Pourquoi Wolverine est un gros blaireau

(image © Sony Pictures)

Wolverine, pour le grand public, c’est le superhéros charismatique de la franchise X-Men, interprété par le non moins charismatique Hugh Jackman. En France, les lecteurs de comics le connaissent aussi sous le nom de Serval. C’est oublier que Wolverine est loin d’être un félin. Il serait même plus à rapprocher du… blaireau ! Explications.
■ par Doop

 

(image © Marvel Comics)

 

Wolverine apparait pour la 1re fois en octobre 1974 dans Incredible Hulk 180 et 181. Ses créateurs, Len Wein et Herb Trimpe, l’imaginent d’abord comme un ennemi jetable de Hulk. Par la suite, Wolverine intègre l’équipe des X-Men. Les 1ers épisodes d’Uncanny X-Men accentuent véritablement le côté « petit animal teigneux » du personnage. Wolverine est décrit comme petit, sauvage et bourru. Les auteurs Chris Claremont et Dave Cockrum ne l’aiment pas beaucoup. Il faut dire que le but premier de cette nouvelle série est de proposer des mutants venant des 4 coins du globe, afin de pouvoir potentiellement intéresser les lecteurs à l’international. Le canadien Wolverine est fortement suggéré aux auteurs par Len Wein, alors éditeur de la série. Le préféré de Cockrum est sans conteste Diablo, dont l’aspect démoniaque cache un caractère noble. Chris Claremont et Dave Cockrum envisagent d’ailleurs tout simplement de se débarrasser du mutant griffu dont ils ne savent pas quoi faire. Par chance, l’arrivée de John Byrne aux dessins d’Uncanny X-Men ouvre à Wolverine de nouveaux horizons. John Byrne, qui a grandi au Canada, refuse de faire mourir le personnage. Avec l’aide de Claremont, il va développer Wolverine, lui conférer une certaine noblesse et faire de lui un des tous 1ers anti-héros mutants. John Byrne l’humanise, lui donne les traits de l’acteur Paul d’Amato et le confronte très souvent à sa propre animalité. Au départ très bestial, Wolverine devient un homme, tiraillé par ses pulsions animales et son code inné de l’honneur.

 

Le comédien Paul D’Amato (image © Marvel Comics)

 

Cette grosse loutre de Wolverine

Le « wolverine » (glouton, carcajou ou même gulo gulo en français) est un animal solitaire de la famille des mustélidés. Vivant au Canada, il est surtout connu pour son caractère agressif et hargneux. On peut donc comprendre le choix de Len Wein d’affubler son héros de ce pseudonyme. Wolverine correspond à un animal typique du Canada et permet de définir rapidement les grandes lignes du personnage. Il n’empêche : ces animaux sont de la même famille que les loutres ou les blaireaux ! Le carcajou possède des griffes semi-rétractibles, pèse autour de 15 Kg et dévoile une longue queue touffue. Il se nourrit en général de charogne ou de petits animaux, mais peut parfois s’en prendre à des rennes. En clair, c’est un petit ours !

 

Le seul « Wolverine » que vous pourrez jamais voir sur Terre !

 

Une erreur de traduction

Vous avez toujours pensé que Wolverine était affilié à la famille des félins ? Pas du tout ! Mais rassurez-vous, cette erreur est en réalité due à une erreur de traduction. Dans les publications des éditions Arédit/Artima, la 1re traduction française respecte la VO et propose le nom de code de… « glouton ». Et tant pis pour le côté badass… Par la suite, quand Lug traduit les séries Marvel, Wolverine connait ses lettres de noblesse sous le nom de Serval. Sauf que cet animal,lui, est véritablement un membre de la famille des félidés. Il n’a donc strictement aucun rapport avec l’animal de départ. Bien évidemment, on suppose que les traducteurs de l’époque n’ont pas voulu appeler leur personnage « le glouton » ou « le blaireau » pour des raisons sémantiques évidentes. Mais il n’en ressort pas moins que le wolverine canadien et le serval français n’ont absolument rien en commun… On ne peut donc absolument pas parler de côté « félin » du personnage. Un peu plus tard, le même genre d’erreur est reproduit avec le personnage de Rahne Sinclair, une fille loup-garou (donc de la famille des canidés) répondant en VO au nom de code de Wolfsbane, traduite par en français par …. Félina ! ■

Le serval, le vrai.




A propos Doop 136 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.