Marvel Divas : 4 héroïnes Marvel pétillantes dans un comics encore inédit en France [critique]

(image © Marvel)

Dans Marvel Divas, Roberto Aguirre-Sacasa, le scénariste de Riverdale, prend en main le destin de 4 super-héroïnes de 2nde zone. On pouvait s’attendre au pire, et pourtant, Marvel Divas réussit le tour de force de nous proposer une histoire touchante, légère et complètement adaptée à notre époque. Un récit de plus magistralement dessiné par Tonci Zonjic.
■ par Doop

 

(image © Marvel)

 

Roberto Aguirre-Sacasa dépeint 4 héroïnes très différentes avec finesse et délicatesse

Roberto Aguirre-Sacasa est un scénariste bizarre, qui a toujours alterné le pire (la série télévisée Riverdale, le remake du film Carrie) et le meilleur (Angel, Afterlife with Archie), parfois même au sein d’une même histoire (Man-Thing). Pas de doute : avec ce Marvel Divas on est dans le 2ème cas de figure. Comme rarement depuis des années, Roberto Aguirre Sacasa réussit à donner vie à 4 super-héroïnes laissées de côté, à savoir La Chatte Noire, Photon (alias Captain Marvel), Hellcat (Patsy Walker) et Firestar ! Avec subtilité et finesse, le scénariste nous plonge dans le quotidien de 4 jeunes femmes modernes et dans leurs vies amoureuses. Les clichés faciles sont évités. Dès le 1er épisode, on nous dresse des portraits de femmes qui se disent fortes (ce sont des super-héroïnes, après tout) mais qui cachent en réalité de véritables cœurs d’artichaut. L’une ne veut pas de l’aide de son amant pour monter sa boîte de détective privé. L’autre ne veut pas s’engager dans une relation durable pour ne pas laisser transparaître ses faiblesses tandis qu’une troisième n’arrive pas à passer le cap de sa relation avec son ex-mari (et de surcroît rejeton de Satan !). Le 1er épisode de Marvel Divas est drôle, fin et les désirs des jeunes femmes ont rarement été aussi bien traités. Pour un comics qui date de 2010, Aguirre-Sacasa fournit typiquement la liste complète de ce qu’il faut faire quand on veut parler de personnages féminins. La quasi-totalité des scénaristes actuels feraient bien de s’inspirer de son travail. Exemple : lorsque L’Invisible, Miss Hulk, Emma Frost, et Tornade débarquent à une soirée dont elles sont les véritables « vedettes », la réaction de nos 4 « divas » pleine de jalousie est vraiment convaincante et très drôle ! C’est le traitement de Marvel Divas qu’on a envie de voir appliqué dans les comics actuels, souvent trop caricaturaux dans leur volonté de mettre la diversité en avant. Autre exemple : la scène de speed-dating est elle aussi vraiment géniale !

 

(image © Marvel)

 

Lorsque Marvel Divas prend un tour inattendu et tragique

Très rapidement, Marvel Divas prend une tournure sombre et dramatique. L’une de nos 4 héroïnes tombe gravement malade. Le récit devient alors celui d’un combat, d’un dépit et d’une force de volonté devant la maladie. Et dans ce cadre-là, le traitement du scénariste est encore une fois particulièrement bien adapté. Il réussit à nous faire ressentir tous les sentiments qui assaillent notre diva. Désespoir, crainte, haine : tout y est crédible et c’est vraiment poignant ! J’adore lorsqu’un récit nous emmène dans une direction et change brusquement de cap pour nous entraîner vers un aspect totalement différent. Cela renforce de manière exponentielle l’impact et le fond du message que l’on veut nous délivrer. Si Marvel Divas devient soudainement tragique, le ton léger n’est toutefois pas oublié. C’est aussi à travers les yeux de ses amies que notre héroïne va pouvoir se battre et se reconstruire. De plus, l’auteur de Marvel Divas semble s’être particulièrement bien documenté sur la maladie et cela renforce l’aspect tragique du récit.

 

(image © Marvel)

 

Des dessins qui ne vont pas dans l’exagération

Vous voyez les dessins putassiers et anatomiquement improbables de J. Scott Campbell, qui signe la couverture de ce TPB ? Eh bien c’est tout ce que Marvel Divas n’est pas ! En effet, Tonci Zonjic, dessinateur trop sous-estimé, livre des planches et des dessins qui correspondent totalement au ton subtil et léger de la série. Avec ses lignes très claires et propres, sa narration classique et ses proportions réalistes, Tonci Zonjic réussit à rendre toutes nos héroïnes terriblement sexy sans les affubler de poitrines énormes et de hanches déformées. C’est exactement ce qu’il convient de faire pour cette série et cela rajoute bien évidemment à son caractère indispensable. Vous voulez lire une série sur 4 jeunes femmes, traitées de manière sensible et subtile, sans jamais tomber dans le cliché lourd, les blagues potaches et la provocation ? Vous voulez lire le récit d’un combat contre la maladie ? Marvel Divas est fait pour vous ! C’est tout simplement incompréhensible de ne jamais avoir proposé cette série en France. ■

FOCUS

Les 17 plus belles couvertures de Rob Liefeld

par Stéphane Le Troëdec dans Comics 0

Rob Liefeld fait partie de ces artistes décrié et considéré comme un des pires dessinateurs. Pourtant, il a aussi dessiné quelques bonnes couvertures. Voici les meilleures covers d’un dessinateur qui ne laisse jamais indifférent : Rob [...]




A propos Doop 83 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.