Lucifer : la série tv peut-elle plaire aux fans du comics [avis] ?

 

(image © Warner Bros. Television)

 

Une troisième saison assez longue et un peu confuse

La 3e saison est d’une longueur assez inhabituelle : 26 épisodes ! Tout d’abord prévue pour 22, il a été décidé de passer à 26 puis 24. Les 2 derniers épisodes restants devaient faire partie de la quatrième saison. Mais comme la Fox a décidé d’annuler la série, les producteurs ont donc diffusé les 2 épisodes initialement prévus pour la 4e saison à la fin de la 3e . Autant le dire, c’est assez long ! On commence à se moquer complètement des crimes de la semaine et on a l’impression que les scénaristes ne savaient pas trop où ils allaient au départ, nous proposant un méchant (« le pêcheur ») assez peu défini et aux contours assez flous. J’ai un peu eu l’impression que les scénaristes ne savaient pas trop où ils allaient. Un nouveau personnage récurrent fait son apparition et lui aussi est bien connu des fans puisqu’il s’agit de Tom Welling, alias Clark Kent dans la série Smallville. Ce dernier joue le rôle du sévère capitaine Marcus Pierce, qui va devenir un intérêt amoureux de Chloé. Pierce n’est pourtant pas celui que l’on croit et encore une fois, il y aura un lien avec Lucifer, qui va tout faire pour empêcher la relation Decker/Pierce. C’est aussi dans cette troisième saison que Lucifer et Amenadiel comprennent que leur « papa » n’est peut-être pas toujours au centre de tout ce qui leur arrive. Ils seront aidés bien évidemment par la psychologue de la série. Le personnage de Mazikeen connaît aussi pas mal de développements dans la mesure où elle va fluctuer entre sa volonté de se faire accepter par tout le monde, mais aussi par les bas instincts de son aspect démoniaque. Trahie par ses deux meilleurs amis, elle passera la quasi-totalité de la saison à changer d’humeur et de comportement. La saison met donc beaucoup de temps à démarrer, avec des idées scénaristiques un peu trop superficielles ou mal amenées. Le problème des ailes de Lucifer, le changement de profession de Charlotte, la relation Pierce/Chloé/Lucifer auraient mérité un peu plus de corps dans leur développement par exemple. De fait, on s’ennuie un peu et il faut attendre les épisodes 22 et 23 pour que la série démarre enfin. La fin de la saison est d’ailleurs plutôt palpitante, avec enfin une réelle émotion qui se dégage des événements et un sentiment de fin de série, ce qui est d’ailleurs normal puisque cette dernière devait alors être annulée. Nous avons aussi droit à une avancée majeure dans la relation entre les deux héros à l’épisode 24, qui est réellement le dernier épisode de la saison. En effet, les épisodes 25 et 26 sont simplement des bouche-trous sans trop d’intérêt, surtout après la révélation des épisodes précédents. Le 25 est centré sur Ella tandis que le 26 nous propose une sorte d’Elseworld,de réalité parallèle, sur ce qui serait arrivé si Chloé n’était jamais entrée dans la police et avait continué sa carrière d’actrice. Cet épisode, sympathique, a de plus la particularité d’inviter Neil Gaiman, le créateur du personnage, en voix off. Ce dernier joue en effet la voix de … Dieu, le père de Lucifer, ce qui est un clin d’œil plutôt amusant. La saison 3 est peut-être la plus faible et aurait largement bénéficié d’un nombre inférieur d’épisodes. La série n’est donc pas renouvelée à la fin de sa saison, et il va falloir une pétition des fans (la série connaissant tout de même un petit succès) pour que la plateforme Netflix se décide à reprendre la série à la Fox et à proposer une 4ème saison, avec les mêmes acteurs et les mêmes personnages.

À LIRE AUSSI : Titans, saison 1 : comment on est passé d’une purge à une série réussie [avis]

La suite ? Tout de suite !




A propos Doop 244 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.