The Endless : deux frères face aux Dieux Anciens de H.P. Lovecraft

The Endless
(image © Outbuster)

The Endless est un film d’horreur fascinant pour les amateurs d’horreur lovecraftienne, où les simples humains sont des pions entre les mains de créatures indicibles.
■ par JB

 

Il y a 10 ans, Justin s’est enfui avec son frère Aaron d’une secte avant un suicide de masse. C’est du moins ce qu’il ne cesse de répéter à Aaron. Ce dernier reçoit un jour une vidéo, tournée par l’une des membres de la secte. Surpris de la voir encore en vie et intrigué par l’Ascension qu’elle annonce, Aaron convainc son grand frère de retourner avec lui dans la forêt dans laquelle la secte s’est installée. Leurs anciennes connaissances sont toutes là, accueillantes, et mettent à mal les accusations proférées par Justin 10 ans auparavant. Mais d’étranges phénomènes viennent troubler le séjour des 2 frères. Quel secret se cache-t-il derrière cette communauté ?

 

The Endless jason aaron
(image © Outbuster)

 

Danger ou folie ?

Réalisé et interprété par Justin Benson and Aaron Scott Moorehead, The Endless est une rareté : un film d’horreur qui ne contient ni jump-scare, ni déluge d’effet gore. Le film se compose de 2 sections. Tout d’abord, le spectateur découvre avec les personnages le camp de la communauté. Aaron est émerveillé, et Justin méfiant. Le film adopte son point de vue lorsqu’il fait son jogging à travers le camp. Distorsion de l’image, musique oppressante, ralentis, gros plans sur des visages fermés. La menace est-elle réelle ou Justin est-il paranoïaque ? Le doute reste lorsque l’on passe au point de vue d’Aaron. En effet, Justin a trouvé une photo qui le guide jusqu’à un repère sur le lac. Il plonge pendant plusieurs minutes avant de remonter, terrifié. Il prétend avoir vu un monstre. Est-ce un nouveau mensonge pour pousser son frère à quitter le camp ? Pourtant, lorsque la caméra recule, le fond du lac semble prendre la forme du visage d’une créature gigantesque pendant quelques instants… Pour autant, chaque manifestation trouve une explication rationnelle. Illusion d’optique, hallucination due à la drogue, etc. Mais les 2 frères tombent sur des preuves qu’ils ne peuvent plus nier.

 

The Endless lac creature
(image © Outbuster)

 

L’éternité à quel prix ?

Aaron et Justin finissent par faire chacun une rencontre qui leur révèle la nature de la communauté, et son influence sur les habitants. Difficile d’évoquer cela sans gâcher la surprise, mais le film lui-même a une approche toute particulière de la révélation. Loin d’être un twist final comme dans la majeure partie des films d’horreur, la vérité se fait connaître vers le milieu du film. Il faut savoir que The Endless est la suite d’un autre film de Justin Benson et d’Aaron Scott Moorehead, Resolution. Dans ce 1er film, un homme aide son ami à se désintoxiquer et rencontre la même malédiction que celle de The Endless. Justin croise d’ailleurs ces 2 personnages condamnés, et leur cache une information qui alourdirait encore davantage leur fardeau. Malgré cette révélation, Justin et Aaron sont face à un ultime dilemme. Est-il préférable de se soumettre pour une existence auprès d’êtres aimés ou de garder son indépendance, au prix d’une vie misérable ? Cette 2de partie laisse la place à plus d’action mais reste dans la suggestion : les morts se produisent hors écran et la véritable menace n’est visuellement représentée que dans les dernières minutes.

 

The Endless jason aaron secte
(image © Outbuster)

 

Le point fort de The Endless : des personnages décalés

Les personnages de The Endless constituent l’un de ses attraits majeurs. Au 1er chef, c’est la relation entre les 2 frères qui mène l’intrigue. Des entretiens psychiatriques révèlent que Justin endure difficilement la responsabilité de gérer la vie de son jeune frère. Aaron, de son côté, confesse que son aîné prend les mauvaises décisions et repousse par accidents d’éventuels amis ou amantes. L’opposition entre le confort que ressent Aaron en revenant au camp et la paranoïa de Justin menace de l’emporter sur l’amour fraternel. Mais les autres personnages ne sont pas en reste. Justin et par extension le spectateur se méfie du sourire béat constant de l’un des membres de la communauté. Il s’étonne également de cet homme à l’air furieux qui traverse les scènes d’un pas décidé mais semble se volatiliser. Une femme laisse des notes à travers tout le camp implorant les autres de garder le silence, mais sa tragédie personnelle fait oublier ce grain de folie. Au-dessus de tous plane enfin un être invisible, manipulant et jouant avec nos héros, spectateur et metteur en scène des mésaventures de chaque personnage. L’une des scènes les plus glaçantes est la révélation de son point de vue sur les scènes clés du film.

 

 

À LIRE AUSSI : Carnage, le monde obscur : Venom et son rejeton affrontent Cthulhu !

(image © Marvel Comics)

 

Des effets discrets mais efficaces

La réalisation de The Endless est surprenante. Sa touche indépendante se fait ressentir par une image est un peu granuleuse. Elle rend les effets de caméra d’autant plus efficaces lorsque les réalisateurs proposent un (faux) plan séquence qui brise la perception de l’espace. De leur côté, les effets spéciaux sont d’abord utilisés avec parcimonie mais augmentent graduellement. Plusieurs lunes dans le ciel, une surimpression, un personnage dédoublé, l’apparition répétée d’un autre, une mise en abîme d’un mouvement de caméra, jusqu’au bouquet final, une destruction apocalyptique que doivent fuir les héros. Même la bande son se fait oppressante avec une version lancinante du classique House of the Rising Sun. Loin de jouer contre le film, ces économies de moyens en subliment les qualités. Au moment où La Couleur tombée du ciel est sur le point d’être adapté au cinéma, on ne peut qu’espérer que ce film sera au niveau de The Endless. ■

The Endless affiche
(image © Outbuster)

The Endless est disponible sur la plateforme de VOD française Outbuster.

(image © Outbuster)

 

À LIRE AUSSI : Les Montagnes hallucinées : l’audacieuse (et réussie) adaptation de Lovecraft en manga !

Lovecraft Les Montagnes Hallucinées
(image © Ki-Oon)




A propos JB 79 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.