Critiques Doopiennes, le marathon comics : semaine 8 !

Les critiques doopiennes, le « marathon comics » est un défi totalement fou : une review de comic-book par jour ouvré emballé dans une rubrique hebdomadaire!  Avec pour objectif de tenir le plus longtemps possible ! Plein de nouvelles choses à lire encore cette semaine, et pas vraiment prévues. Je crois que je suis en train de trouver mon deuxième souffle  !
■ par Doop

Les comics au sommaire de cette semaine

On explore tout cette semaine, avec tout d’abord la réédition des épisodes de Mystique par Brian K. Vaughan, qui est loin d’être bon. On continue ensuite avec un manga, l’Appel de Cthulhu par Gou Tanabe, surprenant. Un petit tour par la fantasy de Die de Kieron Gillen et Stéphanie Hans, génial avant d’atterrir au Texas avec God Country de Donny Cates et Geoff Shaw. Pour finir, on verra si le 2e tome de Detective Comics par James Tynion IV est aussi bon que le précédent ! Qui a parlé d’éclectisme ? Parce que là, il y en a pour tous les goûts !

 

Avant propos

 Les Critiques Doopiennes, le marathon comics sont le reflet de mes lectures « à chaud » et assurément trop passionnées. Je vous promets toutefois de rester le plus impartial possible, de ne pas mettre de spoilers et de toujours développer mon avis. Une règle immuable : « Lorsqu’on lit une critique, le meilleur moyen de se faire un avis, c’est toujours de lire le comics en question » ! Ces critiques sont surtout là pour vous permettre de découvrir des titres et pourquoi pas, échanger vos opinions sur notre page Facebook. Alors ? Brocoli (comics de qualité notés de 1 à 5) ou Chamois (comics qui ne sent pas très bon) ? C’est parti !

 

 

Mystique : Femme Fatale

(Brian K. Vaughan/Jorge Lucas-Michael Ryan-Manuel Garcia)

critiques doopiennes
(image : © Marvel Comics)

 

Mystique : ça raconte quoi

Nous sommes en plein dans le run des X-Men par Grant Morrison. Le professeur Xavier décide alors d’embaucher Mystique, la mutante métamorphe afin de réaliser pour son compte différentes missions d’espionnage que personne d’autre ne pourrait mener à bien. La voici donc à Cuba pour démolir une armée de Sentinelles, mais aussi en Chine, en Russie et en Afrique du Sud afin de récupérer un virus mortel.

Une madeleine ?

J’étais assez impatient de relire les aventures de Mystique par Brian K. Vaughan. Parce que ces épisodes m’avaient à l’époque laissé un bon souvenir, même s’il me semble que j’avais préféré la fin par un autre auteur. La publication de cette série en Deluxe fait en plus sens. À la seule exception que la madeleine, eh bien elle a un peu le goût du moisi ! Le 1er arc me semble le plus indigeste. Qu’on ne s’y trompe pas, en général j’aime beaucoup ce que propose le dessinateur Jorge Lucas mais cela a quand-même pas mal vieilli. Un peu trop superficiel, un peu trop vu et revu, ses dessins « tape à l’œil » ne m’ont finalement pas convaincu. L’intrigue est quant à elle extrêmement facile. Alors oui, je vous entends déjà dire : « comment ça, c’est du Brian K. Vaughan, donc c’est très bon ». Sauf que là, j’ai trouvé le scénario très complaisant. On a demandé au scénariste de faire une série fun et sexy, il nous donne une série fun et sexy, sans développer une quelconque profondeur à ses personnages. Et Jorge Lucas fait la même chose. Il est remplacé par un Michael Ryan que j’ai toujours bien aimé mais dont le style classique tranche un peu avec la partie précédente, et Manuel Garcia que je trouve plutôt bon.

Aussitôt lu, aussitôt oublié

Pour tout vous dire, je n’ai quasiment plus aucun souvenir de ce qui se passe dans Mystique alors que je l’ai lu il y a moins de 2 semaines. Il m’a fallu refeuilleter le bouquin. Après, ce n’est pas mauvais, ce n’est pas mal dessiné, mais c’est juste… très plat. Le scénariste respecte le cahier des charges à la lettre, propose un nouveau casting (le fameux mutant Shortpack, le méchant dans l’ombre) mais la sauce ne prend pas vraiment. C’est très léger. Et les intrigues reposent souvent sur une seule idée. Le 1er arc n’est quasiment dicté que pour le choix cornélien de la fin, le 2e avec le virus ne semble être là que pour le moment où Mystique change ses organes de place et celui sur le gamin ne marche que par sa conclusion. De fait, on a l’impression que Brian K. Vaughan a un synopsis qui doit emmener vers une conclusion définie, et qu’entre temps il remplit les pages. Alors il essaye un peu de donner du corps à Mystique, qui ne se reconnaît pas ou de redéfinir sa relation avec Forge, mais c’est trop décompressé pour donner une réelle impression de développement.

Un peu l’arnaque ?

Clairement, je suis déçu. Non seulement l’histoire est trop décompressée mais en plus, tout laissait penser à un récit complet. Que nenni ! En fait, Brian K. Vaughan part en laissant toute son intrigue fil rouge en plan et tout sera résolu dans la suite des épisodes, qui ne sont pas publiés ici puisque réalisés par Sean McKeever. Du coup, il semble difficile pour le lecteur de donner le moindre intérêt à la seule intrigue longue du livre, puisqu’il n’y aura pas de résolution. Il ne reste donc que les intrigues secondaires, trop superficielles. Cela renforce bien évidemment l’aspect vain de ce titre Mystique. Du coup, sans être une purge absolue, c’est un achat que je regrette.

critiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocoli

critiques doopiennes
(image : © Marvel Comics)

Mystique : Femme Fatale est publié en VF par Panini Comics et contient les épisodes n°1 à 13 de la série Mystique (2003) publiée aux Etats-Unis par Marvel Comics.

 

LIRE AUSSI : X-Men : les 15 PIRES costumes des MUTANTS de Marvel Comics !

comics X-Men costumes
(image © Marvel Comics)
La suite ? C'est l'innommable Cthulhu !




A propos Doop 368 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*