Critiques Doopiennes, le marathon comics : semaine 12 !

Daredevil T3 : Through Hell

(Chip Zdarsky/Marco Checchetto-Francesco Mobili)

critiques doopiennes
(image : ©Marvel Comics)

Daredevil T3, Through Hell : ça raconte quoi ?

Alors que le Caïd a abandonné Hell’s Kitchen à tous les autres criminels, une nouvelle machination se met en place. Elle est fomentée par les jumeaux Stromwyn, de riches industriels dont le but est de faire de l’argent sur des placements immobiliers à Hell’s Kitchen. Et Matt Murdock ne peut rien faire : il a décidé d’abandonner son identité de Daredevil. Mais le retour d’Elektra pourrait bien changer les choses.

Pas original mais bien exécuté

Je sais que ce run n’est pas apprécié par tout le monde et pourtant, je trouve que ce que propose Chip Zdarsky sur le personnage de Daredevil est vraiment intéressant. Le problème, c’est qu’effectivement il surfe sur tout ce que l’on a déjà pu voir avant. Le contexte urbain, Elektra, le Caïd, Hell’s Kitchen, tout ça a déjà été vu et revu, sauf que cette fois-ci, je trouve que le scénariste arrive à bien agencer les éléments de l’histoire. On ne s’ennuie pas et si l’on n’est jamais vraiment surpris, on a en tout cas toujours envie de savoir ce qu’il se passe par la suite.

Destins parallèles

On sait depuis des années que Matt Murdock et Wilson Fisk sont 2 faces opposées de la même pièce, mais dans cette partie, Zdarsky développe son idée jusqu’au bout. Les 2 personnages vivent quasiment les mêmes choses : abandon de leur alter-ego, lutte pour retrouver une vie normale, impossibilité de s’éloigner de la vie que l’on veut abandonner. Ils ont même droit à un ennemi commun, qui va les amener à subir de graves déconvenues, surtout pour Wilson Fisk. La scène où Fisk se retrouve à étrangler quelqu’un dans un manoir est réellement impressionnante :  on le voit se battre contre sa nature profonde, et finalement perdre le combat !

Humanisation des personnages

Sincèrement, si je ne suis pas encore très convaincu par la présence d’Elektra dans la série, je dois quand-même avouer que Chip Zdarsky s’en sort véritablement bien en ce qui concerne la caractérisation de ses personnages. Wilson Fisk, Matt Murdock sont humains avant tout, et les seconds rôles qui gravitent autour d’eux aussi. La nouvelle petite amie de Matt, l’aide de Fisk, on a même droit à un sacré changement d’opinion en ce qui concerne Cole North. Sa conversation avec Spider-Man est vraiment bien effectuée. Même si c’est aussi un élément un peu bateau et que cela risque de revenir comme un cheveu sur la soupe, j’aime cette idée que Daredevil n’est pas Matt, c’est avant tout une figure protectrice d’Hell’s Kitchen. Et c’est encore une fois bien vu.

De bons graphismes

Marco Checchetto est bien évidemment à l’aise dans ce cadre très urbain. J’apprécie peut-être un peu moins sa prestation dans ce volume, qui me semble un peu plus « pressée », comme s’il avait eu un peu de mal à terminer son arc, ce que la présence de Francesco Mobili sur les deux derniers épisodes peut laisser présager. Mais encore une fois, c’est de très bonne facture. S’ils ne m’enchantent pas sur le titre, Chip Zdarsky et Marco Checchetto nous livrent une très bonne histoire. J’aime beaucoup.

critiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocoli demi

Daredevil : Through Hell contient les numéros 11 à 15 de la série Daredevil (2019). Il est sorti en France en Février 2021 sous le nom L’enfer par Panini Comics.

critiques doopiennes
(image : ©Marvel Comics)

 

Page suivante : Le Miles Morales de Bendis et Pichelli

LIRE AUSSI :Daredevil : 20 persos qui ont remplacé Matt Murdock dans le costume du Diable de Hell’s Kitchen !

daredevil remplaçants
(image © Marvel Comics)

 




A propos Doop 368 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*