Interview exclusive de Laurent Lefeuvre : « J’ai envie de surprendre, de faire plaisir, d’étonner »

Laurent Lefeuvre est un artiste rennais nourri depuis sa jeunesse de légendes bretonnes et d’aventures des super-héros américains. Grand lecteur des publications Lug, Laurent en a tiré son inspiration pour donner naissance à son propre personnage, Fox Boy. Aimant partager son travail avec le public, Laurent lance une souscription ulule pour l’édition de son ouvrage intitulé Atelier Workshop chez Komics Initiative. L’occasion pour Top Comics de chercher à en savoir plus !
■ Par Sonia Dollinger

 

Laurent Lefeuvre atelier workshop interview
Photo : Sonia Dollinger

 

Salut Laurent, merci de répondre aux questions de Top Comics !

Salut Sonia ! Avec plaisir, et un honneur d’inaugurer ce site !

 

Ton actualité, c’est le lancement sur Ulule de ton projet atelier Workshop, peux-tu nous en donner un peu la genèse ?

Il y a un an, Mickaël Géreaume bouclait avec succès ce qui semblait sur le papier une pure folie : le financement d’un gros livre-hommage à Jack Kirby, rempli de dessins et témoignages de centaines d’auteurs sur tous les continents, à l’occasion du centenaire de la naissance du maître. Je côtoyais le bonhomme de temps à autre dans le cadre d’une autre casquette : rédacteur d’articles (là aussi, plus de 7000) pour le site Planète-BD.

Peu de temps après, il m’a proposé de faire un artbook. J’ai d’abord décliné sa proposition, arguant de ne pas avoir le temps (pas complètement faux), mais surtout parce que je n’en voyais pas l’intérêt pour les lecteurs. En clair, je trouvais l’idée un peu prétentieuse de ma part.

Après tout, passer juste après Kirby… Il ne faut pas avoir honte !

 

Extrait de Atelier Workshop de Laurent Lefeuvre
Extrait de Laurent Lefeuvre Atelier/Workshop

 

En quelques jours, le financement a déjà dépassé les 200 % et c’est loin d’être fini, tu t’attendais à un tel engouement ?

Pour être tout à fait franc : un peu, oui ! Je m’explique. La campagne est pensée comme progressive. Comme une pyramide à l’envers : Au début, nous avons les fidèles des fidèles. Des gens qui connaissent mon travail et avec qui j’échange, soit par Facebook, soit par mon blog, soit par des rencontres sur les salons et conventions que j’écume depuis 8 ans sur tout le territoire. Le premier palier (7000 €) a donc été atteint en 2h30 car c’est cette base solide qui a financé la première mouture du livre (format comics, 112 pages, couverture cartonnée souple). Mais dès que la cagnotte augmente, TOUT part dans le budget de fabrication, ce qui permet grâce aux suivants, d’augmenter la qualité de TOUS les livres. Ainsi, la pyramide s’élargit à mesure qu’on monte, et tout le monde est récompensé. En ce jour (lundi 16 avril), nous sommes en route vers le cinquième palier. Le livre aura donc un format « comics Prestige » (comme pas mal d’albums de chez Urban, ou les Eric Powell chez Delcourt), avec 192 pages et une couverture cartonnée rigide !  Nous n’en sommes qu’au début, avec des surprises en cours de route.

 

couverture de Atelier/Workshop de Laurent Lefeuvre

 

Atelier Workshop est certes un artbook mais pas seulement puisque tu y parleras aussi technique, on est donc bien dans le partage y compris sur le plan de tes astuces, c’est important pour toi ?

Absolument ! En commençant à considérer avec sérieux la proposition de Mickaël (l’homme est tenace!), j’ai posé comme base de ne pas faire un livre qui s’appellerait (genre) « The Art of Laurent Lefeuvre ». Car je trouve ça aussi pédant… que ridicule. Je ne me considère pas comme un artiste, plus comme un artisan, avec ses clients, sa manière de faire, et sa bonne (ou mauvaise) réputation, suivant les goûts. De là est née l’idée d’une fenêtre sur mon atelier. Avec des photos de mon travail en cours de route, des astuces, des trucs, des ratés qui émailleraient chaque chapitre. De là, j’étais plus à l’aise avec l’idée même du livre : Moins une leçon de comment il faut faire… que le témoignage, le plus sincère et généreux possible, d’UN parcours (le mien).

 

Laurent Lefeuvre en dédicace à Paris Manga
Photo : Sonia Dollinger

 

D’ailleurs si on parle technique, pourquoi cette utilisation du fond noir pour tes dessins ? Comment t’est venue cette technique au posca ?

Alors, ça, je le raconterai en détail dans le livre (teasing, teasing…). Pour résumer, cela vient des pages de garde de Fox-Boy, qui sont noires. Thierry Mornet (monsieur comics aux éditions Delcourt) m’avait proposé de glisser une page blanche au début, ce que j’ai décliné pour raisons esthétiques. La dédicace doit se plier au livre. Pas l’inverse. Du coup, j’ai dû trouver une technique pour dédicacer sur du papier noir. Là sont arrivés les Poscas, ces stylos à peinture qui coûtent un bras, mais produisent leur petit effet, surtout en clair-obscur. Et il se trouve qu’en quelques centaines de dédicaces (véridique!), j’ai commencé à écouter les lecteurs qui me disaient que je devrais en faire sur feuilles à part. Et en plus grand. Et à les vendre.

Quand je dis que TOUT part des lecteurs (pour qui sait écouter, et rebondir) !

Lire la suite

 

 




A propos Sonia Dollinger 17 Articles
Sonia est tombée amoureuse de Jean Grey à l'âge de six ans et lit des comics depuis bientôt quarante ans. Créatrice du blog Comics have the Power, elle participe également au collectif LesComics.fr et au podcast les GG Comics. Son gros problème est qu'elle ne sait pas choisir et qu'elle lit tous les titres qui lui passent sous la main en gardant une affection particulière pour tout ce qui touche aux X-Men.