Black Bolt : le meilleur récit consacré à Flèche Noire [avis]

Black Bolt flèche noire
(image © Marvel Comics)

Les lecteurs de la série Royals (publiée dans les magazines Marvel Heroes que nous avons déjà critiqué) savent qu’il y a un grand absent au casting de la famille royale des Inhumains : son leader silencieux et charismatique Flèche Noire (Black Bolt, en VO) ! Ce dernier a été emprisonné par Maximus, son frère dément. Ce dernier a échangé leurs places avant le départ de toute la famille dans l’espace. Nous retrouvons donc Flèche Noire emprisonné dans une structure entre les dimensions et dont les menaces sont aussi psychologiques que physiques. Eisner Award de la meilleure série 2018 !
■ par Doop

 

Black Bolt flèche noire prison
(image © Marvel Comics)

 

Une série intrigante

À LIRE AUSSI : Inhumans : Tour d’Ivoire
Black Bolt
apparait comme une série innovante de la part de Marvel. En effet, les dessins sont signés Christian Ward, qu’on avait pu déjà voir sur la série ODY-C avec Matt Fraction. Son style ressemble énormément à celui de Frazer Irving (Batman, X-Men). Ce dernier avait d’ailleurs réalisé une mini-série sur le héros (Silent War avec l’excellent David Hine). Autant dire que ce n’est pas un dessin très abordable pour le public mainstream et on ne va pas s’en plaindre. L’idée de base, proposée par l’auteur de science-fiction Saladin Ahmed, peut sembler au 1er abord assez simple et pas très passionnante. Les aventures de Flèche Noire en prison, ce n’est pas vraiment une intrigue au long cours qui risque d’électriser les lecteurs. Et pourtant, Saladin Ahmed réussit à écrire une histoire convaincante, qui sort nettement des sentiers battus. Car Blackagar Boltagon n’est pas vraiment seul dans cette prison, dirigée d’une main de fer par le mystérieux gardien et son acolyte Spyder. Les plus vieux lecteurs d’entre nous se rappelleront de ce personnage de la série Les Nouveaux Mutants. À ses côtés, des extraterrestres mais aussi une figure connue et pas vraiment attendue dans les méandres de cette prison cosmique, située aux confins de l’univers : Crusher Creel, l’Homme Absorbant !

 

(image © Marvel Comics)

 

Une histoire touchante pour un tandem complètement décalé

À LIRE AUSSI : Inhumans, By Right of birth : le meilleur des Inhumains toujours inédit en France ? [avis]
Dans Black Bolt, au 1er abord, ces 2 personnages n’ont aucun rapport : Flèche Noire est un roi tout dans la retenue et L’Homme Absorbant une brute épaisse. Et pourtant, Saladin Ahmed réussit à faire ce que je n’avais jamais vu auparavant : rendre Crusher Creel totalement crédible, lui inventant un passé émouvant et une véritable personnalité qui sort complètement du cliché habituel. C’est à mon sens le point fort de l’histoire, qui s’occupe autant de Flèche Noire que de l’Homme Absorbant. De fait, le tandem fonctionne parfaitement et fait tout le sel de l’histoire. Saladin Ahmed, un auteur de science-fiction inconnu au bataillon, nous prouve qu’il est parfaitement à l’aise avec les scènes intimistes et de dialogue. Les 2 épisodes où Creel et Flèche Noire sont enchaînés et se racontent leur vie sont de véritables petits bijoux de sensibilité et d’identification. Après, Saladin Ahmed est un peu moins à l’aise avec les scènes d’action, mais a le mérite d’essayer de nous proposer des menaces un peu nouvelles et qui sortent de l’ordinaire. On a parfois l’impression d’être dans un épisode de Dr Who psychédélique et même si parfois on ne comprend pas tout, cela reste largement au-dessus du panier.

 

Black Bolt flèche noire prison homme absorbant
(image © Marvel Comics)

 

Black Bolt : un traitement innovant

De fait, Black Bolt est une série qui s’éloigne radicalement des concepts de base des productions Marvel actuelles : on a droit à une véritable proposition artistique, innovante et qui ne prend pas ses lecteurs pour des idiots en recyclant toujours les mêmes concepts fadasses. Après, je peux comprendre que le dessin rebute une grande partie des lecteurs avec ses couleurs bizarres et sa narration touffue, mais personnellement, je préfère que des auteurs nous proposent un récit personnel que de suivre n’importe quelle consigne éditoriale. Maintenant reste à savoir ce que les 2 artistes vont nous proposer pour la suite, qui sera aussi la fin puisque Black Bolt, ne rencontrant pas le succès (comme la grande majorité des bonnes séries d’ailleurs), s’arrête au numéro 12. J’attends impatiemment le 2e tome en espérant que Panini nous propose cette série en France. ■

À LIRE AUSSI : Marvel Heroes n°2 : le pire de la production Marvel !

Black Bolt flèche noire
(image © Marvel Comics)
Maestros avis critique review
FOCUS

Maestros : un cocktail déjanté ! [avis]

par Paper Man dans Comics 0

Prenez un soupçon de Preacher, une dose de Jodorowsky, un peu de Transmetropolitan. Mettez tout ça ensemble, brassez et vous obtiendrez Maestros ! Une lecture trash, irrévérencieuse, volontairement provocante et complètement folle. Voilà comment je peux [...]




A propos Doop 189 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.