Critiques Doopiennes, le marathon comics : semaine 13 !

critiques comics marathon doopienne
(image © DC Comics, Marvel Comics)

Les critiques doopiennes, le « marathon comics » est un challenge complètement : une review de comic-book par jour ouvré que nous vous proposons dans une rubrique hebdomadaire!  Un seul objectif : tenir le plus longtemps possible ! Et ça dure déjà depuis 13 semaines. Il paraît que c’est un chiffre porte bonheur, on va voir avec la sélection de cette semaine.
■ par Doop

 

 

Les comics au sommaire de cette semaine

Une grosse nouveauté VO avec le début de l’équipe d’Injustice sur Nightwing. En parlant d’Injustice, on ira voir si le 3e tome est aussi bon que les 2 précédents. On parlera aussi d’une petite série oubliée et pourtant publiée en VF qui est vraiment intéressante : Common Grounds. Question nouveautés, on parlera aussi du Decorum de Jonathan Hickman pour finir par une petite critique du volume 6 de The Immortal Hulk, qui conclura cette 11e étape

  • Nightwing n°78
  • Injustice, les dieux sont parmi nous : T3
  • Common Grounds
  • Decorum 
  • Immortal Hulk T6

 

Avant propos

 Les Critiques Doopiennes, le marathon comics sont le reflet de mes lectures « à chaud » et assurément trop passionnées. Je vous promets toutefois de rester le plus impartial possible, de ne pas mettre de spoilers et de toujours développer mon avis. Une règle immuable : « Lorsqu’on lit une critique, le meilleur moyen de se faire un avis, c’est toujours de lire le comics en question » ! Ces critiques sont surtout là pour vous permettre de découvrir des titres et pourquoi pas, échanger vos opinions sur notre page Facebook. Alors ? Brocoli (comics de qualité notés de 1 à 5) ou Chamois (comics qui ne sent pas très bon) ? C’est parti !

 

 

Nightwing n°78

(Tom Taylor/Bruno Redondo)

critiques doopiennes
(image : © DC Comics)

Nightwing : ça raconte quoi ?

Nouvelle reprise en main du 1er Robin avec l’équipe qui avait produit Injustice. Dans ce numéro parfait pour les nouveaux lecteurs, Dick Grayson repart à zéro. On assiste au retour de Barbara, au testament d’Alfred, et à l’arrivée d’une nouvelle sidekick dans la vie de Dick Grayson, cette dernière étant petite et poilue !

Une reprise attendue pour le symbole de DC Comics

Sincèrement, j’ai arrêté de lire du Nightwing depuis un bon moment. Il s’agit pourtant de mon personnage préféré, qui a connu une évolution et un développement à la hauteur de ce qu’il représente. En effet, Dick Grayson, Nightwing, c’est à mon sens la parfaite représentation de l’univers DC classique. C’est celui qui incarne le plus, à mon sens, la notion d’héritage, de transmission qui a toujours été au centre de cet univers. Un sidekick qui a prouvé de nombreuses fois qu’il avait dépassé de très loin son mentor. Bref, Nightwing c’est le symbole de DC Comics. Et depuis une dizaine d’années, notre pauvre Dick Grayson n’a pas vraiment été à la fête, avec des runs qui ont perdu tout ce qui faisait de lui un personnage important. Redevenu un super-héros lambda, j’ai perdu après le run de Gail Simone tout intérêt pour ce personnage. Et là, les quelques pages de previews, entraperçues depuis des mois, me faisaient réellement envie. Parce que Tom Taylor, s’il n’est jamais un scénariste extraordinaire, n’a jamais déçu. Il a toujours proposé des récits cohérents, en totale harmonie avec les origines d’un personnage, et souvent centré sur ses pensées et ses aspirations intimes. C’était ce qui était le plus surprenant d’ailleurs dans Injustice, voire même dans son Wolverine ou ses Iron Man qui partaient plutôt bien. Et ce 1er épisode confirme tout le bien que je pensais de ce scénariste.

Retour aux bases

Déjà, c’est un véritable retour aux sources que réalise le scénariste : c’est simple, on a l’impression de se retrouver dans la série Nightwing des années 90/2000 par Chuck Dixon et Scott McDaniel. Tout y est : Barbara Gordon, le retour de Blockbuster et surtout, cette volonté de rendre Dick Grayson plus important que son alter-ego. On retrouve de fait un côté totalement urbain, ce côté Daredevil qui est inhérent à notre héros.  Ne cherchez pas de l’action ou des combats bourrins, il ne se passe quasiment rien dans cet épisode, qui met simplement en place le retour du personnage et annonce plus un changement de direction qu’autre chose. Ceux qui veulent voir notre héros virevolter et combattre des personnages cosmiques (mais qui voudrait ça de Nightwing ?) vont être très déçus. En revanche, les fans de la 1ère heure, comme moi, vont être aux anges. Parce que Tom Taylor arrive à nous donner énormément d’émotion durant tout cet épisode, et semble faire de la relation Dick/Barbara un élément important de la série. C’est d’ailleurs avec une scène issue du passé racontant la rencontre entre Dick et Babs que Tom Taylor ouvre son run. Tout y est : la tension entre les 2 personnages, une partie trop choupi avec le nouvel animal de compagnie de Dick, et surtout une émotion énorme avec le testament d’Alfred.

Préparez vos mouchoirs

C’est à mon sens le point d’orgue de ce 1er épisode : la lecture du testament d’Alfred et une lettre qui retrace en 2 pages tous les liens qui ont uni le majordome de Bruce Wayne et sa pupille. Et c’est parfaitement exécuté ! Parce que cela permet de redéfinir ou de donner aux lecteurs l’intégralité de la personnalité du héros au travers des dernières volontés d’une figure charismatique et paternelle. Parce que l’écriture est bonne et émouvante. Bref, Tom Taylor a en 20 pages totalement compris ce qu’il fallait faire avec Nightwing : nous montrer que Dick Grayson est certainement le meilleur d’entre tous les super-héros, par son côté humain.

Quelques faiblesses toutefois

Si au niveau exploitation des personnages c’est parfait, on pourra toutefois reprocher à l’intrigue d’être un peu simple.  L’introduction de Blockbuster est assez caricaturale, voire pas originale du tout et je ne suis pas arrivé à ressentir la noirceur de Blüdhaven, la ville où évolue le héros. C’est peut-être aussi à cause des dessins de Bruno Redondo. Oui, j’ai été un peu déçu. Attention, cela se lit très bien, c’est fluide, le trait est clair et bien posé mais je trouve que cela manque un peu de corps. Les dessins sont un peu trop sages, un peu trop simples. Et cela ne colle pas vraiment à l’ambiance. Mais cela reste très lisible. Une très bonne entrée en matière qui m’a replongé presque 20 ans en arrière. C’est chouette.

critiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocoli demi

Nightwing est un comics publié par DC Comics.

critiques doopiennes
(image : © DC Comics)

 

Page suivante : Injustice Tome 3

LIRE AUSSI : Injustice : Année un – la surprise du chef à 4,90 euros !

Injustice année un 4,90 euros
(image © DC Comics)




A propos Doop 368 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*