Les films Marvel, ce n’est pas du cinéma ! [En Vert Et Contre Tous n°40]

Oui, on peut préférer Les Gardiens de la galaxie à Black Swan

Là où Martin Scorsese exagère, c’est que quelques films du MCU proposent (subrepticement et à dose homéopathique) quelques messages ou quelques visions artistiques. Captain America : le Soldat de l’hiver peut être vu comme une critique de la course à l’armement et à la surveillance continuelle des actions de chacun. Le 1er film des Gardiens de la galaxie a véritablement une patte scénaristique et visuelle. La fin d’Avengers : Infinity War est parfaitement réussie et envoie un véritable torrent d’émotion. Après, si Scorsese a regardé Black Panther, Captain Marvel, Endgame ou le dernier Spider-Man, on ne peut pas lui reprocher de comparer les films Marvel à de gros parcs d’attraction tellement ces derniers sont au niveau 0 de toute ambition scénaristique et de tout message qui se distinguerait un peu de la pensée consensuelle. Dans sa grille de lecture, ce n’est pas du cinéma, point. Après, un film de cinéma peut aussi n’être dévoué qu’à faire du divertissement. Je suis un grand défenseur du cinéma mainstream. Je pourrais vous parler pendant des heures de ces « films d’auteurs » qui tombent encore plus dans la caricature que n’importe quel chapitre du MCU. À mon sens, il ne faut pas opposer film d’auteur et film de divertissement, ce sont des films. Point ! Gladiator est un grand film de cinéma et pourtant c’est du divertissement. Tout dépend de la volonté du réalisateur dans les compromis, et c’est vrai que Marvel a eu plutôt tendance à abuser dans l’application de recettes toutes faites depuis quelques années. À leur décharge, donner une touche artistique à un film de superhéros est souvent casse gueule.

 

 

Des adaptations impossibles ?

À chaque fois qu’un réalisateur a voulu apporter sa patte à un film de superhéros, cela a presque toujours donné des drames. Iron Man 3 est certainement le film le plus moisi du MCU, et c’est pourtant celui qui ressemble le plus à son réalisateur. De la même manière, le Hulk d’Ang Lee est un ratage total, ce qui peut signifier que donner carte blanche à un réalisateur sur une franchise déjà bien établie ne fonctionne pas souvent. Et ne me parlez pas de Zack Snyder sinon ma tension artérielle va atteindre des sommets ! Avoir une vision et une patte scénaristique c’est bien, mais encore faut-il que cela corresponde à l’univers que l’on veut retranscrire à l’écran. Ce n’est pas le cas des 3 films précédemment cités. Logan de James Mangold fonctionne parce qu’il est déconnecté de l’univers classique alors que Wolverine : Le Combat de l’immortel par le même réalisateur est tout pourri. Le Joker de Joaquin Phoenix est selon toute vraisemblance un vrai film d’auteur, mais totalement désynchronisé de l’univers des super-héros. Si Avengers et Les Gardiens de la galaxie fonctionnent, c’est parce que la patte du réalisateur d’adapte bien au récit. D’ailleurs, dès que Joss Wheedon fait des compromis, cela donne Avengers : l’Ère d’Ultron. Et le 2e film des Gardiens de La galaxie est très loin du niveau du 1er. N’en déplaise à certains. Pour moi, James Gunn s’est totalement auto-parodié pour son 2e volet.

 

logan
(image © Twentieth Century Fox)

 

Du cinéma ou pas ? Ça dépend

De fait, on ne peut pas vraiment reprocher à Martin Scorsese de trouver les films du MCU totalement indigents par rapport à sa grille de lecture. Mais encore une fois, tout est une question de mesure, de compromis et d’endroit où l’on place le curseur. Plus ce dernier ira vers la volonté de plaire, plus le film se transformera en parc d’attraction au détriment d’un réel message ou d’une véritable réalisation. Et si l’on ne peut pas dire que les films du MCU ne sont pas du cinéma, on ne peut pas non plus se satisfaire des dernières productions Marvel, qui sacrifient toute ambition pour plaire au plus grand nombre afin de vendre des figurines, des peluches ou des t-shirts. ■

 

Un grand merci à Fletcher Arrowsmith, rédacteur de Top Comics et grand fan de Martin Scorsese, pour certaines précisions.




A propos Doop 244 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.