Shaolin Cowboy : sidekick, crabe et tronçonneuses !

Shaolin Cowboy
(image © Futuropolis, Dark Horse Comics)

Futuropolis a eu l’idée de l’année 2020 ! L’éditeur propose en effet une nouvelle édition de Shaolin Cowboy, le comics choc de Geof Darrow. L’attente des fans se voit récompensée avec un album ultra soigné. Nous pouvons désormais suivre les aventures du cowboy le plus zen mais également violent des comics en commençant avec un 1er tome qui sent le crabe et la poudre !
■ par Fletcher Arrowsmith

 

Il y a de ces albums qui s’imposent comme une évidence. Une rencontre entre un homme et un comics. Shaolin Cowboy fait partie de cette catégorie. Plus contemplatif que narratif, en faire une critique longue et étayée du travail de Geof Darrow ne me semble pas rendre justice à la claque magistrale de ce comics hors norme. Accrochez-vous, ouvrez grand vos yeux et préparez-vous au choc Shaolin Cowboy !

 

Shaolin Cowboy
(image © Futuropolis, Dark Horse Comics)

 

Geof Darrow l’homme aux mille et un détails

Discuter de Shaolin Cowboy c’est d’abord une rencontre avec Geof Darrow, un OVNI dans le monde des comics. Cet artiste américain a d’abord ébloui le King made in France, Moebius himself, avec lequel il a collaboré dès le début des années 80. Puis c’est le succès avec 2 récits de l’incontournable Frank Miller alors en plein gloire : Hard Boiled et The Big Guy and Rusty The Boy Robot. Ces 2 comics lui valent d’ailleurs 2 Eisner Awards. Les sœurs Wachowski font appel à lui pour la conception et les designs de la trilogie des films Matrix mais également sur Speed Racer. Geof Darrow est un artiste qui sait se faire rare, qui produit peu mais qui a su fidéliser un public de connaisseur à l’affut de chaque dessin et production d’un maitre de l’art séquentiel. Depuis 2005, entre variants covers ou quelques pin-up, il anime les aventures de Shaolin Cowboy publié chez Dark Horse et Burlyman Entertainment dans diverses mini-séries.

 

Shaolin Cowboy
(image © Futuropolis, Dark Horse Comics)

 

C’est l’histoire d’un cowboy qui tue des centaines de type dans un désert

Au 1er abord, on ne vient pas lire Shaolin Cowboy pour le scénario. Le long des 7 numéros réunis dans cette édition les pavés de textes sont moins nombreux qu’un comics classique. Le Shaolin Cowboy se bat sur 90 % de l’album, réparti en seulement 2 affrontement distinct, dont un inachevé et à suivre. D’entrée de jeu, en plein désert, il combat un crabe évolué et ses centaines de spires. Puis toujours en plein désert, il croise sur sa route, 3 entités maléfiques et un bébé. Les combats, dantesques et violents, se passent sur terre ou dans une ville nichée sur le dos d’un monstre géant pour finir dans ses entrailles. Scénario minimaliste, me direz-vous ? Certes, on ne peut le nier sauf que le temps passé à observer les extraordinaires planches de Shaolin Cowboy n’en reste pas moins important et les quelques 180 pages composant ce 1er tome se dégustent en heures et pas en minutes. Néanmoins on distingue parfois, en creusant dans les niveaux de lecture, l’engagement de Geoff Darrow notamment une dénonciation politique d’une Amérique pécheresse en perdition à travers des thèmes comme la religion, le lobby des armes, la violence ou la politique. La construction des histoires fait irrémédiablement pensée aux films de Quentin Tarantino, jusque dans les traits d’humours et le flashback décalé. Car si Shaolin Cowboy provoque des frissons c’est grâce à un cocktail fait d’humour noir, d’absurde et de claque graphique savamment dosé.

 

Shaolin Cowboy
(image © Futuropolis, Dark Horse Comics)

 

L’art de massacrer méticuleusement

Geof Darrow est dingue, et en conséquence nous avec. Chaque planche est une œuvre d’art tant leur exécution révèle une maniaquerie du détail sans pareil. Geof Darrow est lent mais généreux. Il ne peut concevoir un dessin sans un souci de la précision qui frise l’obsession. Geof Darrow reproduit les positions de chaque personnages et objet à l’identique, même quand l’angle de vue varie, de case en case. On peut passer des minutes entières à observer un massacre de groupe ou bien les entrailles d’un requin qui se vident. Là où nombre de dessinateur signale un paysage avec 3 traits dès le début d’une séquence, Geof Darrow s’attache à tout redessiner à chaque fois et sans jamais donné l’impression d’observer un dessin surchargé, illisible ou confus. D’ailleurs c’est en prenant son temps, tel un moine shaolin, que l’on découvre que l’humour 2nd degré de Shaolin Cowboy s’exprime aussi graphiquement. Il faut dire que pour cela, outre les situations ubuesques tel un crabe chef de bande adepte du kung-fu, Geof Darrow joue légalement la carte du buddy movie à l’instar de la saga L’Arme fatale. En effet notre cowboy n’est point solitaire dans ses tribulations. Il fait équipe avec un âne. Oui, un âne ultra décomplexé du bulbe, sans retenu, qui tel un Eddy Murphy survolté commente tout ce qu’il voit.

 

Shaolin Cowboy
(image © Futuropolis, Dark Horse Comics)

 

Une édition orgasmique signée Futuropolis

Pourquoi parler aujourd’hui de Shaolin Cowboy ? Tout simplement parce que Futuropolis publie ce qui ressemble à une édition ultime du héros de Geof Darrow. Et aussi car Shaolin Cowboy est clairement un putain de bon comics. Le programme à venir est tout simplement exceptionnel. Prévue en 3 tomes, qui sortiront tous cette année, le lecteur français pourra enfin bénéficier des planches inédites de Shaolin Cowboy qui a déjà eu droit à 2 tomes publiés par autant d’éditeur mais laissant finalement la trilogie incomplète (le tome 3 sera inédit). Les planches sont agrandies au travers d’un format permettant de mieux profiter de la profusion de détails. Rien à redire dans l’édition que j’ai tenu entre les mains. Album cartonné solide, couleurs impeccables des pages rendant justice aux planches, couverture, tranche et dos étudiés pour que cela claque et soient encore plus beau que cela ne l’est déjà. Nouvel album, nouvelle traduction. C’est désormais l’épouse de Geof, Lorraine Darrow, que l’on retrouve à la traduction. Rien d’étonnant quand on connait l’histoire qui relie Geof Darrow à la France. Outre sa rencontre avec Roland Moebius Giraud, les époux Darrow sont désormais installés en Bretagne. L’objet en lui-même trouvera rapidement sa place dans la section chef d’œuvre ou beaux livres de votre bibliothèque. Pour un peu, je me mariais avec. Clairement l’orgasme ne fut pas loin, mais je le réserve pour la suite, ce tome 1 de Shaolin Cowboy faisant office de longs préliminaires.

Shaolin Cowboy
(image © Futuropolis, Dark Horse Comics)

Shaolin Cowboy, tome 1 : Start Trek est un comics publié en France par Futuropolis. Il comprend les numéros 1 à 7 de la série Shaolin Cowboy : The Burlyman Series.




A propos La rédac' de Top Comics 20 Articles
La rédaction de Top Comics est composée de : Doop, JB, Ben Wawe, Fletcher Arrowsmith, Mad Monkey, Christophe Colin, Marc Cagnon et Stéphane Le Troëdec.