2112 : Un récit de science-fiction un peu rétro signé John Byrne [avis]

2112 John Byrne
(image © Dark Horse)

Alors que l’éditeur français Delirium s’apprête à ressortir les Next Men de John Byrne, il semble logique de publier 2112, qui en est une sorte d’introduction officieuse. Datant de 1991, on pouvait se demander si cette histoire n’avait pas un peu vieilli. Si les dessins restent encore plutôt bons, le scénario en revanche a pris un gros coup de vieux.
■ par Doop

 

2112 John Byrne
(image © Dark Horse)

 

Nous voici en 2112, alors que l’humanité s’est remise d’une quasi-extinction lorsque des « mutants » ont commencé à apparaître dans tous les coins du globe. Heureusement, la menace est éradiquée et les quelques mutants qui se trouvent encore sur terre sont expédiés sur une planète lointaine. 2112 nous propose de suivre le destin de Thomas Kirkland, l’un des nouveaux promus de Safeguard inc, une compagnie privée qui gère les forces d’intervention censées maintenir la paix et protéger l’humanité. Kirkland est entraîné par son mentor Tannen, un vieux de la vieille à qui on ne la fait pas et qui est persuadé que derrière Safeguard inc se cache un complot d’envergure remontant aux années … 1960 ! Alors que la terre risque d’être envahie à tout moment par Sathanas, le chef des mutants bien décidé à en découdre avec ceux qui l’ont rejeté, Thomas va devoir faire des choix et surtout des sacrifices s’il vaut faire éclater la vérité.

 

2112
(image © Dark Horse)

 

Un scénario facile et un peu léger

Je suis un grand fan de John Byrne et j’attendais avec impatience la sortie de 2112, car cela faisait des années que je le cherchais en VO à un prix abordable. Merci donc à Delirium pour cette publication. Je vous avoue que j’ai toutefois été un peu déçu par l’histoire. John Byrne nous dévoile un futur dirigé par des grandes corporations, ce qu’il avait déjà pu faire dans le récit Super Boxeurs avec Ron Wilson. Et je trouve que dans 2112, ce nouveau monde est décrit de manière un peu trop superficielle. Cela manque à mon sens un peu de « corps », même si l’auteur nous livre des informations via de longs placards de texte tout au long du récit. En bref, John Byrne n’est pas arrivé à me faire rentrer dans son monde futuriste. La narration est quand-même assez datée et finalement, il ne se passe pas grand-chose. On a droit à un récit où l’action et les rebondissements s’enchaînent trop vite. Sincèrement, 2112 aurait largement mérité une cinquantaine de pages de plus. Les méchants sont trop rapidement décrits et assez génériques, les relations entre les protagonistes aussi. Il manque un côté épique à cette histoire, que J. Byrne n’est pas arrivé à rendre intéressante à mon goût. Il y a pourtant de bonnes idées et largement de quoi faire. Vraiment pas le meilleur récit de John Byrne.

 

2112
(image © Dark Horse)

 

Une narration graphique impeccable

Si on peut reprocher à l’auteur quelques superficialités scénaristiques, on ne peut en revanche pas nier son talent de dessinateur et de narrateur sur 2112. Byrne n’a jamais été un dessinateur tape à l’œil, avec un style différent, c’est simplement un dessinateur de comics, et un très bon ! Certains pourraient trouver ses dessins un peu vieillots et ils auraient franchement tort. Comparez ce 2112 à n’importe quelle sortie du mois et vous comprendrez que si vous enlevez les couleurs, Byrne reste largement au-dessus de la moyenne. La narration est fluide, compréhensible, les personnages bien identifiables et avec un langage corporel personnel, les décors soignés, bref, tout ce que l’on a du mal à trouver actuellement. Ça fait vraiment plaisir de revoir du vrai dessin, pas retravaillé par ordinateur.

 

Next men 2112
(image © Dark Horse)

 

2112 annonce les Next Men

Si la qualité de 2112 n’est pas extraordinaire, elle présage toutefois une superbe sortie : celle de Next Men qui reste, tout du moins pour les quinze premiers épisodes, l’un des meilleurs travaux de l’auteur. Je vous rassure tout de suite, il n’est pas nécessaire d’avoir lu 2112 pour comprendre ce qui se passera dans Next Men mais disons que cet album donne quelques légères pistes, pas indispensables. Vivement la publication ! ■

2112 John Byrne
(image © Dark Horse, Delirium)

2112 est un comics publié en France chez Delirium.




A propos Doop 260 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.