Le retour de Thanos : la vengeance de Thane, le fils du Titan Fou [avis]

(image © Marvel Comics)

Avec Le Retour de Thanos, Jeff Lemire plonge le Titan Fou dans une situation inhabituelle pour le personnage le temps d’une parenthèse superbement mise en scène par un Mike Deodato Jr plus en forme que jamais.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

Que dire de nouveau sur Thanos ? Avec l’exposition médiatique du supervilain cosmique, Jeff Lemire se devait de trouver un angle d’approche étonnant. Généralement, dans les comics quand on ne voit pas Thanos, c’est qu’il est en train de fomenter un mauvais coup. Toujours avec cette aura de puissance : il faut le voir ici reprendre son trône dans la toute 1re scène en anéantissant le misérable Korvus Glaive qui avait osé le lui usurpé. N’importe quel scénariste enchaînerait sur un plan de Thanos observant paisiblement ses adversaires pour préparer sa prochaine attaque. Sauf qu’ici surprise, Jeff Lemire choisit de faire emprunter au Titan Fou une route moins balisée. Cette créature au pouvoir cosmique est tout simplement… malade ! Thanos, mourant. Notez toutefois que la destination ne change pas : l’album ne s’appelle pas Le Retour de Thanos pour rien et c’est finalement son principal défaut, de finir comme il est annoncé. Mais pour une fois, cela ne va pas se faire sans mal.

 

(image © Marvel Comics)

 

Thanos, malade ?

Gravement malade, Thanos part donc en quête d’un remède. Jeff Lemire prend donc un contre-pied intéressant pour un personnage qu’on a l’habitude de lire surpuissant. Le Retour de Thanos commence comme une course contre la montre. Trouvera-t-il un remède ? Un antidote existe-t-il ? Pire : au fil des années, le Titan Fou s’est attiré l’inimitié d’un paquet de personnages. Même ses plus proches ont quelque chose à lui reprocher. Et sa faiblesse tombe au pire moment, notamment lorsque la Garde Impériale Shi’ar lui tombe sur le dos, si je puis dire. L’occasion pour Jeff Lemire, et Mike Deodato Jr (mais on va y revenir ci-dessous), de proposer un combat puissant. L’Empire contre-attaque, si je puis dire ! À ce moment précis, si vous commenciez à vous prendre d’affection pour le « pauvre » Thanos, Jeff Lemire introduit des flashbacks pour nous rappeler que le tyran est loin d’être un enfant de cœur. Non, Le Retour de Thanos nous rappelle que le supervilain cosmique boxe bien dans la catégorie « mal absolu ».

 

(image © Marvel Comics)

 

La vengeance de Thane

L’autre aspect intéressant de ce Retour de Thanos, c’est la manière dont Jeff Lemire réutilise un personnage qu’on avait un peu perdu de vue après Infinity. Thane, le fils de Thanos, veut se venger de son père. Pour cela, il réunit une équipe pour lui faire la peau. Dans les rangs de ce groupe déicide, il y a du beau monde. Le Champion, tout d’abord, dans une relecture qui s’échappe de ce qu’on connaissait du personnage pour tendre vers une espèce de Lobo façon Marvel ! Original. Il y a ensuite Eros le beau-parleur, frère de Thanos et ex-Avengers, et Nebula, la fille du Titan Fou, qui a bien des raisons elle aussi de vouloir la peau de son grand-père. Jeff Lemire choisit de mettre en scène cette curieuse équipe dans une ambiance à la Ocean’s Eleven, façon « mettons nos montres à l’heure ». Ceux-là ont un plan à dérouler, sauf que Thane, le commanditaire, ne leur a pas tout dit. Et que le fils de Thanos pourrait au final se retrouver en possession d’une force cosmique à la puissance inimaginable, pire que le mal qu’il est censé combattre. Sa maladie, plus son fils vindicatif ; oui, le Retour de Thanos va être compliqué.

 

(image © Marvel Comics)

 

Pas simple de prendre la suite d’un Mike Deodato Jr au meilleur de sa forme

Mike Deodato Jr met du cœur à l’ouvrage, c’est le moins qu’on puisse dire. C’est bien simple, son travail est probablement le meilleur qu’il ait produit à ce jour. Tout en rendant hommage à Jim Starlin via un découpage typique du créateur de Thanos, Mike Deodato Jr donne de l’allure à ses personnages (wow, ce Thanos massif et lourd), travaille leur gestuelle, au point qu’on se régale visuellement, même lorsque l’histoire prend son temps. À noter l’incroyable gestion des trames de couleurs, déjà entamé dans mes souvenirs dans Original Sin. Une fois Deodato Jr parti, il faut le remplacer. Et German Peralta à la délicate mission de lui succéder. Non pas qu’il soit mauvais, loin de là, mais on descend tout de même d’un cran une fois que Peralta arrive sur la série. Chargé de mettre en scène l’affrontement d’un Thane surpuissant avec un Thanos pas à son meilleur, Germen Peralta parvient tout de même à nous mettre quelques frissons avant de refermer sur une ultime image ô combien stéréotypée. Qu’importe, Le Retour de Thanos, parenthèse « malade » du supervilain, se lit d’une traite et réserve suffisamment d’évènements critiques et d’action pour que le plaisir soit bel et bien là. ■

(image © Marvel Comics, Panini Comics)

Le Retour de Thanos est un comics publié en France par Panini Comics.




A propos Stéphane Le Troëdec 292 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.