Intégrale X-Factor 1986 : Le retour de Jean Grey et des X-Men originaux [avis]

(image © Marvel Comics)

 

Bob Layton et Butch Guice, un duo plein d’idées

Pour autant, cette intégrale X-Factor 1986 permet de relativiser le travail du duo Bob Layton/Jackson « Butch » Guice. Une prestation bien meilleure que ne le suggère l’éditorial de cet album étonnamment dur avec Layton. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les auteurs occupent l’espace et profitent du moindre centimètre carré à leur disposition. Butch Guice soigne ses personnages, leur donnant une gestuelle. Certains visages sont particulièrement réussis et expressifs. Si on met de côté la gestion parfois absurde du couple Scott/Jean, leurs épisodes sont denses et riches. Ainsi Bob Layton prend le temps de mettre en scène l’arrivée de Jean Grey et les réactions de ses équipiers et/ou amoureux. Il instaure un triangle amoureux. Bob Layton travaille comme s’il essayait de se créer un recoin dans l’univers mutant de Marvel, pour développer ses idées en autonomie et instaurer un ton en marge. Envieux d’exploiter son concept d’origine, Bob Layton s’empresse d’achever le retour des 1ers X-Men en redonnant à Hank McCoy l’apparence qu’il avait en 1963. Puis, il imagine « L’Alliance du Mal », de nouveaux adversaires pour X-Factor, rappelant un peu La Confrérie des Mauvais Mutants. Ironie du sort (et aléas éditoriaux), on apprendra par la suite que leur chef n’est autre qu’un certain… Apocalypse, futur vilain iconique des X-Men ! Cette volonté d’autonomie n’empêche pas Bob Layton d’utiliser certains standards de l’univers mutant. En plus du concept de X-Facteur en lui-même (par ailleurs casse-gueule au possible), il intégré dès qu’il le peut des foules « anti-mutos ». Parfois, il en joue même comme avec cette histoire d’enfant martyrisé qui se fait passer pour un mutant afin d’échapper à ses harceleurs. Un rapide voyage en Union Soviétique lui permet de faire le point sur la mutanité dans ce pays. Autre bonne idée, celle d’un mutant qui boosterait et dérèglerait les pouvoirs de ses congénères ; un concept abandonné trop rapidement si on réfléchit à son potentiel.

 

(image © Marvel Comics)

 

L’arrivée de Louise Simonson

Les épisodes 6 à 11 de cette Intégrale X-Factor 1986 confirment donc le revirement scénaristique de la série. Louise Simonson ramène vite la série dans un environnement plus cohérente aux autres séries mutantes Marvel. Fini l’Alliance du Mal ; la scénariste va chercher un casting plus connu des lecteurs : les Morlocks, la Freedom Force, Apocalypse… et même le Phénix Noir. Scott et Jean trouve enfin un moment pour discuter. Symbole de cette volonté : Simonson enfonce le clou avec l’intégration de X-Factor dans le crossover Le Massacre des Mutants. Cette intégrale s’achève par l’arrivée de Walter Simonson aux dessins et par les prémisses de profonds changements pour Angel. En 1987, c’est une toute nouvelle période qui s’ouvrira pour l’équipe d’X-Factor. ■

(image © Marvel Comics, Panini Comics)

L’Intégrale X-Factor 1986 est un comics publié en France chez Panini Comics.




A propos Stéphane Le Troëdec 222 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.