Superman écrase le Klan : un comics pas uniquement pour les enfants !

Superman écrase le Klan
(image : © DC Comics)

 

De la mesure en toute chose

Ce que j’ai réellement apprécié dans Superman écrase le Klan, c’est que le discours et les réactions sont très mesurées. De fait elles sonnent juste à chaque page et permettent de mettre en avant le propos de manière intelligente. Qu’on ne s’y trompe pas : Gene Luan Yeng ne cherche pas une seule seconde à dédouaner les membres du Klan, qu’il tourne d’ailleurs la plupart du temps en ridicule. Mais il évite en tout cas de nous livrer une dualité trop affirmée. La partie sur l’intégration de la famille Lee est vraiment très juste, elle ne nous livre pas un portrait de personnes naïves et victimes. Quand Tommy fait exprès de s’appeler « le bridé » pour s’intégrer, on comprend tout de suite le pourquoi de sa réaction et de ses propos. Lorsque le père Lee ne veut pas recevoir de l’aide de personnes noires sous prétexte que cela va lui attirer encore plus de problèmes, c’est finement amené et cela montre aussi que tous les personnages ont des failles. De la même manière, un des amis de Tommy, dont l’oncle est l’un des membres du clan est raciste au départ et l’avoue lui-même : c’est parce qu’il a été élevé comme ça. Ce qui ne l’empêche pas de changer et de prendre fait et cause pour ses nouveaux amis. C’est exactement ce sens de la nuance et de la mesure, ce discours déployé dans l’histoire mais pas assené au forceps qui fait que l’on y croit et que l’on adhère. Certains personnages de Superman écrase le Klan sont nettement plus fins que leurs contreparties « mainstream ». Encore une fois, un bon auteur, en tout cas sur ce récit là, ça change tout ! La partie finale, qui voit le grand méchant exposer pourquoi le Klan existe, est peut-être un peu trop longue et verbeuse, mais tout est dit. C’est vraiment le discours que j’aurais envie que mes enfants entendent.

 

Superman écrase le Klan
(image : © DC Comics)

 

Un comics qui n’est pas parfait non plus

Si ce comics Superman écrase le Klan est une réussite, c’est indéniable, il y a en revanche quelques points faibles, notamment la 3e partie, que j’ai trouvé un peu en dessous des autres. C’est le moment où le scénariste finit son histoire et je n’ai pas pu m’empêcher de trouver la conclusion peut-être un peu trop rapide et trop hachée. De fait, j’ai eu l’impression pour la 1ère fois au bout des ¾ du comics de me retrouver dans un bouquin destiné aux enfants, impression que je n’avais pas eue jusqu’alors. Je ne suis pas non plus convaincu par le côté très quartier de Metropolis. Je ne vois pas, par exemple où peut s’inscrire l’endroit où les Lee vivent dans ce cadre toujours si urbain. Quant aux dessins du duo de dessinatrices Guruhiru, il fait largement le travail. C’est nettement mieux que ce que j’avais pu lire d’elles (notamment un Power Pack chez Marvel que je n’avais pas aimé). Elles arrivent, tout en rendant un dessin qui est à la fois un mélange de manga, de dessins pour enfants et de dessin fleurant, à proposer un ensemble très cohérent. Qui reste quand-même très estampillé « jeune lectorat ».

 

 

Une superbe édition pour le prix

Si vous rajoutez à cela un prix très attractif : 10 € pour 250 pages avec certes un petit format et une couverture souple ainsi que du papier glacé, vous obtenez sans aucun doute un comics qui mérite largement l’achat. On signalera aussi une quinzaine de pages bonus qui permettent au lecteur de se voir proposer un cadre historique aux thèmes du comics, ainsi qu’un commentaire sur la jeunesse et la vie de Gene Luan Yeng. C’est toujours très appréciable. Courez donc acheter Superman écrase le Klan, même si vous n’avez pas d’enfant. ■

Superman écrase le Klan
(image © DC Comics, Urban Comics)

Superman écrase le Klan est un comics publié par Urban Comics dans la collection Urban Kids. Il contient : Superman Smashes the Klan n°1 à 3.

 

À LIRE AUSSI : 20 sales petits secrets de Superman !

(image © DC Comics)




A propos Doop 322 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.