Avec Bendis, un Miles Morales peut en cacher un autre ! [Spider-Men II, la review]

Un Miles Morales peut en cacher un autre ! [review Spider-Men II]

Leur précédente rencontre vous avait laissé comme un goût de trop peu ? Dans Spider-Men II, les 2 Spider-Man, Peter Parker et Miles Morales, se recroisent de nouveau. Mais Brian Michael Bendis leur préfère un autre personnage mystérieux. L’occasion pour le scénariste d’insuffler un ton polar à cette mini-série agréable et peut-être plus importante qu’on ne l’imagine de prime abord…
■ par Stéphane Le Troëdec

 


LA PISTE AUX ÉTOILES

Scénario : ★★★☆☆

Dessin : ★★☆☆☆

Feeling : ★★★☆☆


Un Miles Morales peut en cacher un autre ! [review Spider-Men II]

Résumons : dans Spider-Men, le Spider-Man de l’univers Marvel classique s’aventurait dans l’univers Ultimate et croisait la route de Miles Morales, le Spider-Man de cette dimension. Après avoir contrecarré les plans d’Electro, nos deux héros rentraient chez eux. Sauf que Brian Michael Bendis, le scénariste, évitait soigneusement de répondre à une question : si les 2 univers sont semblables à quelques détails près, qui pouvait bien être le Miles Morales de l’univers classique ? Depuis Spider-Men, le multivers Marvel a été chamboulé par la saga Secret Wars. L’univers Ultimate a disparu, son Miles Morales a été rapatrié dans l’univers classique, et Peter Parker est devenu un entrepreneur heureux. Et donc, forcément, avec 2 Spider-Man dans le même univers, il fallait bien qu’un jour ces deux-là se recroisent. C’est fait, et ça s’appelle Spider-Men II !

 

Un Miles Morales peut en cacher un autre ! [review Spider-Men II]

 

Qui est Miles Morales ?

Dans Spider-Men II, Peter Parker retrouve Miles Morales. Et comme les deux héros se connaissent, on gagne du temps pour plonger directement dans l’action. Seulement Brian Michael Bendis va profiter de ce court crossover pour creuser ce qu’il avait laissé en suspens dans Spider-Men. Même s’ils affrontent le Maître de Corvée, très vite, nos deux héros cèdent la place à une autre histoire. Celle de Miles Morales, celui de l’univers classique, dont on ignorait tout jusqu’à présent. Hormis une petite allusion à la fin de Spider-Men lorsque Peter Parker affichait un air dégoûté après une recherche sur internet pour trouver le fameux Miles. Spider-Men II est donc le prétexte pour éclaircir l’identité du double du Miles Morales de l’univers Ultimate. Et autant vous dire que les 2 personnages sont très, mais alors vraiment très différents !

 

Un Miles Morales peut en cacher un autre ! [review Spider-Men II]

 

Du polar dans mon Spider-Man

On connait les points forts de Bendis : il n’est jamais autant à l’aise que dans le genre polar. Les lecteurs se souviendront qu’il fut un temps où il écrivait des titres de références comme Jinx, Goldfish ou Torso (les lecteurs les plus perspicaces remarqueront que ça commence à remonter). Dans Spider-Men II, Bendis n’hésite pas à mettre ce deuxième Miles Morales en avant, au point de mettre de côté les Spider-Men du titre ! Bendis amorce ce changement de style avec l’apparition du détective privé Jessica Jones (Alias, une des créations du scénariste). En réalité, un tour de chauffe avant de passer au choses sérieuses. Au cours d’un très long flash-back, Bendis lui invente un passé et le « greffe » à la pègre new-yorkaise. Pendant sa jeunesse, ce Miles Morales a frayé avec un certain… Caïd. Et l’histoire de prendre alors une tournure curieuse, puisque d’une intrigue super-héroïque classique on passe à un polar ! LE terrain de jeu préféré de Bendis. Il nous raconte alors la rencontre en prison de Miles avec le Caïd, puis leur ascension au sein des gangs et enfin la tragédie qui va frapper ce Miles Morales. C’est clairement la partie la plus réussie de Spider-Men II,

 

Un Miles Morales peut en cacher un autre ! [review Spider-Men II]

 

Choc inter-dimensionnel

Une fois cette étonnante parenthèse « polar » refermée, le lecteur n’en a pas pour autant fini avec les surprises. Sans rien spoiler, disons qu’avec Spider-Men II Brian Michael Bendis s’amuse à rouvrir une possibilité qu’on pensait avoir disparu après Secret Wars. Alors d’un côté, on regrettera que le scénariste ne trouve rien de plus original pour conclure son histoire. De l’autre, Spider-Men II est aussi l’occasion de rendre hommage à tout un pan de son boulot chez Marvel, alors qu’il va partir pour la concurrence. Et l’intervention de Mark Bagley, le temps d’une poignée de cases, vient enfoncer cette idée. La fin de Spider-Men II laisse dubitatif : clin d’œil ultime (ah, ah !) ou réelle ouverture vers de nouvelles possibilités ? L’avenir nous le dira. D’ici là, le duo Peter Parker-Miles Morales est de nouveau en kiosque dans le magazine Generations.  ■




A propos Stéphane Le Troëdec 348 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.