Watching the Watchmen : dans les coulisses du comics culte de Dave Gibbons et Alan Moore !

watching the watchmen
(image : © DC Comics)

Watching the Watchmen nous plonge dans les coulisses de la création du comics Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons. Un ouvrage qui regorge de dessins préparatoires et d’anecdotes qui permettent de prolonger l’aventure !
■ par Doop

 

watching the watchmen
Une image pour un jeu de rôle Watchmen (image : © DC Comics)

 

Watchmen vu par Dave Gibbons

Il y a déjà eu, je pense, des dizaines d’ouvrages ou d’articles retraçant la genèse et les circonvolutions créatives autour de Watchmen, comics que l’on peut considérer comme l’une des œuvres artistiques majeures du 20e siècle. Mais à ma connaissance, c’est la 1ère qui soit entièrement écrite par Dave Gibbons, le cocréateur du comics originel. Ce dernier nous raconte donc sa propre version du processus créatif qui a mené jusqu’au dernier épisode de Watchmen, en commençant par sa 1ère rencontre avec Alan Moore. Et il faut bien l’avouer, c’est passionnant. Je suis particulièrement réceptif à ce genre de récit et à toutes ces anecdotes qui permettent à une histoire de devenir celle qu’elle est. Au 1er abord, il semble difficile de proposer quelque chose d’inédit sur la création de Watchmen, tellement ce titre a été analysé et scruté sous tous ses angles. Et pourtant, Dave Gibbons arrive quand-même à nous intéresser puisqu’il relate non pas des anecdotes sur Watchmen en lui-même mais uniquement sur la création de l’œuvre, son côté artisanal. Il dévoile comment le trio – composé d’Alan Moore, Dave Gibbons mais aussi du coloriste John Higgins – a travaillé quasiment de manière autonome pendant 2 ans. Et c’est extrêmement intéressant pour le fan de Watchmen, mais aussi pour celui de Dave Gibbons ou d’Alan Moore. On apprend comment les 3 communiquaient entre eux, le fait qu’Alan Moore livrait souvent ses scripts page après page à D. Gibbons, les faisant parvenir en taxi pour que cela aille plus vite. On découvre aussi qu’il n’y a eu quasiment aucune ingérence éditoriale, du fait que les 3 artistes se trouvaient en Angleterre alors que les responsables vivaient aux États-Unis. Un passage important nous relate aussi la manière dont John Higgins a colorisé, puis recolorisé les planches de Watchmen pour les futures éditions. Encore une chose assez sympathique : tout le passage où Dave Gibbons se félicite de l’édition française de la série, originellement publiée par Zenda. Au passage, il massacre totalement la toute 1ère traduction de l’œuvre par les éditions Aredit. Mais toutes ses anecdotes ne seraient rien sans la véritable valeur ajoutée de Watching The Watchmen :  les dessins préparatoires et les esquisses de chaque planche.

 

watching the watchmen
Les fameux thumbnails (image : © DC Comics)

 

Des dessins jamais vus

Dave Gibbons nous ouvre certes son tiroir à anecdotes dans Watching The Watchmen, mais avant tout son carnet de dessins ! Et pour le coup, c’est une véritable mine d’or. On y voit les tout premiers essais sur les personnages, les changements de costume, les tests de couleur. Et pour le coup, j’ai été bluffé de découvrir presque 35 ans après ma première lecture que le costume de Rorschach devait à l’origine être totalement intégral ! J’ai beaucoup aimé aussi les 1eres idées dessinées par D.Gibbons et A.Moore sur des feuilles de papier, au cours d’une discussion préparatoire, chacun d’entre eux dessinant sur un coin de la feuille. Alors certes, on n’en apprend pas non plus énormément, mais c’est assez amusant. Et puis, nous avons aussi droit à tous les « thumbnails » de la série. Un « thumbnail », pour ceux qui ne le sauraient pas, c’est une sorte de « storyboard » de l’épisode. En effet, Dave Gibbons, avant de se lancer dans la création d’un épisode, découpait toutes ses planches sur de petites vignettes préparatoires afin de mieux gérer le rythme et la narration. Eh bien TOUTES ces vignettes, les presque 400 pages préparatoires sont dévoilées ici. Et on pourra s’amuser à chercher les différences entre ces vignettes et la page finale. C’est un vrai petit bonheur.

 

watching the watchmen
Les premières esquisses de Rorschach et d’Ozymandias (image : © DC Comics)

Un grand absent

Si Watching The Watchmen promet graphiquement des tonnes de bonus, je dois pourtant vous avouer que je suis un peu resté sur ma faim. Parce que, même si Dave Gibbons évite sincèrement le problème, il y a quand-même quelque chose qui manque pour faire de Watching The Watchmen un ouvrage de référence sur la création de la série. Vous l’avez deviné, il s’agit bien évidemment d’Alan Moore. Loin de moi l’idée de relancer le débat, mais quand on voit ce que dit Dave Gibbons, on ne peut pas s’empêcher de se dire qu’on aurait adoré avoir quelques détails de création de la part du sorcier de Northampton. C’est le seul défaut de ce livre, qui, comme je l’ai déjà dit, fera un splendide cadeau de Noël, à un prix en plus très abordable ! ■

Watching the Watchmen
(image © DC Comics, Urban Comics)

Watching the Watchmen est un livre publié par Urban Comics, 29 €.

 

À LIRE AUSSI : Watchmen : 12 références cachées que même les fans n’ont (peut-être) pas remarquées !

watchmen references
(image © DC Comics)




A propos Doop 367 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*