USA vs Canada, la guerre est déclarée ! [We Stand on Guard, la critique]

We Stand on Guard la critique

Quel est le prix de la paix ? Ou plutôt quel est le prix de la guerre ? Souvent c’est un aspect purement économique qui fait qu’une grande puissance envahit une autre contrée et c’est souvent la force des peuples qui lui donne bien du fil à retordre. Avec We Stand on Guard, Brian K. Vaughan et Steve Skroce, deux auteurs réputés, entrent en résistance : vive le Canada libre !
■ par Dragnir

 


LA PISTE AUX ÉTOILES

Scénario : ★★★★☆

Dessin : ★★★★☆

Feeling : ★★★★★


 

We Stand on Guard la critique

 

Nous sommes en 2112 et tout va bien dans la province de l’Ontario, chacun profite des bienfaits de la technologie et rien ne manque. Mais ce petit bonheur ne va pas être de longue durée. Frappé par un attentat contre la Maison Blanche, l’ogre américain utilise ce prétexte pour attaquer et envahir son voisin du nord.
Douze années plus tard, une jeune femme survit dans les territoires du nord-ouest. Elle fait une rencontre violente avec un drone US qui menace de la tuer. Elle ne doit sa survie qu’à une poignée d’individus qui s’avèrent être un des derniers fronts de la résistance Canadienne. Mais le répit est de courte durée car sitôt les présentations terminées, un énorme engin de guerre de l’Oncle Sam vient poindre le bout de son nez. Une épreuve ou une aubaine pour les combattants canucks ?

 

We Stand on Guard la critique

 

Brian K. Vaughan et Steve Skroce : deux grands artistes pour une belle œuvre

Voilà une série qui devrait être enseignée dans les écoles de scénariste ! La mise en place du contexte est faite en 5 pages avec une redoutable efficacité. Dans We Stand on Guard, pas de circonvolutions hasardeuses et ennuyeuses : les faits lancent un récit passionnant qui nous fait tourner les pages jusqu’à la dernière et sans pause, je vous prie. Avec ce récit complet, Brian K. Vaughan nous fait une fois de plus la démonstration de son talent de conteur bien que le monsieur n’ai plus rien à prouver après avoir livré des livres comme The Escarpist, Saga ou Ex machina. Steve Skroce l’accompagne au dessin de son trait si précis et à l’esthétique incomparable. Voici une œuvre faite par des passionnés qui savent raconter des histoires émotionnellement fortes et dotées d’un message fort pour ne rien gâcher.

 

We Stand on Guard la critique

 

We Stand on Guard : la critique des voisins

Brian K. Vaughan est canadien et soyons clair, au-delà de l’hommage fait à la résistance, l’auteur en profite pour glisser quelques tacles bien sentis à Washington et aux agissements impérialistes du gouvernement US. Le parallèle avec de nombreux théâtres d’opération dans lesquelles est engagés l’US Army est tout à fait évident. La méthode ou les prétextes avancés sont clairement familiers quand on compare à la géopolitique de ses 30 dernières années. Pour autant, il s’agit d’un récit d’anticipation et de guerre dont on retrouve tous les ingrédients distillés avec maestria. On ne s’ennuie pas une seconde et les rebondissements se succèdent sans que l’on s’y perde.
Les personnages sont attachants et, là encore, l’efficience de Brian K. Vaughan à les installer en quelques cases est tout bonnement stupéfiante. C’est donc un beau coup de cœur pour cette œuvre que nous offre le papa de Pride of Bagdad, un des grands du comics s’il fallait encore le prouver. ■

We Stand on Guard la critique

We Stand on Guard, De foi trempée est un comics de 176 pages écrit par Brian K. Vaughan et dessiné par Steve Skroce. Cet album est publié en France par Urban Comics au prix de 17,50 €. Les épisodes originaux (We Stand on Guard #1-6) sont parus aux USA chez Image Comics.




A propos Dragnir 41 Articles
Dragnir , c'est 120 kilos d'amour des comics ! Lecteur depuis plus de 40 ans, il est désormais muni d'un cal au pouce de plus de 9 cm a force de tourner les pages des comics indépendants voire underground US ou UK dont il s'est fait une spécialité.