Justice League of America tome 6 : Mark Waid et Bryan Hitch en mode « cinématographique » [avis]

(image © DC Comics)

Mark Waid poursuit sa reprise en main de la Justice League of America. Et qui mieux que Bryan Hitch pour mettre en image une invasion extraterrestre (Terror Incognita) ou un récit de science-fiction d’une ampleur et d’une ambitions inattendues (Ascension) ?
■ par Stéphane Le Troëdec

 

(image © DC Comics)

 

Les membres de la Justice League font face à certains de leurs plus grands défis ! Dans « Ascension », la Terre sort de son orbite ! Qu’est-ce qui a bien pu réaliser cet exploit ? Et surtout, pour quelles raisons ? Dans « Terror Incognita », les Martiens Blancs sont de retour ! Après s’être libérés de leurs entraves psychiques, ils veulent prendre leur revanche sur les superhéros qui les ont vaincus. Les Martiens Blancs prévoient d’anéantir un à un chaque membre de la Justice League of America et de compenser leur vulnérabilité au feu, leur plus grand talon d’Achille. Pris au dépourvus et rapidement éliminés, Superman, Batman, Wonder Woman, Green Lantern et Flash vont devoir contrecarrer cet assaut inattendu et empêcher les Martiens Blancs de détruire l’Humanité toute entière…

 

(image © DC Comics)

 

Mark Waid et Bryan Hitch, duo « cinématographique » successeurs de Grant Morrison

Si vous le voulez bien, mettons de côté les aventures signées Grant Morrison de cet album. Non pas qu’elles soient mauvaises, mais il s’agit là du dernier galop de l’artiste anglo-saxon sur la série. Et pas forcément le plus abouti puisque Grant Morrison rend une copie franchement brouillonne à comparer avec ses précédentes histoires. On préfèrera donc se concentrer sur « Ascension » et « Terror Incognita », les 2 principales aventures de ce Justice League of America tome 6. Ces récits enthousiasmants sont signés Mark Waid et Bryan Hitch, duo de « remplaçants de luxe », si j’ose dire, déjà à l’œuvre dans le tome 5 et qu’on retrouve ici au meilleur de leur forme. En effet, ils insufflent à la Justice League un souffle épique, une dimension cinématographique alors incomparable, tout en restant à leur façon dans la continuité de ce qu’a écrit Grant Morrison.

 

(image © DC Comics)

 

Ascension, le « 2001, l’Odyssée de l’espace » de la Justice League

Ascension fait partie de ces comics totalement hors-norme. Un flamboyant « blockbuster » qui renverrait certaines aventures de la Justice League au statut d’aimables téléfilms. Impression renforcée en VO par une édition grand format (treasury ou tabloid), un format repris en France dans la 1re édition publiée chez Soleil en 2001 qui accentuait encore le côté « cinématographique » de l’entreprise. Dommage en passant que cette nouvelle édition ne puisse profiter de très grandes pages. Ascension est un récit de science-fiction plus ambitieux que la plupart des histoires de superhéros. D’une part, parce que Mark Waid le scénariste y injecte des notions théologiques voire même spirituelles sur notre condition humaine. Il interroge sur notre place dans l’univers, sur nos limites en tant qu’espèce mais aussi l’espoir de lendemains meilleurs. D’autres part parce que Bryan Hitch, encré par Paul Neary, est alors au sommet de son art. L’artiste parvient à rendre l’ampleur du projet, la démesure de cette histoire d’extraterrestres qui « kidnappent » la Terre. Il faut être doué pour qu’Ascension ne tourne pas au ridicule. Mais Bryan Hitch a le sens du spectacle et à la fois celui de l’émotion. Tout au plus on pourra regretter que l’aspect science-fictionnel de l’histoire relègue un peu trop souvent les superhéros de la Justice League aux rôles d’observateurs et de commentateurs. Mais ils auront l’occasion d’exprimer leur puissance dans la saga suivante…

 

(image © DC Comics)

 

Terror Incognita

Pour les lecteurs qui ne sont pas rassérénés par le gigantisme d’Ascension, il y a donc ensuite Terror Incognita. Cette saga est de facture certes beaucoup plus classique, mais s’inscrit dans la continuité « morrisonienne » puisqu’il s’agit en quelques sortes du 2nd round des superhéros contre les Martiens Blancs. Mark Waid écrit une histoire solide d’invasion extraterrestre très classique, certes, mais où on ne s’ennuie jamais. Le scénariste privilégie l’action au développement des personnages et pousse son histoire vers une fin épique. Mark Waid met en avant Le Limier Martien et glisse quelques références intéressantes comme celle de la Zone Fantôme (ou Krypto) qui montre qu’il maitrise son sujet. Tout au plus, on pourra lui reprocher une solution un peu facile. Mais si vous lisez la JLA pour le spectacle, la conclusion est tout à fait satisfaisante. Bryan Hitch apporte évidemment une nouvelle fois son sens du spectacle. Hélas, l’artiste ne réalise pas tous les épisodes de Terror Incognita, et c’est à Mike Miller qu’il incombe de dessiner la suite de l’aventure. Et c’est loin d’être un cadeau de passer derrière Hitch, croyez-moi ! ■

(image © DC Comics, Urban Comics)

Justice League of America tome 6 est un comics publié en France par Urban Comics.

FOCUS

Avengers 4 Endgame : la première bande-annonce !

par Stéphane Le Troëdec dans Écrans 0

Le moment qu’attendaient avec impatiences tous les fans de la franchise Marvel est enfin arrivé : la sortie de la 1re bande-annonce d’Avengers 4 ! ■ par Stéphane Le Troëdec     Avengers 4 : Endgame. Voici le [...]




A propos Stéphane Le Troëdec 203 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.