Atelier/Workshop : Laurent Lefeuvre vous invite à sa planche à dessin (et vous auriez tort de vous en priver) !

(image © Laurent Lefeuvre)

Avec Atelier/Workshop, Laurent Lefeuvre nous offre un des plus beaux artbooks jamais publié. Le secret ? L’ouvrage n’est pas seulement un sublime recueil d’illustrations. Il retrace le parcours d’un artiste passionné et exigent au style inimitable. Parfait équilibre entre l’image et le texte, Atelier/Workshop est à découvrir absolument.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

(image © Komics Initiative)

 

L’Atelier/Wokshop de Laurent Lefeuvre, pour moi, fait un peu figure d’exception. Je vais vous faire une confession : généralement, je ne suis pas un amateur d’artbooks. Non pas que je n’aime pas les belles images, bien au contraire. Mais la plupart du temps, après avoir feuilleté un livre d’illustrations, je le referme avec un comme un gout de trop peu, qu’importe la qualité des dessins. Oui, il me manque quelque chose : une histoire. Dans une interview accordée à Top Comics, Laurent Lefeuvre expliquait vouloir surprendre et étonner. Connaissant l’exigence de l’artiste, je me suis laissé tenter.

 

(image © Komics Initiative)

 

Un mélange de texte et d’images parfaitement dosé

Avec Atelier/Workshop, Laurent Lefeuvre trouve l’équilibre idéal entre reproductions de belles illustrations et les jolis textes. Car le livre (allons-y, osons le mot livre) raconte l’artiste. Mieux, il raconte l’homme, le passionné derrière l’artiste. Exigeant mais jamais prétentieux. L’artiste ne dispense pas son savoir aux néophytes, d’un ton pédant, trop sûr de lui. Non, c’est l’histoire de son parcours qu’il nous raconte avec beaucoup d’humilité, de ses 1ers dessins de lutins à Fox Boy, en passant par Pif, Comme une odeur de diable ou les éditions Roa (hallucinant pastiche des petits formats des éditions Lug sur lequel il faudra que je revienne dans un futur article). Atelier/Workshop est une évocation riche, experte mais jamais donneuse de leçon, où on sent que chaque mot est pesé. Laurent Lefeuvre raconte enfin la persévérance (« l’endurance », comme il dit) et combien les obstacles peuvent s’avérer précieux. Chaque texte raconte donc ses petits pas vers l’artiste qu’il est aujourd’hui. Chaque texte, ciselé, court, sonne juste, donne envie de s’arrêter sur le dessin. Atelier/Workshop n’est pas un pavé assommant ni une compilation rapide de dessins sortis du cahier à esquisses et dont on se dit qu’ils contenteront les fans. Le dosage texte/dessin y est juste parfait : les mots nous font nous arrêter, lire et comprendre l’illustration, juste comme il faut.

 

(image © Komics Initiative)

 

Pour l’amour du livre

Feuilletez les 1res pages d’Atelier/Workshop, et vous vous retrouvez dans la 1re partie des années 90. En effet, Laurent Lefeuvre débute sa carrière en dessinant des korrigans et autres farfadets dans Carnet de route d’un chasseur de lutins. D’ailleurs il ne fait pas que dessiner, il fabrique, il confectionne à la main ces albums. Lors d’une discussion à la Comic Con Paris 2018, Laurent Lefeuvre me racontait qu’enfant, l’été, n’en pouvant plus d’attendre les 2 mois qui le séparait de la suite des aventures des X-Men, il imaginait et dessinait 1 planche, puis 2, puis 20 qu’il reliait, photocopiait et distribuait à ses copains. Anecdotique, mais tellement révélateur de sa passion pas uniquement pour l’illustration, mais pour la fabrication de l’objet livre. Retour dans le présent : le petit Laurent peut être fier d’Atelier/Workshop. Papier d’un beau grammage qui met en valeur le dessin, jaquette à rabats, dos en toile, très grand format, tranchefil en tissu : Atelier/Workshop est un véritable petit bijou, un superbe objet.

 

(image © Komics Initiative)

 

Pas à pas aux côtés de Wolverine, Batman, Galactus… et Fox Boy !

Dans la 2nde partie d’Atelier/Workshop, Laurent Lefeuvre réunit les différentes commissions réalisées pour financer l’ouvrage. Un jeu d’inspiration avec les lecteurs foisonnant, pétillant (relevé grâce aux fameux crayons Posca), qui réunit, parmi mes préférés, plusieurs Wolverine somptueux, des Galactus monolithiques, ou un Batman à la gueule de Clint Eastwood. La galerie se termine sur plusieurs délires : des croisements improbables entre Fox Boy et d’autres superhéros, ou des mutations étranges. Sur certains dessins Laurent Lefeuvre prend le temps de faire un de making-of de type « pas à pas » : les différentes étapes du dessin sont présentées et commentées. Un ultime chapitre s’attarde sur la notion de narration en bande dessinée. ■

 

Envie de continuer l’aventure ? Retrouvez Laurent Lefeuvre sur son blog et suivez l’actualité de Komics Initiative sur la page Facebook de l’éditeur !




A propos Stéphane Le Troëdec 119 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.