Batman la légende, tome 2 : pourquoi vous devez lire la 1re apparition de Ra’s Al Ghul [avis]

batman la légende tome 2 neal adams
(image © DC Comics)

Ce tome 2 de Batman La Légende souligne l’incroyable travail de Dennis O’Neil et Neal Adams, une des plus importantes équipes artistiques de l’histoire du Chevalier de Gotham. Au début des années 70, Batman s’impose comme un aventurier de l’obscurité. Il renoue avec un univers réaliste, même si ses enquêtes n’hésitent pas flirter avec le fantastique gothique. Un tome historique et indispensable.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

batman la légende tome 2 neal adams
(image © DC Comics)

 

Le fantôme d’un as des as allemands qui hante un plateau de tournage. Un enfant enlevé dans une maison hantée. Robin qui tombe en poussière entre les mains de Batman. Une famille de monstres de foire. La Grande Faucheuse menaçant Robin… Les couvertures du tome 2 de la collection Batman La Légende donnent le ton ! Signalons d’ailleurs qu’Urban Comics a compilé une cinquantaine de couvertures d’Adams en fin de volume. Dennis O’Neil et Neal Adams accentuent manifestement l’atmosphère lugubre et gothique qu’ils ont commencé à installer à la fin du tome précédent. L’évolution est impressionnante. D’histoires « gentillettes », on passe à des intrigues nettement plus sombres. Dennis O’Neil lorgne le temps d’un épisode vers House of Mystery, dont il emprunte le cynique monsieur Loyal. Il faut rappeler qu’au début des années 70, le grand public a encore en tête le héros de la série télévisée campy du milieu des années 60. Certes, Dennis O’Neil et Neal Adams ne sont pas les seuls à avoir « assombri » le héros de Gotham, mais c’est eux qui vont marquer durablement Batman de leur empreinte inquiétante.

 

batman la légende tome 2 neal adams ra's al ghul
(image © DC Comics)

 

Des intrigues plus complexes et des ambiances variées

Si le scénario devient plus sombre, c’est parce qu’il profite totalement des intrigues bien plus complexes. Dennis O’Neil n’hésite ainsi plus à développer la dimension feuilletonesque des aventures de Batman. Il introduit plusieurs sous-intrigues qui courent sur plusieurs épisodes. Si on retient Dennis O’Neil marque quelques pauses récréatives avec des ambiances différentes. Ainsi, le Batman de quelques épisodes n’a rien à envier à un James Bond 007. Quand Batman enfile ses skis on pense à George Lazenby qui faisait de même 2 ans auparavant dans Au Service Secret de sa Majesté. Par instant, Batman se transforme en globetrotteur parcourant le monde pour traquer un mégalomane maitre d’une organisation criminelle secrète : Ra’s Al Ghul !

 

batman la légende tome 2 neal adams
« Bouh ! » (image © DC Comics)

 

Ra’s Al Ghul et Man-Bat

À LIRE AUSSI : 10 CRIMES parmi les plus DINGUES du JOKER
Dans Batman La Légende tome 2, Ra’s Al Ghul et Man-Bat volent carrément la vedette à un des adversaires historiques de Batman, le Joker. Man-Bat apparaissait déjà dans le 1er tome. Les 2 épisodes le concernant ici viennent clore un triptyque inspiré à la fois par Poe, Robert Louis Stevenson et David Cronenberg. Car comment ne pas être touché par le destin de ce malheureux Kirk Langstrom, transformé en chauvesouris humaine ? Dennis O’Neil a l’idée géniale de creuser l’idée jusqu’au bout en développant une relation étonnante et avec sa compagne. Quant à Ra’s Al Ghul, il faisait ici sa toute 1re apparition. Il faut le voir surgir dans la Batcave, prenant le héros – et le lecteur – au dépourvu ! Dans 3 épisodes absolument essentiels, Dennis O’Neil raconte Batman affrontant un de ses adversaires les plus terribles, véritable génie du mal et trompe la mort. C’est bien simple, dans les 2 épisodes qui lui sont dédiés, le Joker fait pâle figure comparé à la noblesse de Ra’s Al Ghul. Dans Batman La Légende, le héros trouve un ennemi à sa hauteur. Il aura rarement été aussi bien utilisé. Même si j’aurais préféré qu’on conserve les couleurs d’origine (cela dit, la nouvelle colorisation est réussie), voici un album essentiel à tout fan de Batman digne de ce nom. ■

batman la légende tome 2
(image © DC Comics, Urban Comics)




A propos Stéphane Le Troëdec 183 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.