Die ! Die ! Die !, tome 1 : Robert Kirkman se lâche dans un comics ultra-violent et gore !

die ! die ! die !
(image © Image Comics)

Die ! Die ! Die ! est un cocktail d’action et de violence, orchestré par Robert Kirkman, le co-créateur de Walking Dead. Âmes sensibles, s’abstenir.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

Au cœur du gouvernement des États-Unis, il existe un service ultra-secret autonome. Cette organisation est chargée de rendre le monde plus sûr en éliminant les pires pourritures. Pour cela, on engage des mercenaires d’élite pour des missions très dangereuses. L’un de ses agents vient justement d’être capturé et mutilé (on lui a coupé le nez au couteau). Il est bientôt mis à vendre au plus offrant. Ce qui ne manque d’attirer l’attention des pires crapules du monde. Et c’est l’ultime occasion pour ses responsables de remettre la main sur lui…

 

die ! die ! die !
(image © Image Comics)

 

Ultra-violent et gore

Die ! Die ! Die ! ne fait pas dans la dentelle. Robert Kirkman livre ici un travail bourrin et sans finesse, mais aussi, il faut bien l’avouer, jouissif si on apprécie ce genre de récit. Et le scénariste ne perd pas de temps puisque l’ultra-violence commence dès les 1res pages avec le découpage d’un nez au couteau particulièrement sanglant. Dans Die ! Die ! Die !, les coups portent, font mal, arrachent des grincements de dents du lecteur. Si ce genre de récit n’est pas votre truc, vous pouvez déjà passer votre chemin : Die ! Die ! Die ! n’est pas fait pour tout le monde mais a tous les atouts pour séduire les amateurs d’action échevelée et bourrine.

 

die ! die ! die !
(image © Image Comics)

 

À LIRE AUSSI : La fin de Walking Dead : que se passe-t-il après la mort choc d’un de ses héros ?

la fin de walking Dead
(image © Image Comics, Skybound)

 

Robert Kirkman fait son Garth Ennis

La lecture de Die ! Die ! Die ! procure les mêmes sensations que certains comics de Garth Ennis. On pense à The Boys et à Jimmy’s Bastards. Pour 2 raisons : d’un côté, l’ultra-violence graphique et de l’autre, les dialogues cyniques et too much, le tout dans une ambiance « espionnage ». C’est bien simple : j’ai dû revérifier plusieurs fois que c’était bien le nom de Robert Kirkman inscrit dans les crédits ! Ce dernier émule donc un récit à la manière de Garth Ennis, avec des scènes graphiquement impressionnantes et des réparties cinglantes. On distingue rapidement une organisation narrative particulière : la 1re page de chaque épisode résume la biographie d’un personnage de la série. Un moyen d’étoffer rapidement des personnages par ailleurs très occuper à se battre. Mais aussi de glisser quelques moments what the fuck puissants. L’autre aspect intéressant de Die ! Die ! Die ! c’est la partie d’échec à laquelle se livre 2 grands pontes du gouvernement. Un jeu dans lequel les agents sont des pions et où les coups bas et les trahisons pleuvent. On n’attendait pas forcément Robert Kirkman dans ces registres, mais le moins qu’on puisse dire c’est qu’il est très efficace.

 

die ! die ! die !
(image © Image Comics)

 

Chris Burnham, maitre de l’action

Le dessinateur Chris Burnham prend un plaisir évident à illustrer Die ! Die ! Die !. Il enchaine les scènes délirantes de pure action avec des dialogues jouissifs mais par moment un peu longs. Mais il trouve le bon dosage, si bien qu’on enfile les épisodes les uns après les autres. Une des difficultés à laquelle Chris Burnham se retrouve rapidement confronter, c’est de devoir représenter 3 jumeaux. Et donc de réussir à les distinguer les uns des autres, sans trop en faire non plus. Autre très bon point : l’action ! Ça bouge bien, c’est fluide, on comprend ce qui se passe dans chaque case. Die ! Die ! Die ! forme un récit complet, mais la fin de ce tome laisse suffisamment de portes ouvertes pour une suite. Et je dois bien avouer que je rechignerais pas à lire de nouvelles missions dans cet univers assez dingue ! ■

die ! die ! die !
(image © Image Comics, Delcourt)

Die ! Die ! Die ! est un comics publié en France chez Delcourt. Il contient : Die ! Die ! Die ! 1 à 8.

 

À LIRE AUSSI : Les 15 scènes les plus gore dans l’histoire d’Image Comics

(image © Image Comics)




A propos Stéphane Le Troëdec 418 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.