Venom et Ghost Rider face-à-face inédit dans la Maison de Dieu [Venom : Sign of the Boss]

(image © Marvel Comics)

Venom fait alliance avec le Ghost Rider afin de protéger un ancien dictateur repenti faisant un discours sur les Droits de l’homme dans une église.
■ par Doop

 

Je crois que tu pousses le bouchon un peu trop loin Venom ! (image © Marvel Comics)

 

La nouvelle mission d’Eddie

Après avoir fait une balade sur les toits, Venom entre dans un appartement réservé uniquement pour lui par le gouvernement et commence à se goinfrer de chocolat (il est en manque de phenetylamine). Il est interrompu par l’agent Smith et son nouvel agent de liaison, l’agent Jones qui lui présentent sa nouvelle mission : protéger Franco Santera, futur président controversé de San Gregorio. En effet, cet ancien dictateur s’est repenti et vient donner un discours sur les Droits de l’Homme dans une église du Bronx. Le personnage étant trop sulfureux, le gouvernement ne veut avoir aucun lien avec lui. Et comme les menaces sont nombreuses et que le discours se fera en public, ils préfèrent envoyer Venom pour assurer la sécurité. Dans l’assistance, on peut noter la présence de Ghost Rider, alias Danny Ketch et son amie Melissa Maro.

 

Le symbiote et les bonnes sœurs (image © Marvel Comics)

 

Des ennemis un peu spéciaux

Venom entre dans l’église en se déguisant en bonne sœur ! Santera commence son discours et avoue ses fautes : il a mis son pays à feu et à sang simplement par goût de l’argent et s’est transformé en monstre sanguinaire. Toutefois il a complètement changé de point de vue lorsqu’il a rencontré sa femme et qu’il a eu ses enfants. Désormais repenti, il cherche à démontrer au monde entier et devant Dieu qu’il est un autre homme ! Malheureusement, le public ne semble pas croire à son discours. Dans l’assistance, des hommes sortent des armes de leurs imperméables et s’apprête à tirer. Stigmata, la garde du corps métahumaine de Santera intervient et combat l’un des terroristes qui se trouve être un cyborg mi-humain, mi-araignée mécanique répondant au nom de Teraknid. Ses pattes robotiques contiennent une toxine qui paralyse Stigmata et le criminel prend la foule en otage avec ses compères. Il veut désormais exécuter publiquement Santera devant les caméras du monde entier.

 

Teraknid n’est pas une bonne patte !! (image © Marvel Comics)

 

Le 1er combat

Danny ne peut rien faire, il a été assommé durant la bagarre, ce qui n’est pas le cas de Venom, qui intervient au moment où Teraknid veut exécuter la femme du dictateur. Le symbiote utilise les pattes de Teraknid contre lui et le paralyse ! Un prêtre blessé durant la bataille implore Venom de laisser vivre les terroristes, ce que ce dernier refuse. Alors que Venom se préparer à exterminer les bandits, Danny se transforme en Ghost Rider et intervient.

 

Flammes contre filaments (image © Marvel Comics)

 

Venom contre Ghost Rider

La bataille fait rage et Melissa, la petite amie de Danny se rend compte que Santera ne croit pas un mot à ce qu’il raconte, c’est pour lui une simple opération de communication ! Pire que ça, sa femme et ses enfants sont en réalité des acteurs payés pour faire pleurer le public et redorer son image. Et pour en rajouter une couche, Teraknid se réveille et avoue qu’il a été payé par Santera afin de tuer les acteurs et le faire passer pour un martyr ! Le cyborg est assommé par une bonne sœur.

 

Stigmata contre Santera (image © Marvel Comics)

 

Santera au Vatican

Après une grosse bagarre, Danny se laisse convaincre par Eddie qui veut surtout sauver les innocents. Dans l’église, Santero devient fou ! Il frappe Melissa et prend une mitraillette pour dézinguer le prêtre blessé qui a compris son manège. Le prêtre est sauvé par Stigmata et Venom attire Santero via ses filaments vers le Ghost Rider, qui lui fait alors goûter de ses flammes infernales. Tout le monde sort de l’église, sauf Santera, capturé par Stigmata, qui n’était pas son garde du corps mais un agent du Vatican envoyé pour vérifier la véracité de la rédemption du dictateur. Le voici donc enfermé dans une prison près de la maison du Pape !

 

Santera, ta mère fait des trucs en enfer ! (image © Marvel Comics)

 

Mon avis sur Venom : Sign Of The Boss

Venom : Sign Of The Boss est une mini-série dense et inédite en France, mais un peu superficielle. N’étant pas un spécialiste de la période Ivan Velez jr, je ne peux pas dire grand-chose sur cette version de Ghost Rider, mais je sais que Stigmata et Teraknid n’apparaissent que dans ces 2 épisodes. Ils ne seront plus jamais réutilisés. Peut-être que l’aspect un peu trop religieux de la 1re et le ridicule du 2e ont vacciné les futurs scénaristes en manque de personnages secondaires. Reste une histoire basique mais rythmée, même si le combat entre les 2 héros tombe un peu comme un cheveu sur la soupe et n’est pas très spectaculaire. Le côté religieux est un peu trop mis en avant à mon goût. Les dessins de Tom Derenick sont classiques, sans grande originalité mais possèdent toutefois une très bonne narration graphique. ■




A propos Doop 244 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.