WandaVision : la série de Disney+ est-elle si originale que ça ?

Une série finalement banale ?

Les épisodes n°1 à 3 laissaient entrevoir une réelle volonté de proposer quelque chose de différent. En tout cas sur la forme. Parce que tenter des épisodes en noir et blanc, au scénario absolument naïf, en hommage aux sitcoms des années 50, il fallait oser. Le problème, c’est que les auteurs font traîner ce principe en longueur, sur plus de 4 épisodes, ce qui devient à la longue très très lassant ! Surtout qu’ils sont instantanément invalidés au bout de 4 épisodes. Okay, c’est une cheapitude assumée, les histoires n’ont pas de sens, comme dans les sitcoms de cette époque, et pourquoi pas ? Mais clairement c’est long : quel est l’intérêt du fameux dîner de l’épisode 1 si ce n’est utiliser la moitié du temps de la série pour une référence à Ma Sorcière Bien Aimée ? Ça apporte quoi à l’histoire ?  Les 2 épisodes de départ auraient pu être condensés en un, voire en une seule introduction. Et du coup on s’ennuie… on s’ennuie… On attend que ça bouge, on attend un changement dans le ton, du bizarre. Et on ne nous donne finalement pas grand-chose. 2 ou 3 scènes au maximum avec une bonne intensité. Je pense à celle où l’on aborde Ultron, celle où l’on voit un apiculteur et celle où Dottie (joué par l’actrice qui interprétait Anya dans Buffy) casse son verre. Franchement, Jac Shaeffer, la créatrice de la série et co-scénariste du très raté Captain Marvel est loin de jouer dans la même cour que David Lynch. Lui savait intégrer du mystère et du fantastique dans un cadre très années 50, du barré. Là, c’est très linéaire et sans aspérité. Le pire, c’est que tous ces « petits mystères » sont totalement annihilés par la révélation de l’épisode n°4, celui qui nous présente l’envers du décor et qui de fait, renvoie WandaVision dans le cadre d’une série totalement classique, sans originalité autre que sa forme. Tout est expliqué et rentre dans le cadre d’une intrigue Mavel de base finalement. Celle d’une réalité fantasmée comme on a pu en lire des dizaines.

 

 

It’s Magic

Donc, comme on avait pu le pressentir depuis la 1re seconde de la série, nous sommes donc dans un univers fantasmé où Wanda se reconstruit une réalité à son goût. Sauf que bon, il ne faut pas pousser non plus, redéfinir la réalité ça a déjà été fait par Thanos et surtout, la série n’a pas les moyens de ses ambitions. Donc on va circonscrire cette réécriture de la réalité à une ville. Et c’est plutôt malin. Le problème, c’est qu’en utilisant ça, les scénaristes de WandaVision utilisent ce qu’il y a de pire pour renverser les cours des histoires précédentes : le deus ex machina pourri. Celui qu’avait utilisé Joe Quesada pour annuler sans avoir l’air d’y toucher le mariage de Peter et Mary-Jane et refonder l’univers de Peter Parker à son goût : la magie ! Du coup, la référence que j’ai utilisée au début sur One More Day fait beaucoup plus sens ! Vision est mort ? On veut le faire revenir : hop ! C’est la magie de Wanda ! On veut « recaster » le Vif-Argent des X-Men dans le MCU ? Hop ! La magie ! Globalement, WandaVision est avant tout, et pour le moment, une sorte de mélange entre le puits de résurrection de Ra’s Al Ghul et de la bulle de réalité de Superboy prime. En étant très méchant, on peut effectivement dire que WandaVision offre une première dans le monde du Marvel Cinematic Universe : celle des intrigues et des justifications tordues qui vont permettre de revenir au statu quo ou de changer un moment du passé à sa propre convenance ! Celle de la continuité à tout prix, même si c’est facile. Trop facile. Et puis, qu’on ne s’affole pas, si il y a des manques, tout sera expliqué dans le prochain film qui sera « essentiel » pour l’avenir du Marvel Cinematic Universe (Mettez ici le film que vous voulez, Dr Strange, Spider-Man, etc etc etc ) !

 

WandaVision
(image © Marvel Studios)

 

La lumière au bout du chemin

Après, nous ne sommes pour le moment qu’au milieu de la série, et il se peut que la suite me fasse mentir. La situation est désormais parfaitement établie, il n’y a apparemment plus aucun mystère principal sur l’origine Westview et peut-être que justement WandaVison va maintenant pouvoir proposer quelque chose d’assez intéressant, ou qui fasse désormais avancer l’intrigue, en se démarquant de son principe de départ. Il reste quelques allusions secondaire en suspens (notamment sur le rôle de Dottie) qui peuvent tout changer. En soi, la série n’est pas mauvaise, elle a tenté une approche nouvelle, mais trop superficielle finalement. Ce qui me gêne, c’est que cette approche ne semble pour le moment pas faire grand sens dans le cadre de l’histoire. C’était plus une offre d’appel, un moyen d’attirer le spectateur sans autre volonté que ça. De l’original pour de l’original et de la référence pour de la référence. J’espère qu’il y a une autre intrigue derrière, un méchant un peu plus développé et intéressant. On peut y croire. Car si pour le moment, WandaVision ne se démarque pas finalement d’une histoire classique d’univers fantasmé et d’une héroïne devenue folle par chagrin, on peut quand-même s’attendre à de bonnes choses. J’espère simplement qu’on saura éviter l’écueil d’une repompée à la Dark Willow ou Dark Phoenix. A suivre quand-même ! ■

WandaVision
(image © Marvel Studios)

WandaVision est diffusée sur la plateforme Disney+.

 

LIRE AUSSI : La Sorcière Rouge : les 10 POUVOIRS les plus ÉTONNANTS de l’héroïne de WandaVision !

comics pouvoirs sorciere rouge
(image © Marvel Comics)

 

 

 




A propos Doop 354 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*