Dr Doom : une nomination aux Eisner Awards méritée ?

Doctor Doom
(Image : © Marvel Comics)

Dr Doom est une nouvelle série régulière sortie il y a à peine quelques mois aux Etats-Unis. Lancée dans un quasi-anonymat, Doctor Doom se voit toutefois mise en avant lors de la liste des nominations des Eisner Awards, les « Oscars » des comics. C’était l’occasion de la ressortir et de voir si cette série mérite sa nomination…ou pas !
■ par Doop

 

Doctor Doom
(Image : © Marvel Comics)

Une série venue de nulle part

Je n’ai pas vu le Dr Fatalis depuis la fin de Secret Wars. Donc je ne connaissais pas ses dernières péripéties. Mais ce n’est pas un problème puisque la série Doctor Doom est totalement accessible à ceux qui ne connaîtraient que superficiellement le personnage. Victor est à la tête de la Latvérie, seul leader totalement indisputé de ce pays qui le vit plutôt bien ! Tout va bien dans le meilleur des mondes. Sauf que Victor est un peu énervé. En effet, l’humanité est à 2 doigts de lancer un immense projet pour modérer les changements climatiques : créer un trou noir sur la lune ! Supervisé par Tony Stark et Reed Richards, on comprend que cette idée ne plaît pas à notre dictateur en armure, qui trouve des erreurs dans les calculs ! Il n’est bien évidemment pas écouté. L’intrigue commence lorsque des missiles Latvériens bombardent la fameuse base lunaire quelques minutes après la création du trou noir !  Le monde entier pointe donc du doigt notre cher docteur, qui envisage de se rendre pour prouver son innocence. Mais des visions de l’avenir vont changer la donne et contraindre Victor à s’enfuir, devenant le fugitif le plus recherché au monde ! Et que penser des apparitions de Kang le Conquérant, qui semble intimement lié à Fatalis ? Poursuivi par tous les héros de la Terre, ses soutiens seront peu nombreux. Son passé de magicien va toutefois lui permettre de s’en sortir un peu mieux que prévu ! Surtout qu’un autre pays en a profité pour envahir la Latvérie !

 

Doctor Doom
(Image : © Marvel Comics)

Une histoire originale

Faire une série régulière sur un méchant, cela a déjà existé mais peu d’entre elles (je pense à Suicide Squad ou Thunderbolts) ont réussi à tenir sur la durée. Surtout quand il s’agit d’un personnage solo. Mais pourquoi pas ? Ma 1ère inquiétude, c’était de savoir si le scénariste Christopher Cantwell n’allait pas adoucir le personnage, en faire un héros. Car même si la personnalité de Victor est complexe et que ce dernier n’est pas qu’un vilain, cela aurait à mon sens induit une dénaturation du personnage. Et il y a beaucoup d’idées intéressantes. Le fait de lier de manière encore inexpliquée Kang et Victor est plutôt sympathique lorsqu’on connait le passif entre les deux personnages. L’idée de trou noir sur la lune, qui fait évidemment écho aux origines du personnage, est un bon point de départ, même si cela semble un peu gros. Voir un Dr Fatalis en fugitif, obligé d’aller se réfugier chez ses amis magiciens est plutôt bienvenu. Deux autres points que j’ai trouvé plutôt positifs : le fait de retrouver la plupart du temps des superhéros de 2nde zone comme Silver Sable, Union Jack ou Dr Strange plutôt que la grosse artillerie des Avengers. Surtout lorsqu’on connaît les relations entre eux. Cela donne un côté assez frais mais cela amoindrit toutefois le fait que Victor soit l’homme le plus recherché au monde. Le 2ème point c’est la volonté réelle de ne pas proposer un personnage dont la colère ou les décisions autoritaires sont atténuées. Le docteur est un tyran, un dictateur persuadé d’avoir toujours raison et cela se ressent. Certes, le fait de lui donner des visions d’un futur où il serait un heureux père de famille tente d’humaniser un peu le personnage, mais comme je le disais au-dessus, sa personnalité a toujours été un peu complexe.

 

Doctor Doom
(Image : © Marvel Comics)

Quelques points négatifs

Malheureusement, je trouve qu’au bout de 6 épisodes (je ne possède que les 6 premiers numéros), il ne s’est finalement pas passé grand-chose. Après, je pense que nous sommes en plein milieu d’une histoire assez longue, mais certains passages auraient pu être évités, comme le combat avec l’AIM ou Fatalis aux enfers. Cela alourdit un peu le récit, tout comme la succession de combats. Ce n’est pas ce que le scénariste Christopher Cantwelle gère le mieux. J’aurais préféré que l’on se recentre un peu plus sur Fatalis et Kang ou sur l’invasion de la Latvérie, un peu trop rapidement exécutée. Mais nous ne sommes qu’au milieu de l’histoire. Cela manque toutefois de rythme. Je n’ai pas été non plus séduit par les dessins de Salvador Larocca. Pour commencer, je dois avouer que j’ai toujours été plus ou moins un supporter du dessinateur. Son Dark Vador était plutôt bon, et même si je reconnais préférer son style beaucoup plus dessiné des années 90 (comme son Flash, son Ghost Rider ou certains de ses X-Men), cela reste dans la norme des comics actuels. Mais il y a des choses qui m’ont un peu gêné, notamment ses personnages humains ou certaines de ses scènes d’action. Cela manque un peu de dynamisme et c’est assez plat. Après, c’est lisible et on est certains que la série sera très régulière, mais la narration n’est pas assez fluide. Et il y a toujours ce problème sur l’homogénéité des visages d’une case à l’autre. Si la série Doctor Doom commence de manière plutôt originale et promet d’être sur la durée sympathique, ses problèmes de rythme et surtout l’inconsistance de certains dessins me rendent perplexe quant à sa nomination aux Eisner Awards. Mais ce n’est pas non plus très étonnant puisque cette remise de prix se caricature de plus en plus année après année. Doctor Doom intègre toutefois la catégorie des « bonnes petites séries », solides mais pas révolutionnaires !  Espérons que l’auteur aura le temps de mener son histoire jusqu’au bout, cela pourrait donner un bon récit complet. ■

Doctor Doom
(Image : © Marvel Comics)

Doctor Doom est comics publié par Marvel Comics.

 

À LIRE AUSSI : Les 15 exploits les plus héroïques de Fatalis

 




A propos Doop 330 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.