Fantastic Four : Grand Design : un hommage vibrant aux 4 Fantastiques de Stan Lee et Jack Kirby destiné principalement aux connaisseurs !

comics Fantastic Four Grand Design
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

Avec le comics Fantastic Four : Grand Design, Tom Scioli s’empare du travail de Stan Lee et Jack Kirby sur les 4 Fantastiques. Sur le même modèle de X-Men : Grand Design d’Ed Piskor ? Pas tout à fait : si visuellement, on tient un ouvrage qui ressemble à son prédécesseur, Tom Scioli pousse le jeu de l’hommage très loin en réinventant carrément la continuité Marvel par petites touches décalées tout en recopiant les visuels de Kirby. Intrigués ? Le résultat est passionnant, mais subtil. Explications.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

comics Fantastic Four Grand Design
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Dans Fantastic Four : Grand Design, Tom Scioli reprend les grandes lignes inaugurées par Ed Piskor dans X-Men : Grand Design en les appliquant à Reed Richards et sa « famille ». À savoir résumer plusieurs années d’aventures d’une équipe et mettre à plat sa chronologie (parfois mise à mal par les retcons), le tout ayant émulant l’apparence des vieux comics. Sauf que… Là où Ed Piskor s’attachait à restituer assez fidèlement les aventures des X-Men pour les lisser dans un « grand dessein », Tom Scioli appuie beaucoup plus sur la réappropriation. Si bien que la lecture de Fantastic Four : Grand Design réserve pas mal de surprises aux vieux routards…

 

comics Fantastic Four Grand Design
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

« L’histoire des Quatre Fantastiques est l’histoire de Marvel »

Avec cet extrait de Fantastic Four : Grand Design, Tom Scioli rappelle que le Marvel Comics contemporain est né avec les 4 Fantastiques au tout début des années 60. Pas étonnant, donc, que Fantastic Four : Grand Design s’ouvre sur le Big Bang et l’arrivée dans notre univers de celui qui va devenir Galactus, le tout sous les yeux d’Uatu. Le début de Fantastic Four : Grand Design est clair : Tom Scioli ne va pas nous raconter l’histoire des 4 Fantastiques, mais bien de leur univers éditorial, au sens large. Comprendre l’évolution des innombrables créations que Stan Lee et Jack Kirby ont injectées dans le comics Fantastic Four. Qu’on se rassure, Fantastic Four : Grand Design fait la part belle à nos 4 superhéros, mais à travers eux Tom Scioli rend un hommage sincère et vibrant au travail de ces 2 géants des comics.

 

comics Fantastic Four Grand Design
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Une Alicia Masters noire ou des héros du Wakanda en remake de Power Rangers ?!

À priori, Fantastic Four : Grand Design ne serait donc ni plus ni moins qu’un résumé du travail de Stan Lee et Jack Kirby ? Première vue seulement. Car à la lecture, le projet de Tom Scioli se dessine plus précisément. Au fil de la lecture, et pour peu qu’on connaisse suffisamment bien les aventures des 4 Fantastiques, commencent à apparaître petit à petit des différences entre ce qu’on nous résume et les comics originaux. On commence à s’interroger, à se demander si les choses se sont réellement passées ainsi. Et puis, Alicia Masters, la petite amie de Ben Grimm, apparaît, et là, tout devient plus clair. La Alicia que vous connaissez est une rousse à la peau blanche ? Ici, cette Alicia Masters est une brune à la peau noire. Une erreur de Tom Scioli ? Non, évidemment. Et Fantastic Four : Grand Design enchaîne petit à petit des scènes qui n’ont jamais existé dans la continuité (la discussion entre Namor et Susan Storm avant son mariage, par exemple), des changements saugrenus – comme par exemple, les superhéros du Wakanda revisités façon Power Rangers (robot géant compris !), pas si éloigné de l’ambiance voulue par Jack Kirby lors de son passage sur Black Panther. Et de l’humour, à travers les dialogues ou en commentaires. (Suite de l’article, page suivante)

 

LIRE AUSSI : Les 10 meilleures aventures des Quatre Fantastiques à découvrir ou à redécouvrir avant leur retour

(image © Marvel)

 

La suite ? Tout de suite !




A propos Stéphane Le Troëdec 475 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.