Critiques Doopiennes, le marathon comics : semaine 12 !

cirtiques doopiennes marathon comics 12
(image © Marvel Comics, DC Comics, Dark Horse Comics)

Les critiques doopiennes, le « marathon comics » est un challenge complètement : une review de comic-book par jour ouvré que nous vous proposons dans une rubrique hebdomadaire!  Un seul objectif : tenir le plus longtemps possible ! Et ça dure déjà depuis 12 semaines. On attaque donc la 60e critique quotidienne ! Je ne pensais pas tenir aussi longtemps!
■ par Doop

 

Les comics au sommaire de cette semaine

Au menu de cette semaine, une réédition VF : The Twelve, qui m’a laissé une mauvaise impression. On enchaînera avec le nouveau titre de Mike Allred : X-Ray Robot pour aller faire un tour dans les rues de Hell’s Kitchen avec le Tome 3 de Daredevil par Chip Zdarsky. On verra que les épisodes à pas cher de Miles Morales : Spider-Man sont plutôt bons et on finira par une petite pépite macabre : Deadman Lost Souls, qui a été publié en VF il y a bien longtemps et qui serait probablement interdit de nos jours !

  • The Twelve
  • X-Ray Robot
  • Daredevil T3 : Through Hell
  • Miles Morales : Spider-Man T1 (Nextgen)
  • Deadman Lost Souls

 

 

Avant propos

 Les Critiques Doopiennes, le marathon comics sont le reflet de mes lectures « à chaud » et assurément trop passionnées. Je vous promets toutefois de rester le plus impartial possible, de ne pas mettre de spoilers et de toujours développer mon avis. Une règle immuable : « Lorsqu’on lit une critique, le meilleur moyen de se faire un avis, c’est toujours de lire le comics en question » ! Ces critiques sont surtout là pour vous permettre de découvrir des titres et pourquoi pas, échanger vos opinions sur notre page Facebook. Alors ? Brocoli (comics de qualité notés de 1 à 5) ou Chamois (comics qui ne sent pas très bon) ? C’est parti !

 

The Twelve

(J.M. Straczynski/Chris Weston)

critiques doopiennes
(image : ©Marvel Comics)

The Twelve : ça raconte quoi ?

12 héros oubliés de la seconde guerre mondiale font leur retour en 2010. Comme un peu Captain America, ils ont été cryogénisés et retrouvés, un peu par hasard, par l’armée américaine. Le gouvernement va alors s’empresser d’en faire des symboles, une sorte d’autopromotion de l’idéal américain. Sauf qu’en réalité, nos pseudo-héros possèdent tous de nombreuses névroses, qui vont aboutir au meurtre de l’un d’entre eux.

Des débuts magistraux

Lancée pour les 70 ans de Marvel il y a plus d’une décennie, The Twelve remet sur le devant de la scène des héros peu utilisés et crées à l’époque de Timely Comics, l’ancêtre de Marvel Comics. Malheureusement, l’imbroglio et la dispute entre le scénariste JM Straczynski et Joe Quesada, le rédacteur en chef de Marvel autour de Spider-Man a fait prendre à la série des années de retard. Il a fallu plus de 3 ans pour publier les 12 épisodes, et, disons-le clairement, après des débuts extraordinaires, la série retombe comme un soufflé sur sa dernière partie. Mais que le début est bon ! Alors certes, le scénariste n’est pas très original, il reste dans ses thèmes de prédilection mais il le fait plutôt bien. En effet, je trouve que cette thématique d’un gouvernement obligé de gérer des super-héros adorés du public ressemble quand-même un peu beaucoup à Supreme Power, autre création inachevée du scénariste. Après, c’est la thématique qui lui convient le mieux et c’est vraiment bon dans ce cas-là !

Triste retour à la réalité

Ce que j’ai trouvé particulièrement bon, c’est à quel point JM Straczynski arrive à restituer le désarroi de ces héros qui se sont battus pour un monde meilleur et qui se retrouvent à notre époque ! Ce monde futur où les gens ne se déplacent pas en fusée et où il n’existe pas des tours de quinze kilomètres de haut à chaque coin de rue. C’est un véritable choc, renforcé de plus par la mort de leurs partenaires ou de leurs enfants C’est sombre et triste. Loin des couleurs flamboyantes des costumes de ces héros ! Il faut être préparé à cela à la lecture de The Twelve. Ces derniers vont, peu ou prou devoir s’adapter, et souvent cela va engendrer de gros problèmes : certains se cloitrent, d’autres se disent qu’ils vont tirer parti de leur notoriété. Mais ils vont rapidement se retrouver totalement démunis devant le cynisme de la société actuelle. Tous développent un profond malaise, qui va amener à la mort de l’un d’entre eux. Les personnages sont assez intéressants, même si un ou deux se ressemblent beaucoup. Mais c’est, comme dans tout récit de JM Straczynski, la triste humanité de ses personnages qui ressort avant tout.

Une fin ratée

Et comme souvent, The Twelve se vautre sur son final ! Autant le scénariste a poussé les développements subtils et les révélations durant les ¾ de son récit, autant il nous balance une résolution plus que convenue, voire totalement à l’eau de rose sur les deux derniers numéros. Le happy end est juste incompréhensible ! Cela ressemble à une fin expédiée et cela fout réellement la qualité de l’œuvre en l’air ! Comme si le scénariste avait voulu se débarrasser de sa série.
La révélation finale est totalement foireuse avec une sombre histoire de télépathie sortie de nulle part. Cela reste tout de même une bonne série, mais loin de répondre aux promesses qu’elle nous avait laissé entendre sur ses premiers numéros. Mais bon, les 2/3 sont vraiment bons. Le numéro bonus de la fin, signé uniquement Chris Weston est au mieux anecdotique, au pire, consternant, ce dernier cachant la vacuité de son histoire par des scènes gores. C’est dommage, parce qu’en tant que dessinateur, il est très bon !

Weston : un dessinateur de qualité

J’avais adoré son travail dans The Filth. Sans en atteindre les sommets la prestation du dessinateur est particulièrement convaincante, avec quelques petits défauts comme le fait qu’on ait du mal peut être à faire la différence entre certains personnages. C’est toutefois compensé par un réalisme glaçant. En revanche, comme je l’ai dit plus haut, dès qu’il essaye de scénariser, cela ne fonctionne pas. C’est donc un bilan mitigé. Un comics qui vaut bien évidemment le coup, et dont plus des trois quart du bouquin mériteraient largement 4 étoiles. Un peu gâché par la fin.

critiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocoli demi

The Twelve est une série publiée aux USA par Marvel Comics et en France par Panini Comics.

critiques doopiennes
(image : ©Marvel Comics)

 

La suite : Mike Allred et X-Ray Robot

LIRE AUSSI : Spider-Man : les 10 sales petits secrets de Peter Parker

secrets peter parker spider-man
(image © Marvel Comics)




A propos Doop 368 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*