En 1993, les comics Milestone défendaient déjà les minorités !

Milestone Comics
(image © Milestone Media)

Les univers DC et Marvel sont les mondes de comics les plus connus, mais les éditeurs ont tenté de reproduire la magie avec plus ou moins de succès. Milestone Media est l’une de ces tentatives.
■ par JB

 

Icon, Rocket, Static et Hardaware
(image © Milestone Media)

 

Milestone Media est créé en 1993 par 5 auteurs afro-américains : Dwayne McDuffie, Denys Cowan, Michael Davis, Derek T. Dingle et Christopher Priest (ce dernier se retire du projet avant les 1res publications). Ces artistes choisissent de se réunir en réaction à la sous-représentation des minorités dans les comics. Publié sous l’égide de DC Comics, l’équipe de Milestone garde néanmoins le contrôle éditorial de ses parutions, d’où des histoires souvent plus sombres que la moyenne.

 

 

Big Bang Theory

Le Big Bang, l’événement qui va engendrer la création de superhéros dans l’univers Milestone (image © Milestone Media)

Les comics Milestone se déroulent principalement dans la ville de Dakota. Simultanément cette cité voit surgir plusieurs superhéros et supervilains. Pour beaucoup, les pouvoirs de ces personnages trouvent leur origine dans le « Big Bang » : la police de Dakota utilise un gaz lacrymogène radioactif afin de taguer chimiquement les membres de gangs pour les arrêter. Mais l’opération tourne au massacre. Le gaz commence à transformer les personnes présentes. C’est ainsi que naissent Static, un adolescent aux pouvoirs électromagnétiques ou bien Blood Syndicate, un groupe réunissant les membres des gangs ayant survécus au désastre.

 

 

Static, prédécesseur de Miles Morales ?

(image © Milestone Media)

Virgil Hawkins, alias Static, reste le personnage le plus connu de l’initiative Milestone, grâce à la série animée Static Shock. Ne serait-ce que pour la série animée Static Shock, qui s’intègre au DC Animated Universe. Comme Spider-Man à ses débuts, Static est un adolescent partageant son temps entre le lycée, sa vie d’ado avec ciné et soirées pizza, et son combat contre le crime grâce à ses pouvoirs électromagnétiques, avec une tendance à la petite réplique qui tue adressée à ses ennemis. À l’image de Peter Parker, il a même une amie rousse connaissant son secret qui lui sert de confidente et qu’il finira par épouser ! Parmi les héros Milestone à la moralité ambivalente, Static demeurera le plus positif, conservant l’enthousiasme et l’humour d’un jeune Spider-Man. Malgré cela, la série Static évoquera des sujets durs tel que le racisme, l’homophobie ou la violence des gangs au sein des lycées. Vous voulez en savoir plus sur la série animée dédié à Static Shock ? Consultez notre article sur le DC Animated Universe !

 

 

Icon et Hardware, les Superman et Iron Man noirs

(image © Milestone Media)

En 1839, un vaisseau de survie extraterrestre se crashe dans le Sud de l’Amérique. Son occupant prend l’apparence des esclaves de plantation venus à son secours. Immortel, l’extraterrestre adopte le nom d’Augustus Freeman et attend que la Terre développe une technologie lui permettant de retrouver son monde. Une adolescente idéaliste le convainc de devenir un symbole. Il prend alors le nom d’IconCurtis Metcalf, alias Hardware, est un inventeur de génie travaillant pour Edwin Alva, qui l’a pris sous son aile lorsque Curtis avait 13 ans. Quand Curtis tente de renégocier son contrat, Alva lui fait comprendre qu’il n’est qu’un simple rouage et non son fils spirituel, comme il l’a cru. Frustré, Curtis se venge en contrecarrant les trafics illégaux d’Alva sous l’identité d’Hardware, un héros en armure de haute technologie.

 

 

Des nuances de gris

(image © Milestone Media)

Les personnages et histoires publiés par Milestone sont un pavé dans la mare des comics souvent manichéens produits alors par Marvel et DC. Ainsi, Deathwish, le Punisher version Milestone, a été traumatisé par le viol de sa femme et de son enfant commis sous ses yeux. Deathwish est lui-même devenu un tueur schizophrène. Les auteurs n’hésitent pas non plus à tacler les autres éditeurs pour leur représentation caricaturale des minorités : Buck Wild est une critique assez flagrante de la 1re version de Luke Cage, dont il reprend le costume.

 

 

Que sont-ils devenus ?

À LIRE AUSSI : Le Comics Gate, qu’est-ce que c’est ?
Milestone Media
ferme ses portes en 1997, notamment à cause du crash du marché des comics dans les années 90. Mais aussi à cause des boutiques de comics qui « ghettoïsent » ces séries estimant qu’elles n’intéressaient pas le public blanc. Un crossover avec les séries Superman (Worlds Collide) et un event (Long Hot Summer) n’ont pas permis de relancer la machine. Ce n’est pourtant pas encore la fin de cet univers et de ces personnages. En 2000, la série animée Static Shock est lancée par les créateurs des séries TV Batman et Superman. À la fin des années 2000, des personnages de Milestone Media apparaissent ponctuellement dans les séries Justice League of America et The Brave & the Bold (Static rejoint lui-même les Teen Titans). Le reboot New 52 consacre une nouvelle série à Static. Enfin, en 2010, soit plus de 15 ans après leur création, 2 albums Milestone Forever offrent une conclusion aux personnages et ouvrent la porte à une nouvelle version de ces héros. Milestone Media restera une expérience en avance sur son temps, qui anticipe 30 ans avant les problématiques d’intégrations des minorités, mais sera noyé par le crash de l’industrie des comics. ■

 

À LIRE AUSSI :
20 gros events que vous avez (probablement) loupés ! 

(image © Wildstorm, Dynamite, Red Anvil)




A propos JB 36 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.