Captain Marvel : un film qui ne décolle jamais [avis]

(image © Marvel Studios)

Pour l’introduction de Captain Marvel, personnage le plus puissant de l’univers Marvel (et féminin qui plus est), on aurait pu penser que Marvel Studios allait mettre les petits plats dans les grands. Et si la publicité et le buzz ont été conséquents, le film est loin d’être à la hauteur espérée.
■ par Doop

 

(image © Marvel Studios)

 

Depuis plusieurs années, Marvel essaye de mettre en avant Carol Danvers alias Captain Marvel. Le but principal est bien évidemment d’introduire et de donner un peu de caractère à un personnage qui n’a jamais vraiment connu le succès même s’il a presque 50 ans d’existence. Un peu comme Black Panther d’ailleurs. Après des années de promotion, nous arrivons donc aujourd’hui au point d’orgue tant espéré par la firme : le 1er film de superhéros féminin version Marvel. Tout peut faire penser à une réussite : cela fait plusieurs années que Captain Marvel est en projet, le casting est alléchant et même si Wonder Woman est déjà passée par là, nous étions tous curieux de voir une héroïne cosmique estampillée Marvel. Le ton du film allait-il être drôle, épique, différent ? À la sortie de la salle, il faut juste se rendre à l’évidence : Captain Marvel le film est lent, sans grande inventivité et sans aucun côté épique. En gros, un film avec les mêmes défauts que les tout 1ers de la compagnie.

 

(image © Marvel Studios)

 

Une histoire très faible sans aucun moment de gloire

À LIRE AUSSI : 20 infos ÉTONNANTES sur CAPTAIN MARVEL que vous ignorez peut-être
Ce qui m’a vraiment frappé, ce sont les 10 ou 15 premières minutes de Captain Marvel, lorsque Carol est avec ses amis kree. On s’ennuie ferme ! Yon Rogg (joué par Jude Law) est assez creux et sa relation avec Carol Danvers à peine effleurée. De fait, on ne ressent aucun lien entre les 2, les scénaristes ne créent aucune emphase et cela va être préjudiciable pour tout le reste du film. En effet, dès que les 2 personnages seront à l’écran, l’alchimie ne fonctionne pas et rend les scènes plates. Tout comme lors des rencontres entre Carol Danvers et L’intelligence Suprême. Je n’ai ressenti aucune émotion. Le manque d’empathie, de côté épique est terrible et nuit vraiment à la qualité et à l’introduction de Captain Marvel. On se dit que lorsque la jeune femme débarque sur Terre, le film va vraiment pouvoir commencer, et il n’en est rien. On sent bien la volonté de faire du duo Carol/Nick Fury une copie de ces « buddy movies » des années 90, comme l’Arme Fatale ou encore 48 heures mais la complicité entre Bree Larson et Samuel Jackson ne saute pas vraiment aux yeux. Il y a autant de lien entre les deux qu’entre Mace Windu et Obi Wan Kenobi dans Star Wars, c’est vous dire ! La mayonnaise ne prend absolument pas et n’apporte pas grand-chose. Lorsque Carol rejoint son amie Maria Rambeau (oui, c’est bien Maria), l’intrigue avance toutefois un peu et on commence à espérer. De plus, le personnage de Tallos le skrull montre une profondeur de caractère plutôt inattendue. Mais Captain Marvel retombe très vite dans les travers du début, avec une fin sans aucune saveur et un combat final ridicule. Le fait est établi : Captain Marvel est la super-héroïne la plus puissante de l’univers et c’est tout. Circulez, y’a rien à voir. À peine une origin story qui ressemble assez à celle de Iron man ou l’Incroyable Hulk. C’est dommage car avec un personnage muni d’une telle puissance cosmique, on aurait attendu de grandes scènes de combat. Mais la réalisation est désespérément plate.

 

(image © Marvel Studios)

 

Captain Marvel emprunte à tous les clichés du moment

À LIRE AUSSI : 7 choses incroyables qu’on aimerait voir dans le film Captain Marvel (mais qui n’arriveront probablement jamais)
C’est à mon sens le plus gros problème du film. Les 2 réalisateurs Anna Boden et Ryan Fleck, inconnus au bataillon, ne sont vraiment pas faits pour réaliser des films de superhéros. Les scènes d’action de Captain Marvel sont dénuées de toute originalité, les courses poursuites (dans l’espace ou sur Terre) ne procurent aucun frisson et le reste emprunte à tous les poncifs du moment. Ce n’est pas compliqué, chaque scène est une reprise de ce qui existe déjà. Vous voulez des combats sur de la musique joyeuse, comme dans les Tarentino ou plus récemment Umbrella Academy ? C’est fait. Vous voulez quelques plans au ralenti sans intérêts à la Zack Snyder ? Ils y sont. Vous voulez même un combat qui repompe totalement Indiana Jones ? Bingo ! Voir un film aussi grand budget dépourvu d’autant d’originalité est frustrant. L’idée de situer la trame du récit de Captain Marvel dans les années 90 est plutôt sympa. Quoique. C’est encore le même ordre d’idée que tous les films du moment (merci Stranger Things). Surtout qu’en dehors de quelques clins d’œil amusants (les ordinateurs longs à charger), le reste consiste surtout à nous abreuver de musiques des années 90 (et croyez-moi, ils y sont tous). Encore une fois, on repassera question originalité. La direction d’acteur est faible, Brie Larson, Samuel L. Jackson et Jude Law en chantres du jeu en mode automatique. On ne sent vraiment pas beaucoup d’implication. Seul aspect positif : au moins Captain Marvel ne nous ressort pas le grand thème de la femme forte et de la féminité à toutes les sauces.

 

(image © Marvel Studios)

 

Quelques points positifs de Captain Marvel

À LIRE AUSSI : Captain Marvel contre Thanos : Qui est le plus fort ?
À la sortie d’un film que l’on a trouvé décevant, on a tendance à pointer ce qui ne marche pas ou ce qui ne nous a pas plu. Et c’est bien normal. Soyons clairs : Captain Marvel n’est pas non plus une bouse énorme. Il se regarde, n’est pas trop long (heureusement) et on a quand-même quelques moments sympathiques. Je pense notamment à Goose le chat (même si sa version numérique fait parfois peur) ou encore à quelques vannes plutôt pas mauvaises. Le traitement des Skrulls est ce que j’ai trouvé de plus original. Le costume et le respect du personnage est plutôt bon aussi. Et c’est vraiment tout public. Et puis, Captain Marvel est véritablement intégré dans la continuité. C’est aussi un aspect positif : Captain Marvel se présente comme le film à l’origine de l’univers Marvel et cela lui donne forcément une position particulière. Cela ne suffit malheureusement pas à donner un peu de hauteur à un film qui n’arrive absolument pas à se démarquer ou à proposer une quelconque originalité. Captain Marvel ne peut pas être considéré comme mauvais, juste très très plat. Juste un mot avant de finir : il y a 2 scènes post-génériques ! ■

(image © Marvel Studios)




A propos Doop 260 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.