Trouble : Quand Tante May a trompé Oncle Ben avec… le père de Peter Parker !? [avis]

(image © Marvel Comics)

Trouble était censé nous raconter comment les parents de Peter Parker s’étaient rencontrés. Je n’avais pas relu cette mini-série depuis un bon moment. Je n’avais pas aimé lors de la 1re lecture et pourtant, s’il y a quelques défauts, je suis surpris de voir qu’avec les standards actuels, Trouble se tient finalement pas si mal …lorsque l’on enlève l’aspect continuité autour de Spider-Man !
■ par Doop

 

(image © Marvel Comics)

 

L’été sera chaud !

Richard et Ben, les 2 frères, ont décidé de passer l’été à travailler dans un hôtel situé dans les Hamptons. Alors que Ben est plutôt en retrait, Richard est le préféré et celui à qui toutes les bonnes choses arrivent. Les 2 garçons rencontrent à l’hôtel 2 amies : Mary et May avec qui ils vont lier une relation plus intime. Malheureusement, la chaleur et les hormones vont pousser les 4 adolescents à quelques petites escapades amoureuses pas vraiment prévues. May, qui est alors avec Ben, va ainsi le tromper avec son frère et tomber enceinte ! Il va falloir l’intervention de Mary (alors en couple avec ledit Ben) pour que les choses prennent un tour… inattendu ! Ben et May, Richard et Mary… Ce serait pas un peu les prénoms de l’oncle Ben, de la tante May et des parents de Peter Parker alias Spider-Man ?

 

(image © Marvel Comics)

 

Il y a le ciel, le soleil et la mère (célibataire)

Trouble se voulait être le 1er titre de la relance de la branche Epic chez Marvel au début des années 2000. Malheureusement le projet va faire long feu après la démission du président de l’époque, Bill Jemas et la mauvaise réputation de la série. L’intention de Trouble était de relancer un genre moribond à l’époque : les comics de romance ! Et il est vrai que le fait de trouver Mark Millar (qui sortait d’un run assez remarqué sur Authority) associé aux Dodsons (toujours excellents) pour faire revivre ce genre était plutôt une bonne idée. Malheureusement, si l’histoire de Trouble en soi est loin d’être mauvaise et pourrait tenir la dragée haute aux comics actuels destinés aux jeunes adultes (je pense notamment à Archie ou à la flopée de titres indés qui nous narrent les errements d’adolescents), c’est son interaction avec la continuité de Spider-Man qui met la série à plat. Là où Trouble aurait pu focaliser sa trame sur l’avortement, les mères célibataires et les relations de couple, on a droit à un raccrochage de wagons assez forcé avec tout ce qui peut coller aux origines de Spider-Man. Cela se fait donc aux dépens de la structure narrative mais surtout de la caractérisation des personnages qui peuvent prendre des décisions un peu bizarres.

 

(image © Marvel Comics)

 

I knew you were trouble

Et c’est vraiment dommage, car si on y réfléchit deux secondes, la cohérence de Trouble avec les origines de Spider-Man ne tient pas vraiment, notamment avec le Spectacular Spider-Man annual #4. Tout d’abord, il a toujours été admis que la différence d’âge entre Ben et les parents de Peter était importante, ce qui n’est pas le cas ici. De plus, si Mary devient la mère de Peter à l’âge de vingt ans, c’est-à-dire le même âge que May, cela voudrait dire que May aurait eu une quarantaine d’années lorsque Peter est devenu Spider-Man, ce qui est loin d’être le cas. Après, je vois mal May se comporter, même à l’adolescence comme une chaudasse multipliant les conquêtes sexuelles, mais bon, après ce que nous a fait Dan Slott, tout est désormais possible. De plus, le très malicieux Mark Millar ne donne aucun nom de famille et ne situe pas son histoire dans le temps. C’est une manière un peu facile de dire qu’il n’y a, peut-être, pas de lien. De plus, les designs rétro des dessins (qui pourraient faire penser aux années 60) est contredit par la modernité de certains dialogues, qui sonnent un peu trop actuels. A la relecture, Trouble se pose donc comme une série plutôt sympa et bien dessinée. Terry Dodson est impeccable quand il s’agit de dessiner de jeunes filles sexy sans être vulgaires. Trouble rate toutefois son objectif en voulant trop se coller à l’univers de Spider-Man. Finalement, sans être révolutionnaire, ce n’est pas si mauvais que ça ! ■




A propos Doop 199 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.