Wonder Twins, tome 1: Une critique sociale délirante

Bee Gee
(image © Urban Comics, DC Comics)

 

Un lycée fou, fou, fou

Wonder Twins est également une série sur 2 adolescents qui tentent de trouver leur place dans un nouveau lycée. Mark Russel utilise ainsi plusieurs clichés du genre pour mieux les détourner. Un prof pousse la timide Jayna à prendre le rôle d’annonceuse radio pour surmonter ses craintes. Un collègue fait remarquer que cela peut la pousser à se retrancher davantage… Zan subit une humiliation très publique. Superman et Batman le réconfortent en leur racontant leurs propres expériences (sachez que le jeune Bruce Wayne était amateur de disco !) Les expériences amoureuses des jumeaux sont du même genre. Zan est ainsi très heureux de se retrouver dans la friend zone, alors que Jayna a le coup de foudre pour un mauvais garçon. Jayna s’inscrit au concours de science avec une idée lumineuse mais inutile, alors que Zan trouve sa place au sein de l’équipe de hockey – avec, soit-dit en passant, une grosse incohérence sur le fonctionnement de son pouvoir…

 

Superman
(image © Urban Comics, DC Comics)

 

Au delà du bien et du mal

Malgré cet humour omniprésent, le comics pose un regard désabusé sur la société moderne. Superman lui-même reconnaît les failles de la société terrienne et que le plus grand pouvoir, c’est ne pas sombrer dans la folie en les voyant. Jayna se sent même coupable en arrêtant le Comte Sangbleu, un sentiment aggravé par la négligence du système carcéral. Puis, dans la dernière partie de l’album, la race humaine entière est menacée. Dans quelques heures, tous les individus de la planète se retrouveront dans le corps d’un ou d’une autre. Chacun est alors confronté à la possibilité de devenir victime d’un mal sociétal qui, jusqu’alors, n’était pas son problème. Alors que les puissants de ce monde se voient personnellement menacés, ils s’empressent de voter des lois protégeant l’ensemble de l’humanité. Enfin, à l’exception de Lex Luthor, qui imagine rapidement un moyen de tirer profit de la situation. Aussi, Jayna hésite à faire échouer ce plan qui part des meilleures intentions et donne des résultats tangibles !

 

Drapicola
(image © Urban Comics, DC Comics)

 

Anti-Bendis, rassurez-vous !

J’appréhendais cet album du label de Brian Michael Bendis. En effet, je craignais d’y voir certains défauts de l’auteur, notamment sa propension à la décompression. Ou comment faire durer quelques heures en 6 numéros ! Ce n’est pas le cas ici : les histoires sont auto-contenues, avec un fil rouge courant sur l’ensemble de la série. Mark Russell garde également quelques zones d’ombres, comme la cause du départ des jumeaux de leur planète. Malgré une ambiance généralement humoristique, l’album se termine sur une note douce-amère, et une ouverture pour la suite de la série. Wonder Twins  s’achève sur une série de variant covers, ainsi que sur des dessins préparatoires. L’ouvrage d’Urban Comics reproduit ainsiles recherches préparatoires de l’artiste Stephen Byrne sur le look des personnages, ainsi que sur les couvertures des différents numéros. ■

 

Couverture Wonder Twins Activation
(image © Urban Comics, DC Comics)

Wonder Twins tome 1 : Activation ! est un comics publié en France par Urban Comics. Il contient les numéros 1 à 6 de la série Wonder Twins.




A propos JB 145 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.