Daredevil n°1 à 5 : Un retour aux sources signé Chip Zdarsky et Marco Checchetto !

Daredevil 2019
(image © Marvel Comics)

Après le run de Charles Soule et Ron Garney, Daredevil reprend quelques couleurs dans un nouvel album. En faisant table rase du passé, on revient sur un aspect urbain accessible pour le lecteur. Un redémarrage prometteur qui, s’il n’est pas très original, développe au moins quelques idées intéressantes.
■ par Doop

Daredevil 2019 Chechetto
(image © Marvel Comics)

 

Daredevil est de retour !

Daredevil est l’un de mes super-héros favori. Et pourtant, je n’ai pas été à la fête depuis quelques années. Ce qu’a proposé Charles Soule ne m’avait pas du tout convaincu. Pire, je m’étais arrêté au bout de 4 épisodes. Depuis j’ai perdu de vue (!!) le héros aveugle au costume rouge. J’ai décidé de raccrocher les wagons avec ce relaunch même si le nom de Chip Zdarsky ne m’inspirait pas grande confiance. Pourtant, il faut reconnaître que les débuts sont plutôt réussis même s’ils ne sont pas renversants. Une 1re remarque : c’est tout à fait accessible pour les lecteurs qui ont abandonné le héros en cours de route. On le retrouve à peine remis d’un grave accident qui l’a laissé très affaibli. Mais qu’à cela ne tienne, Matt Murdock est toujours prêt à défendre la veuve et l’orphelin. Reprenant son vieux costume, le voici de retour pour faire régner la justice dans les rues de New York. Sauf que les ennemis guettent. En effet, Wilson Fisk, alias le Caïd est devenu le maire de Big Apple et il n’attend qu’un seul faux-pas de note ami Matt pour se mettre en travers de son chemin. Ce qui ne sera pas très difficile dans la mesure où Daredevil est encore convalescent. Celui-ci va commettre une erreur fatale qui va avoir pour conséquence de mettre sur son dos toute la police de New York, dont le farouche inspecteur North

 

Daredevil 2019 punisher
(image © Marvel Comics)

 

On prend les mêmes, et on recommence

À 1re vue, il n’y a rien de bien nouveau. Tous les éléments qui font les caractéristiques de Daredevil sont utilisés et exploités : Matt Murdock n’hésite pas à ramener une fille de passage dans son lit pour mieux s’en séparer au matin, le Caïd rôde dans l’ombre, la police est partagée entre l’idée d’arrêter le justicier en dépit du fait que celui-ci les a tant de fois aidés. Matt, qui a des soucis de santé mentale, est même sorti du pétrin par le Punisher. De fait tous ces éléments ont été déjà utilisés par Brian M. Bendis, Frank Miller, Ed Brubaker et pourtant cela fonctionne ! En effet, plutôt que d’aligner bêtement tout ça, Chip Zdarsky en fait une synthèse réussie tout en propulsant l’histoire vers une nouvelle direction. Alors c’est parfois un peu rapide, comme la conclusion de l’histoire avec le Punisher mais il y a une idée qui ressort nettement du lot : celle des victimes collatérales. Chaque héros qui se respecte, lorsqu’il combat un criminel, doit essayer de le blesser sans le tuer, sans lui faire trop mal. Et forcément, lorsqu’on est moins bien, fatigué, on peut parfois se tromper. C’est sur ce thème que Chip Zdarsky construit son histoire et c’est plutôt bien vu. Il la prolonge aussi à l’ensemble des superhéros qui gravitent autour de Matt et c’est un aspect que je n’avais pas encore vu traité de manière aussi collégiale.

 

Daredevil 2019
(image © Marvel Comics)

 

Les dessins impeccables de Marco Checchetto

La grande force de ces épisodes, c’est aussi le dessin de Marco Checchetto, qui réalise les 5 premiers épisodes de la série. Et là aussi il réalise une synthèse graphique de ce que l’on a pu rencontrer sur le personnage depuis plusieurs années. Au 1er abord, son style urbain et réaliste peut faire penser à du Alex Maleev, surtout en ce qui concerne la colorisation de Sunny Gho mais on retrouve certains éléments établis par Marcos Martin, notamment sur les sens décuplés de Matt. On a aussi des planches qui pourraient faire penser à du Michael Lark. Bref, inutile de vous dire que graphiquement, c’est du tout bon. Reste à voir toutefois si Chip Zdarsky va tenir dans la durée pour nous offrir un run qui, s’il ne sera peut-être pas d’anthologie, tiendra au moins la dragée haute aux histoires qui l’ont précédé. ■

Daredevil 2019 couverture
(image © Marvel Comics)

Daredevil (2019) 1 à 5 – Know Fear est publié aux États-Unis par Marvel Comics.




A propos Doop 318 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.