image © Image Comics)

 

Mark Millar et la religion

Personnellement, ce sont 2 termes que je redoutais de voir accolés. En effet, Mark Millar est un scénariste tout à fait capable, qui a réalisé de très bonnes choses (notamment The Authority et son premier tome des Ultimates). Mais à mon avis Mark Millar a réalisé des récits vraiment trop lourdingues sur sa ligne du Millarworld. Tout est une question d’appréciation mais le scénariste a une fâcheuse tendance à en faire des caisses et à aller dans la surenchère gratuite et facile pour faire le buzz. Les pires exemples sont Kick-Ass ou encore Nemesis, dans lesquelles on sentait trop les raccourcis foireux, le gore et le sexe… Parce que c’est cool. Le scénariste a néanmoins eu la bonne idée de se recentrer depuis quelques temps en proposant de véritables récits où l’histoire compte plus que l’envie de faire parler de soi. Mark Millar a même réalisé de très bons comics comme Jupiter’s Legacy, Starlight ou Huck. De fait, j’avais un peu peur de lire un vieux récit de Millar (Chosen date de 2004) avec pour thème la religion. Cela pouvait partir en grand n’importe quoi et en farce sans intérêt. Si Chosen n’existait que pour faire de l’anti-curé primaire, cela ne m’intéressait pas (et la couverture du label Angle Comics aujourd’hui disparu pouvait laisser présager le pire).

 

(image © Image Comics)

 

Une bonne surprise

Chosen, sans être totalement révolutionnaire, est plutôt un bon récit, pas extraordinaire mais avec une intrigue plutôt forte et une fin malicieuse. En effet, Mark Millar construit son intrigue uniquement pour arriver à une conclusion amusante et finalement politique. D’ailleurs, je m’étonne qu’en ces temps troublés, aucun éditeur n’ait songé à ressortir cette histoire. Il n’y a rien de véritablement irrévérencieux, ce n’est pas une charge gratuite mais simplement un point de départ à une critique non pas de la religion mais plutôt des États-Unis. Mark Millar joue avec le lecteur sans chercher à le choquer et finalement le récit se lit plutôt bien, sans être encore une fois foufou. On pourra rétorquer que Chosen ne tient que pour son twist de fin et on aurait raison. Mais le chemin qui mène à la chute n’est pas désagréable non plus.

 

(image © Image Comics)

 

Un point fort : les dessins

À LIRE AUSSI : Magic Order : la nouvelle création de Mark Millar et Olivier Coipel pour Netflix
Ce qui fait aussi sortir Chosen du lot, ce sont les dessins de Peter Gross. Ce dessinateur trop mésestimé a pourtant réalisé de grandes séries : Lucifer version Mike Carey, Hellstorm avec Warren Ellis et plus récemment Unwritten. Pour ceux qui ne connaissent pas son style, on peut l’apparenter à celui d’un Mark Buckingham un peu plus haché et sale. Ce sont des excellents dessins, qui mettent en valeur le récit. De fait, Chosen ne ferait pas tâche dans le catalogue actuel d’un éditeur. Une curiosité à découvrir. ■

(image © Image Comics)




A propos Doop 120 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.