JSA – L’Âge d’or : Les superhéros DC Comics victimes de la chasse aux sorcières !

jsa golden age d'or
(image © DC Comics, Urban Comics)

En cette fin d’année 2020, Urban Comics propose une pépite avec la sortie de JSA – L’Âge d’or, un récit inédit dans la collection DC Confidential. James Robinson et Paul Smith explorent le passé sombre des plus grands superhéros qui, à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, vont devoir affronter une ère de paranoïa anti-communiste aux États Unis. Dans la période trouble de l’élection américaine actuelle, JSA – L’Âge d’or ne pouvait pas mieux tomber. Et si le plus grand ennemi des américains était l’Amérique ?
■ Par Fletcher Arrowsmith

 

jsa golden age d'or
(image © DC Comics, Urban Comics)

 

Démocratie en danger

JSA – L’Âge d’or raconte le devenir des super-héros américains à la sortie de la Seconde Guerre mondiale. Dans un contexte de suspicion lié à l’anti communisme, les États Unis s’imposent sur la scène mondiale et vivent une période dorée. Des superhéros comme Green Lantern, Starman, Hourman ou Liberty Belle, tentent de trouver leur place dans cette nouvelle Amérique où le spectre de la Guerre froide rode. Mais les retours à la réalité sont durs, entre déboire conjugale, dépression, drogue ou chasse aux sorcières. Pourtant l’un d’entre eux, Mister America, le plus grand héros de l’Amérique, va se faire une place sur la scène politique et briguer l’investiture suprême. Pour cela il tente d’imposer un nouveau défenseur des droits, Dynaman, tout en demandant aux justiciers de se démasquer pour plus de transparence mais surtout de contrôle. C’est alors que Manhunter, va conduire une enquête l’amenant à dévoiler un complot gigantesque aux ramifications dans les plus hautes strates de la sphère politique.

 

jsa golden age d'or
(image © DC Comics, Urban Comics)

 

Les superhéros face au maccarthysme

La lecture de JSA – L’Âge d’or fait évidemment penser à des récits comme Watchmen d’Alan Moore ou L’Escadron Supreme de Mark Gruenwald. La comparaison s’arrête là car chaque comics possède ses propres atouts tout en proposant des thèmes similaires. Comme dans L’Escadron Supreme, James Robinson (Wonder Woman) pose la question de l’accession aux pouvoirs des superhéros. Et même si Watchmen publié en 1986 (JSA – L’âge d’or date de 1993) l’a déjà fort bien évoqué, le climat de suspicion maccarthyste et les héros costumés démasqués trouvent tout leur sens dans JSA – L’Âge d’or. Ce n’est nullement une redite car le récit de James Robinson capte parfaitement l’époque de l’après-guerre en s’appuyant sur un contexte historique qu’il ne remet pas en cause, il s’appuie dessus. L’atmosphère « chasse aux sorcières » de l’Après-guerre est parfaitement retranscrite et l’ambiance malsaine entourant la politique américaine notamment l’élection du président trouve des échos encore aujourd’hui à l’image de la folle semaine que nous avons vécu dans le duel opposant Joe Bidden à Donald Trump. Recommandé par Steve Rude (Nexus, Mister Miracle), James Robinson demande à Paul Smith d’illustrer JSA – L’Âge d’or. Le trait raffiné du dessinateur, se rapprochant d’Alex Raymond (Flash Gordon) et Steve Ditko (Spider-Man, Docteur Strange) est parfait pour croquer l’ambiance fifties des USA. Il est aidé par la colorisation à base de peinture de Richard Ory que l’on peut éventuellement juger un peu passée en comparaison des techniques actuelles sur ordinateur.

 

jsa golden age d'or
(image © DC Comics, Urban Comics)

 

La JSA, une ligue qui en met plein les étoiles

JSA – L’âge d’or raconte une histoire de la Société de Justice d’Amérique (JSA en VO). Les héros composant la JSA sont, avec le groupe All Star Squadron, perçus comme les ancêtres de la Ligue de Justice. On y croise ainsi le 1er Flash (Jay Garrick) ou encore le 1er Green Lantern (Alan Scott) mais aussi Hourman, Sandman ou encore Hawkman. La JSA a été remise au gout du jour et modernisée par James Robinson (Starman, Earth 2, Scarlet Witch), David Goyer et Geoff Johns (Flash, Justice League, Shazam) à la fin des années 1990. Avec JSA – L’Âge d’or le lecteur pourra d’abord se sentir perdu puis frustré de ne pas retrouver la trinité DC, à savoir les 3 héros emblématiques de la firme, Wonder Woman, Batman et Superman. Mais le récit vaut largement par ses qualités artistiques, que cela soit le scénario de James Robinson ou les dessins de Paul Smith (Uncanny X-Men, X-Men/Alpha Flight, Docteur Strange, Leave it to chance). Comme pour Watchmen, pas besoin de connaitre par cœur les protagonistes principaux pour appréhender les enjeux. À la rigueur, un peu de connaissances sur l’histoire américaine notamment le maccarthysme vous permettront de mieux vous immerger dans ce récit incontournable qui éclaire un peu plus ce pays qui nous fait tant rêver, les États Unis.

 

jsa golden age d'or
(image © DC Comics, Urban Comics)

 

Une nouvelle chance pour la plus ancienne des ligues DC

Urban Comics a une nouvelle fois soigné son édition et la gamme DC Confidential (Green Arrow The Longbow Hunters) devient un incontournable de l’éditeur français. Outre les 4 numéros composant la mini-série, on lit avec plaisir une histoire de la JSA (DC Special Series n°19) par Paul Levitz, Joe Staton et Bob Layton qui explique pourquoi les super héros DC ne sont pas intervenus en Europe lors de la Seconde Guerre mondiale. Bien qu’initialement publié sous la bannière Elseworlds (récits se déroulant dans un univers alternatif) JSA – L’Âge d’or trouve ses racines dans l’histoire de DC comics et charge à James Robinson de combler des trous dans la continuité de l’éditeur de Batman et Superman. D’ailleurs Darwyn Cooke saura s’en souvenir avec la nouvelle Frontière qui peut être lue comme une suite directe de JSA – L’âge d’or tout comme Geoff Johns dans sa version de la JSA. Si JSA – L’âge d’or rencontre son public, on peut espérer que Urban Comics se penche sur une nouvelle édition des comics de la JSA que Panini avait publié quand il détenait la licence (dans des Monster Editions et dans DC Universe). Au fait, avez-vous lu la critique de La légion des Super héros, toujours dans la gamme DC Confidential ? ■

jsa golden age d'or
(image © DC Comics, Urban Comics)

JSA – L’Âge d’or est un comics publié en France chez Urban Comics. Il contient : The Golden Age n°1 à 4 ainsi que DC Special Series n°19.




1 Commentaire

  1. Bonjour,
    Juste une rectification on lit avec plaisir une histoire de la JSA (DC Special Series n°19)? Le DC spécial série N°29 n’existe pas page 200 , série donc le dernier est le N°27 mais DC spécial N°29 ( 1977) oui comme indiqué en dernière page. & inédit en VF
    C’était une précision, à ne pas publier merci
    Cordialement
    Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*