L’Ultraverse : l’univers partagé de Marvel et Malibu Comics que tout le monde (ou presque) à oublié !

(image © Malibu Comics, Marvel Comics)

Saviez-vous qu’au milieu des années 90, Marvel a racheté tout un univers partagé appelé l’Ultraverse crée par l’éditeur Malibu Comics ? Ou que la Maison des Idées a multiplié les crossovers entre l’univers Marvel et l’Ultraverse avant de les fusionner ? Retour sur un univers « sacrifié ».
■ par JB

 

(image © Malibu Comics, Marvel Comics)

 

Les débuts de Malibu Comics

Malibu Comics, maison d’édition et de distribution de comics, commence à publier des séries en noir et blanc dans les années 80. Malibu Comics accroit son catalogue en acquérant plusieurs autres éditeurs tel que Aircel. Au début des années 90, Malibu Comics publie et distribue les 1res séries d’Image Comics jusqu’à ce que celui-ci devient indépendant. Malibu Comics créé un 1er univers partagé en utilisant les personnages de Centaur Comics tombés dans le domaine public. Nous sommes en plein boom des comics et Malibu désire créer ses propres licences : en 1993 l’Ultraverse apparait. En amont une véritable bible est rédigée, à laquelle chaque auteur doit s’y référer, ce qui donne à l’Ultraverse une cohérence toute particulière. Grands auteurs et nouveaux talents sont sollicités. Parmi ceux-ci, on compte par exemple James Robinson, Steve Englehart, Steve Gerber, Mike W. Barr, George Perez, ou Terry Dodson.

 

(image © Malibu Comics, Marvel Comics)

 

L’âge des héros

Les différentes séries lancées par Malibu Comics sont très variées et abordent des genres différents. Prime tourne autour d’un adolescent qui se transforme en superhéros musculeux à la SHAZAM. Night Man est un justicier capable de détecter les pensées criminelles. Firearm parle d’un enquêteur/mercenaire tout à fait « normal » dans un monde de surhommes qu’on appelle « Ultras ». Freex suit un groupe d’adolescents en fuite. Mantra voit un guerrier mystique se réincarner dans le corps d’une femme. Sludge est un monstré évoluant dans les égouts, qui rappellerait un croisement entre Man-Thing et Swamp Thing. Hardcase montre un ancien superhéros devenu star de cinéma qui se retrouve à protéger une Ultra créée et manipulée par une entreprise. Prototype pose la question suivante : Et si Iron Man était vraiment un employé de Stark ?

 

(image © Malibu Comics, Marvel Comics)

 

Un ton plus mature et innovant

Sur ces thématiques tantôt familières, tantôt originales, les séries de l’Ultraverse abordent des sujets plus matures que la plupart de ses concurrents. Le jeune héros Prime est confronté à la pédophilie. Le principe même de Mantra interroge l’identité sexuelle de son personnage principal. En professionnel de la distribution, Malibu Comics utilise tous les gimmicks des années 90 : couverture chromium, flip-book, couvertures complémentaires… Malibu tente également d’innover. Firearm 0 est accompagné d’une cassette vidéo VHS proposant un film de 30 minutes consacré à son héros. De même, Malibu Comics promeut la série Exiles comme une série régulière, avant de surprendre le lecteur et de tuer la quasi-totalité de ses personnages au numéro 4.

 

La suite ? Tout de suite !




A propos JB 79 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.