Les adaptations de Terminator en comics !

L’éditeur Dark Horse Comics (page 1 sur 3)

logo Dark Horse Comics
(image © Dark Horse Comics)

Dark Horse reprend la licence de Terminator un an avant la sortie de sa suite, Terminator 2. De 1990 jusqu’en 2018, cet éditeur multiplie les comics Terminator. On retrouve la répétition d’un thème dans la plupart des séries : le renvoi dans le présent de Terminators ou de résistants. À noter que Dark Horse n’a pas les droits d’exploitation de Terminator 2 : pas de T-1000 à l’horizon ni de Sarah Connor bodybuildée… Sur cette 1re page dédiée à Dark Horse, nous nous consacrerons à :

  • The Terminator : Tempest
  • The Terminator : One Shot
  • The Terminator : Secondary Objectives
  • The Terminator : The Enemy Within
  • The Terminator : Hunters and Killers

 

The Terminator : Tempest, par John Arcudi et Chris Warner (Dark Horse Comics)

comics terminator tempest
(image © Dark Horse Comics)

Situé 3 mois après l’envoi de Kyle Reese dans le passé, The Terminator : Tempest inverse la dynamique du 1er film. Un groupe de résistants retourne dans le passé afin d’empêcher la création de Skynet, poursuivi par 4 Terminators, qui sont parvenus à ramener une arme du futur en l’implantant dans les entrailles d’un humain qu’ils ont amenés avec eux. Publié quelques mois avant la sortie de Terminator 2, The Terminator : Tempest en annonce plusieurs thèmes, notamment la tentative d’empêcher le futur apocalyptique d’arriver. L’une des couvertures est même identique à celle de l’affiche du film. En France, au début des années 90, l’éditeur Zenda a publié cette saga en 4 tomes. En septembre 2018, l’éditeur Wetta l’a réédité sous le titre Terminator : Tempest.

 

 

The Terminator : One Shot, par James Robinson et Matt Wagner (Dark Horse Comics)

comics terminator oneshot
(image © Dark Horse Comics)

Dans The Terminator: One Shot, un T-800 est envoyé après une autre Sarah Connor (dans le 1er film, le Terminator n’est pas certain de l’identité de la véritable Sarah Connor et en poursuit tous les homonymes.) Un résistant du futur, envoyé en 1955 préparer le terrain pendant des décennies, lui vient en aide. The Terminator: One Shot est une curiosité; surtout lorsqu’une page « pop-up » déploie un élément du comics (la cascade en moto du Terminator) !

 

 

The Terminator : Secondary Objectives, par James Robinson et Paul Gulacy (Dark Horse Comics)

comics terminator secondary objectives
(image © Dark Horse Comics)

Un Terminator est envoyé dans le présent après les résistants de la mini-série The Terminator : Tempest. Cependant, il fait un carnage à Los Angeles et passe en direct à la télévision. L’un des résistants est un cyborg et sent son approche, mais repère également l’arrivée d’un 2nd robot tueur. The Terminator: Secondary Objectives reprend l’idée de l’affrontement entre un Terminator reprogrammé et un autre androïde vu dans Terminator 2, qui sort la même année. En France, les éditions Zenda ont publié cette aventure en 2 albums parus en 1992 dans la collection « Écran total ».

 

 

The Terminator : The Enemy Within, par Ian Edginton et Vince Giarrano (Dark Horse Comics)

comics terminator enemy within
(image © Dark Horse Comics)

On retrouve une 3e fois notre groupe de résistants. Parmi eux, le cyborg a de plus en plus de mal à contrôler sa partie mécanique. Il subit donc une opération. Pendant ce même temps, l’un des Terminators de The Terminator: Secondary Objectives est parvenu à se reconstituer et se remet en chasse. Histoire sans grande originalité, The Terminator: The Enemy Within donne en plus un look ridicule au Terminator reconstruit, qui arbore des cornes démoniques absurdes.

 

 

The Terminator : Hunters and Killers, par Toren Smith, Adam Warren, Chris Warner et Bill Jaaska (Dark Horse Comics)

comics terminator hunters and killers
(image © Dark Horse Comics)

Retour en 2029 avec The Terminator : Hunters and Killers qui, pour une fois, ne repose pas sur un voyage dans le temps. Alors qu’en Amérique, John Connor s’apprête à renvoyer Kyle Reese dans le passé, la Résistance russe libère un camps de prisonniers, dont un ancien officiel détenant le code de missiles nucléaires. Cependant, ils réalisent que Skynet a infiltré parmi eux des Terminator ayant l’apparence de membres de leur groupe. Pour changer, une série uniquement futuriste et reposant moins sur les scènes d’actions que la paranoïa entre les protagonistes.

 




A propos JB 124 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.