House of X n°2 : Jonathan Hickman réécrit les origines des X-Men dans un épisode qui va faire date ! [avis]

House of X
(image © Marvel Comics)

Avec House of X n°2, Jonathan Hickman frappe un grand coup ! En intégrant un nouvel élément primordial que personne n’a vu venir, le scénariste redéfinit totalement les origines des X-Men. Le tout sans toucher à la continuité ! Chapeau bas !
■ par Doop

 

ATTENTION ! Pour ne pas vous gâcher la surprise, je vous propose une 1re partie d’article SANS SPOILERS. La 2nde partie de l’article, elle, détaille l’épisode plus précisément et contient donc son lot de spoilers.

 

House of X
(image © Marvel Comics)

 

Un épisode d’House of X encore une fois différent des précédents

Depuis sa reprise en main de l’univers mutant de Marvel, Jonathan Hickman aime décidément nous surprendre. Il a commencé par définir son univers dans House of X n°1. Puis il a proposé 4 lignes temporelles différentes dans Powers of X n°1. Et voici maintenant House of X n°2, un épisode uniquement centré sur Moira Mc Taggert, qui devient de fait la personne la plus importante de l’univers mutant. Peut-être même plus que Charles Xavier ! Jonathan Hickman avait prévenu : il allait tout modifier et tout changer, et ce qu’il nous raconte ici semble être vrai !

 

House of X
(image © Marvel Comics)

 

Surprise totale !

C’est une surprise totale que personnellement je n’ai pas vu venir, ni même pu imaginer. Jonathan Hickman revient sur l’instant précis où, dans Powers of X n°1, Xavier scanne l’esprit de Moira. Et le pire, c’est que cela semble tenir la route. Même si je suis certain que l’on trouvera quelque chose qui cloche dans cette retcon, pour le moment elle me satisfait. Et dieu sait que j’ai tendance à trouver ce procédé un peu trop utilisé pour rien. Je suis véritablement enthousiasmé ! Niveau révélation House of X n°2 vaut sincèrement très largement le « Xorn est Magneto » ou « Terra est une traitresse ». En quelques pages, j’ai retrouvé mon âme de fanboy et perdu 20 ans ! Quand en plus de ça, vous avez des dessins qui restent toujours au top niveau, vous avez ici un comics qui risque de faire date ! Pepe Larraz tient largement la route, que ce soit dans des scènes intimistes ou dans des vignettes avec plusieurs intervenants. Comme on l’a déjà dit (et même s’il ne faut pas non plus trop s’emballer au bout de 3 épisodes), Jonathan Hickman semble véritablement propulser les mutants vers le 21e siècle de la meilleure manière qui soit.

 

SPOILERS /// LA SUITE DE CET ARTICLE DÉVOILE DES ÉLÉMENTS IMPORTANTS DE L’INTRIGUE ! ///

 

House of X
(image © Marvel Comics)

 

Les 1001 vies de Moira Mc Taggert

La suite de cet article contient des spoilers. House of X n°2 égrène donc les 10 vies de Moira Mc Taggert. Comment ça, « les 10 vies » de Moira ? On apprend que Moira est une mutante, qui possède 2 pouvoirs : le 1er est de se réincarner dans le ventre de sa mère en gardant ses souvenirs (comme dans Une Vie Sans Fin ou Edge Of Tomorrow). Le 2e de passer complètement inaperçue au niveau de ses pouvoirs. Même si c’est un peu facile, ce 2e pouvoir permet de justifier tout ce qu’il s’est passé au niveau de l’histoire des X-Men depuis le départ. Il permet même d’expliquer certaines choses. Je pense que Jonathan Hickman y a pensé. Ainsi, par exemple, cette retcon justifie le fait que Moira ait été la seule humaine infectée par le virus Legacy ! Puisque… c’est une mutante ! Elle permet aussi de justifier un lien entre Moira et Destinée lors de sa « mort ». C’est vraiment bien fichu. Moira va donc constamment changer ses « vies », toutes racontées dans House of X n°2. Sa 3e « vie » l’amène à se confronter à la Freedom Force et donc à Destinée. C’est dans cette scène que l’on va apprendre que Moira ne possède qu’un nombre limité de réincarnations. C’est aussi là qu’elle va comprendre qu’il faut résoudre le problème entre les humains et les mutants. Lors de chacune de ses réincarnations elle va donc essayer de trouver une orientation différente qui permette de résoudre ce problème. Elle s’allie à Charles Xavier, à Magneto et même à Apocalypse, pour en arriver à chaque fois à un échec. C’est lors de sa 10e « vie », celle de House of X donc, qu’elle décide donc de « changer les règles du jeu ». Cela donne vraiment envie de lire la suite !

 

House of X
(image © Marvel Comics)

 

Encore beaucoup de bonnes choses

En dehors de cette révélation de tout 1er plan, Jonathan Hickman propose de très bonnes idées dans House of X. Comme le fait que la création des Sentinelles est toujours inéluctable, que la lignée des Trask existe ou pas. Les Sentinelles ne sont pas des créations, simplement des découvertes. On peut penser ce que l’on veut de cette idée, mais en tout cas, cela n’avait à ma connaissance encore jamais été exposé de cette manière. Cela fait aussi des Sentinelles l’ennemi intime des mutants, ce qui peut justifier certaines idées des épisodes précédents. De plus, on sent que Jonathan Hickman connaît bien son univers mutant : quasiment tous les plus grands acteurs de la relation entre humain et mutants sont évoqués, comme Magneto, Xavier ou encore Apocalypse. J’attends juste l’apparition des Externels ! De plus, Jonathan Hickman ne se renie pas en nous offrant comme d’habitude des explications en forme de texte qui apportent un véritable plus. Cette fois-ci, les lignes temporelles à la fin de l’épisode donnent vraiment envie de revenir. De plus, il y a encore un mystère : qu’est devenue la 6e vie de Moira, totalement éclipsée par l’auteur ? C’est vraiment brillant ! Vivement la semaine prochaine que nous puissions découvrir de nouveaux éléments ! ■

À LIRE AUSSI : 11 comics de Jonathan Hickman à lire avant House of X et Powers of X !

House of X
(image © Marvel Comics)




A propos Doop 244 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.