SHAZAM ! Quelles sont les origines de cette expression qui a fait rêver des milliers d’américains ?

Le film Shazam débarque sur les écrans le 3 avril 2019. À travers une série d’articles, Top Comics vous fait revivre la création du personnage Cette fois-ci, intéressons-nous à la toute 1re apparition de Captain Marvel et à son créateur, C.C. Beck.
■ par Doop

 

Les 2 créateurs de Captain Marvel : le scénariste Bill Parker en 1933 (à gauche) et le dessinateur C. C. Beck en 1982 (à droite)

 

En 1939, Ralph Daigh, le directeur de l’éditeur Fawcett Publications, souhaite surfer sur la mode des super-héros initiée par Superman. Il embauche alors Bill Parker pour imaginer un nouveau super-héros. Bill Parker rédige un script de quelques pages mettant en scène les aventures de Captain Marvel. Ralph Daigh cherche alors un dessinateur pour illustrer les aventures de sa future vedette. Pour plus de précisions sur comment Captain Marvel a été imaginé, lisez le 1e article de ce dossier consacré aux débuts de l’éditeur Fawcett Publications. Intéressons-nous maintenant aux 1er pas du célèbre super-héros et à ses origines. Et découvrons pourquoi l’expression « SHAZAM ! » a fait rêver des milliers de jeunes lecteurs de comics !

 

Le magazine Whiz Comics accueille dans son n°2 les aventures de Captain Marvel

 

Whiz Comics : un 1er numéro pour mettre Captain Marvel à l’épreuve

Le dessinateur Charles Clarence Beck est né dans le Minnesota (à Minneapolis plus précisément). Il n’a que 23 ans lorsqu’il intègre le staff de Fawcett. Outre son talent pour l’illustration, c’est un excellent musicien, qui pratique plusieurs sortes d’instruments. Il ne lit quasiment pas de comics auxquels il préfère les strips à vocation humoristique. Malgré tout, C. C. Beck accepte volontiers le travail que lui offre Ralph Daigh, le directeur de Fawcett. Pour C.C. Beck, le concept qu’on lui propose est très simple : il s’agit d’une histoire pour les enfants. Il épure son style au maximum. Il se sert des traits de l’acteur Fred Mc Murray comme modèle pour son Captain Marvel. Les 13 pages du comics de Bill Parker et C.C. Beck et plusieurs titres complémentaires sont alors compilés dans une sorte de version d’essai du futur magazine : un numéro 1 en noir et blanc, jamais vendu ni diffusé. Son unique but est d’en déposer le copyright. Whiz Comics n°1 ne voit donc jamais le jour dans les kiosques. En revanche, Captain Marvel fait la couverture de Whiz Comics n°2 en novembre 1939 (la couverture est datée de février 1940). À l’instar de la 1re apparition de Superman, il projette une voiture dans les airs ! Ce n’est malheureusement pas la dernière des similarités entre les 2 héros, qui conduiront inévitablement à un procès.

 

SHAZAM !

 

Quelles sont les origines de Captain Marvel (SHAZAM) ?

Les origines de Captain Marvel sont classiques : Billy Batson, un jeune vendeur de journaux, entend un soir quelqu’un l’appeler au coin d’une rue. Il suit la voix et arrive dans une partie souterraine du métro. Au milieu de la pièce se dresse un trône sur lequel est assis un vieillard au-dessus duquel un énorme bloc de pierre est suspendu à un fil. Le vieil homme barbu explique à Billy qu’il s’appelle Shazam et qu’il est un magicien de l’Égypte ancienne. Il lui révèle également qu’il a été choisi et conduit dans cette pièce afin de venir en aide à l’humanité. Shazam, le vieil homme, demande enfin à Billy de prononcer son nom (« SHAZAM ! »). Lorsque celui-ci s’exécute, un éclair surgit de nulle part, le frappe et le transforme ! Billy Batson est désormais un adulte aux pouvoirs extraordinaire. Son costume est rouge et or barré d’un éclair sur la poitrine : il est devenu Captain Marvel, le mortel le plus puissant du monde ! Billy découvre ensuite qu’en prononçant une 2e fois le nom du magicien, il peut se retransformer en Billy. Le mot magique « Shazam ! » n’est pas anodin puisque d’après le magicien il s’agit des initiales des déités qui offrent à Billy ses pouvoirs : Salomon pour la sagesse ; Hercule pour la force ; Atlas pour l’endurance ; Zeus pour la puissance ; Achille pour le courage et Mercure pour la vitesse. Cet appel à Shazam devient évidemment le point faible du héros : en plein combat il ne peut prononcer le nom de son mentor au risque de redevenir le frêle Billy. Le super-héros n’a pas le temps d’en apprendre beaucoup plus. Le bloc de pierre s’écrase sur le magicien laissant le jeune garçon face à son destin. Le vieillard est mort, mais l’esprit de Shazam n’a pas tout à fait disparu : au bout de quelques épisodes, son fantôme va guider le jeune héros.

 

Le succès de Captain Marvel est foudroyant et des produits dérivés apparaissent rapidement

Un super-héros plus populaire que Superman

À LIRE AUSSI : Shazam ! : Coup de tonnerre ou simple feu d’artifice ? [Avis]
En quelques mois, Captain Marvel devient l’un des super héros les plus populaires de l’époque. Les chiffres de vente du magazine dépassent ceux d’Action Comics ! Il faut dire que Bill Parker et C. C. Beck permettent aux jeunes lecteurs une identification maximale en choisissant comme protagoniste principal un gamin de 12 ans. Pour les jeunes garçons de l’époque, difficile de s’imaginer dans la peau d’un playboy milliardaire ou d’un extraterrestre de Krypton. Il est nettement plus simple de penser qu’on peut devenir un adulte hyper puissant rien qu’en prononçant une formule magique. Captain Marvel devient ainsi le tout premier super-héros de moins de 15 ans à obtenir sa propre série. Son succès immédiat va inciter les autres compagnies à introduire dans leurs comics des personnages de plus en plus jeunes, initiant le phénomène des sidekicks (dont sont issus Robin ou Superboy). Ce passage instantané et magique à l’âge adulte peut être considéré comme la raison principale de l’engouement des jeunes lecteurs envers le magazine. Beaucoup d’enfants ont dû prononcer le mot magique, SHAZAM !, au cours de leur enfance juste « au cas où ça marcherait »… (À suivre !) ■

► Lire la suite : Captain Marvel, un super-héros pour les enfants ?

Dans une scène de « Spider-Man », Sam Raimi glisse un clin d’oeil à Captain Marvel et son célèbre SHAZAM !




A propos Doop 231 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.