Wonder Woman au bord du gouffre ! (la review de Wonder Woman Rebirth, tome 3)

Wonder Woman Rebirth tome 3

Dans ce 3e opus de la série Wonder Woman Rebirth, Greg Rucka continue de revisiter en profondeur les origines de Wonder Woman avec le talent qu’on lui connaît pour aller fouiller dans l’âme tourmentée de ses personnages.
■ par Sonia Dollinger

 


LA PISTE AUX ÉTOILES

Scénario : ★★★★★

Dessin : ★★★☆☆

Feeling : ★★★★★


 

L’univers entier de Wonder Woman s’effondre. Diana pensait avoir retrouvé Themyscira mais tout n’était en fait qu’une illusion. Ayant perdu tous ses repères, Wonder Woman n’est plus qu’une femme désespérée dont la raison s’égare sous les yeux d’un Steve Trevor impuissant. Une seule solution pour l’Amazone : l’internement en asile psychiatrique !

 

Wonder Woman Rebirth tome 3

 

Quand Rucka revisite le passé de Wonder Woman

Les lecteurs des précédents tomes de Wonder Woman Rebirth le savent, Greg Rucka a décidé de réécrire totalement le passé de l’Amazone. Mais il doit, pour cela, composer avec les héritages de ses prédécesseurs. L’auteur décide donc de volontairement perdre son héroïne qui ne sait plus si elle vit dans un monde d’illusions ou dans la réalité. Elle a du mal à démêler le vrai du faux et cela ne peut évidemment que la perturber profondément. Greg Rucka alterne le récit principal avec des flash-back qui permettent de comprendre l’acharnement de Veronica Cale envers Wonder Woman ou les tourments de Cheetah. Chaque personnage est loin d’être manichéen et ce sont ses souffrances qui lui servent de moteur. Le docteur Cyber en est un autre bon exemple. Avec ce titre, Rucka nous donne à lire plus qu’une aventure de Wonder Woman. Il s’agit ici de retrouver les racines du mal et de comprendre comment l’arrivée de Diana dans notre monde a bouleversé l’existence de nombreux individus.

 

Wonder Woman Rebirth tome 3

 

Greg Rucka : l’art de tourmenter ses personnages

On retrouve dans Wonder Woman Rebirth un des points forts de Greg Rucka : tourmenter ses héros et les placer dans des situations difficiles. C’est encore valable sur ce 3e tome de Wonder Woman. Notre amazone préférée se retrouve enfermée à l’asile tandis que Barbara Ann Minerva se voit forcée de redevenir un monstre. Rucka démontre également qu’on ne devient pas un vilain par hasard : la haine de Veronica Cale prend sa source dans une histoire familiale particulièrement douloureuse tandis que le docteur Cyber poursuit Wonder Woman de sa vindicte par attachement à Veronica. Quant aux dieux, ils agissent réellement dans le quotidien des humains et peuvent être cyniques ou néfastes comme dans un récit mythologique. On est loin des personnages manichéens qu’on croit parfois trouver dans les comics de super-héros. Nul n’est invincible, Wonder Woman est présentée comme un être perdu, une icône déchue à la recherche de son identité et d’une vérité dissimulée, une super-héroïne qui a besoin de l’aide de simples mortels pour trouver son chemin.

 

Wonder Woman Rebirth tome 3

 

Des propositions graphiques diversifiées

Ce tome 3 de Wonder Woman Rebirth fait appel à 3 dessinateurs différents qui interviennent à des moments précis. Renato Guedes illustre le prologue avec un trait anguleux parfois imprécis sur le traitement des visages quelque peu figés. Le talentueux Liam Sharp est chargé de mettre en page le récit principal qui montre une Diana sombrant dans la folie. Son trait élégant sied autant aux scènes d’introspection qu’aux planches d’action. Enfin, Bilquis Evely intervient lors des flash-back et, s’il manque encore parfois un peu d’assurance, il sait très bien mettre en scène des combats d’anthologie ou les émotions humaines.
Greg Rucka continue ici sa réécriture du personnage de Wonder Woman avec une grande finesse. Il redonne de la profondeur à Diana et à ses antagonistes pour le plus grand bonheur des fans de l’Amazone. ■

 

Wonder Woman Rebirth tome 3

Wonder Woman Rebirth, tome 3 est un comics de 176 pages écrit par Greg Rucka et dessiné par Liam Sharp, Bilquis Evely et Renato Guedes. Cet album est publié en France par Urban Comics au prix de 17,50 €. Les épisodes originaux (Wonder Woman #13 et #15 à #20) sont parus aux USA chez DC Comics.




A propos Sonia Dollinger 10 Articles
Sonia est tombée amoureuse de Jean Grey à l'âge de six ans et lit des comics depuis bientôt quarante ans. Créatrice du blog Comics have the Power, elle participe également au collectif LesComics.fr et au podcast les GG Comics. Son gros problème est qu'elle ne sait pas choisir et qu'elle lit tous les titres qui lui passent sous la main en gardant une affection particulière pour tout ce qui touche aux X-Men.