Créatures sacrées, tome 1 : un thriller surnaturel (trop) classique mais (très) efficace [avis]

(image © Image Comics)

Complots, créatures machiavéliques, héros manipulé… Avec Créatures sacrées, Klaus Janson et Pablo Raimondi imaginent un thriller surnaturel réussi à défaut d’être original.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

(image © Image Comics)

 

La vie est belle pour Josh Miller ! Il partage sa vie avec la jolie Julia dans un appartement newyorkais. Le couple va bientôt avoir un bébé. Et, si tout se passe bien, Josh devrait obtenir un poste de conservateur. Comment expliquer alors qu’en quelques jours, sa vie bascule ? Quasiment du jour au lendemain, Josh assassine une célèbre humaniste avec un artéfact antique. Paniqué et manifestement confus, il prend la fuite avec non seulement la police à ses trousses mais pire encore des créatures monstrueuses ! Dans sa fuite, il reçoit l’aide d’un homme mystérieux qui va lui révéler la terrible vérité…

 

(image © Image Comics)

 

Klaus Janson plonge dans le thriller surnaturel

Créatures sacrées, c’est l’occasion de retrouver un maitre des comics, Klaus Janson, avec une casquette qu’on lui connait moins. Vous connaissez généralement Klaus Janson pour son travail d’encreur et de dessinateur, notamment sur Batman The Dark Knight et les Daredevil de Frank Miller. Ce n’est pas la 1re fois que Klaus Janson écrit des comics ; on l’a déjà lu sur une poignée d’épisodes avec Batman. Mais avec Créatures sacrées, le projet est nettement plus ambitieux puisqu’il créé tout un univers. Il met les superhéros de côté pour s’intéresser à un genre : le thriller surnaturel. Et pour le coup, on peut dire qu’il enchaine les clichés les uns après les autres : créatures ancestrales, lutte de clans, conspirations, humains utilisés comme pions, etc. Mais Klaus Janson sait cuisiner ces ingrédients avec efficacité. Même si on regretta le manque d’originalité patent de Créatures Sacrées, les vieux routards du genre se glisseront dans l’intrigue comme dans de bons vieux chaussons. Les néophytes du genre pourront s’initier « en douceur » aux complots surnaturels et machiavéliques.

 

(image © Image Comics)

 

Une (dé)construction narrative ambitieuse

L’originalité, il faut la chercher non pas dans le fond de l’histoire, mais dans sa construction. Dans ce tome 1 de Créatures Sacrées, toute l’intrigue se concentre sur le meurtre de l’humaniste Naviel Fitzgerald. Mais réellement ! C’est-à-dire que Klaus Janson organise son scénario en circonvolutions qui convergent vers l’instant précis du meurtre. À travers une succession de flashbacks et flashforwards, on va découvrir comment et pourquoi Josh Miller en vient à tuer cette femme. Car le jeune homme est devenu un pion entre les mains de puissances ancestrales qui agissent dans l’ombre. Fort heureusement, d’autres forces sont sur le point d’intervenir. Sans jamais créer de confusion, cette déconstruction narrative de Créatures Sacrées a 2 avantages. Elle intensifie le moment du meurtre, lui donne un poids important, qu’on n’aurait peut-être pas ressenti sinon. De plus, cela nous permet de ressentir la confusion de Josh. Efficace.

 

(image © Image Comics)

 

Des photos en guise de décors !

Je dois vous avouer une chose : en ouvrant Créatures Sacrées, j’ai failli bondir ! S’il y a une chose que je déteste dans les comics, c’est quand un dessinateur utilise des photos retravaillées pour faire le décor. Or dans Créatures Sacrées, il n’y a que cela ou presque ! Des photos partout, dans la quasi-totalité des cases. Et pourtant, deuxième aveu, après une 1re phase de rejet, j’ai fini par apprécier les planches de Pablo Raimondi. Cela doit tenir au réglage subtil des filtres numériques. Mais surtout parce que les environnements sont riches et détaillés, là où ils sont généralement le parent pauvre des comics. Oh, on n’évite pas parfois l’impression de personnages « plaqués » dans un décor photographié. D’accord. Mais globalement Pablo Raimondi réussit à rendre son trucage suffisamment discret. Probablement parce qu’il compense par des visages et des gestuelles très expressifs. Malgré la profusion de personnages, on n’a jamais le sentiment d’être perdu dans cette conspiration des ténèbres savamment orchestrée. ■

À LIRE AUSSI : Notre avis sur Sacred Creatures, la série complète en VO

 

(image © Image Comics)

Créatures sacrées tome 1 est un comics publié en France chez Delcourt.




A propos Stéphane Le Troëdec 313 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.